LE SCAN POLITIQUE – Le président des Républicains publie ce samedi dans Le Monde une réponse à la lettre du président de la République. Il propose une refonte de l’Europe sur les nations et dresse les contours de son projet européen.

Dans une tribune publiée dans Le Monde samedi 9 mars, Laurent Wauquiez, président des Républicains, répond à la lettre d’Emmanuel Macron adressée au Français. Au fil de son texte, il dresse le constat de l’échec de l’Union européenne et appelle à une refonte du projet européen sur la base des nations.

«En deux ans, Emmanuel Macron n’est parvenu à aucun progrès sur la scène européenne ; aucune des idées du discours de la Sorbonne ne s’est traduite en actes», écrit Laurent Wauquiez qui raille les propositions du chef de l’État. Il dénonce le recours aux mêmes recettes, aux mêmes «slogans incantatoires» («refonder l’espace Schengen», «créer une Europe sociale») vidés de leur sens au fil des années. Le président des Républicains dénonce le manichéisme du président de la République qui opposerait «proeuropéens et antieuropéens, progressistes et nationalistes, sauveurs et destructeurs».

» LIRE AUSSI – «Pour une renaissance européenne»: le texte intégral de la tribune d’Emmanuel Macron

En réponse à cet échec, Laurent Wauquiez propose une Europe renouvelée selon cinq axes principaux.

● «L’Europe doit et devra s’appuyer sur les nations pour grandir et réussir»

Laurent Wauquiez réaffirme son attachement à une Europe des nations contre un fédéralisme européen. Il fustige la «souveraineté européenne» à laquelle le président de la République faisait allusion, et maintient que l’Europe doit se construire non «sur les décombres des nations», mais sur les nations elles-mêmes. «Redonnons au projet européen des pierres d’angle», martèle-t-il, en refusant tout nouvel élargissement.

● «L’Europe ne vient pas de nulle part»

«L’Europe ne vient pas de nulle part: elle est le fruit de trois traditions, gréco-latine, judéo-chrétienne et des Lumières», écrit Laurent Wauquiez. Le président des Républicain fustige une mondialisation déséquilibrée dans laquelle l’Europe porterait une «voix unique qu’il faut transmettre aux générations à venir». Un «combat» pour contrer «l’islamisme qui menace les fondements de notre civilisation».

● «L’Europe des normes doit céder la place à l’Europe des projets»

Laurent Wauquiez s’attaque à la compétence normative de l’Union européenne. À cette capacité à imposer aux États ces normes, il oppose une Europe «pilote de grands projets d’infrastructures, tels que le Lyon-Turin ou la couverture du continent européen en 5G».

● Un protectionnisme européen

Le président des Républicains entend renforcer la «préférence européenne», elle aussi défendue par Emmanuel Macron. «Je suis heureux de constater que celui qui a bradé Alstom à l’américain General Electric corrige son approche et rejoint nos positions», raille-t-il. Laurent Wauquiez en appelle à un protectionnisme européen: «cessons de privilégier l’intérêt potentiel du consommateur en ouvrant toujours plus notre marché intérieur,pour enfin privilégier nos emplois et les stratégies qui feront grandir nos champions».

● «Défendre ses frontières»

Enfin, le chef des Républicain propose un plus strict contrôle aux frontières européenne et française. Laurent Wauquiez fustige la proposition d’Emmanuel Macron d’imposer une répartition européenne des migrants, défendant la liberté des Etats-membres d’accueillir ou non ces nouveaux arrivants. «Une construction politique doit apporter un surcroît de protection et défendre ses frontières», affirme le chef de file des Républicains.


VOIR AUSSI – Tribune de Macron: de bonnes intentions?

Tribune de Macron : de bonnes intentions ? – Regarder sur Figaro Live