Laurent Henart (au centre avec la chemise blanche) au congrès du mouvement radical, samedi 9 mars. — Jacques Witt/SIPALe maire de Nancy Laurent Hénart a été confirmé samedi président du Mouvement radical, au congrès du parti à Paris. Laurent Hénart, qui était seul candidat à la présidence, a été reconduit pour trois ans avec 88,6% de votes favorables (11,4% de votes blancs), selon un communiqué du parti.

Le plus vieux parti de France a également «validé le principe de la participation de tous les pro-européens à une liste de rassemblement» en vue des élections européennes du 26 mai. A ce titre, le MR devrait donc rejoindre la liste d’ouverture initiée par La République en marche et le MoDem, et qu’Agir a déjà annoncé rallier. «Cette liste ne devra pas être seulement celle de la majorité parlementaire et gouvernementale, mais bien celle du rassemblement de tous les partisans d’une Europe forte et intégrée», plaide le Mouvement radical dans une déclaration d’orientation politique.

Objectif place éligible

En coulisses, les négociations avec le parti présidentiel pour obtenir des places éligibles ont déjà été entamées: l’eurodéputé sortant Dominique Riquet, la Valoisienne Olga Johnson, élue parisienne, et Mélanie Fortier, une conseillère régionale du Centre-Val-de-Loire issue du PRG, sont notamment pressentis.

L’alliance avec La République en marche avait été la pomme de discorde entre Laurent Hénart et la co-présidente Sylvia Pinel, l’ancienne patronne du Parti radical de gauche, qui avait quitté en février avec fracas le MR en compagnie de plusieurs cadres dans l’idée de «refonder le centre gauche». Ce départ est intervenu près d’un an après la réunification en grandes pompes, après 45 ans de schisme, entre valoisiens et leurs cousins du Parti radical de gauche.

Pour «une décentralisation beaucoup plus franche» 

Selon Laurent Hénart, ex-valoisien, il s’agit désormais de «s’engager pleinement dans la campagne européenne, mais aussi d’élaborer ces prochains mois la plate-forme programmatique du Mouvement Radical, ouverte à la contribution de toutes et tous, et de préparer les prochaines élections locales, territoire par territoire».

Le MR va également porter des propositions dans le cadre du grand débat en poussant notamment pour «une décentralisation beaucoup plus franche», «la nécessité d’une transition écologique assumée et accompagnée par une politique de soutien au pouvoir d’achat des classes moyennes et des plus modestes, la défense intransigeante de la loi de 1905 et des principes laïques qui fondent notre République».

Politique

Laurent Hénart succède à Jean-Louis Borloo à la tête du Parti radical