Etats-Unis : Un policier tire sept fois à bout portant dans le dos d’un homme noir – 20 Minutes

Spread the love
  • Yum
Manifestation en hommage à Walter Scott, un homme noir abattu par un policier blanc, à Charleston (Caroline du Sud), le 9 avril 2015. — David Goldman/AP/SIPA

Une nouvelle bavure policière ? Un policier aurait tiré sept fois à bout portant dans le dos d’un homme noir, ce dimanche à Kenosha, dans le Wisconsin ( Etats-Unis), ont rapporté plusieurs médias américains.

Dans une vidéo devenue virale, on aperçoit un homme noir, identifié comme Jacob Blake selon des responsables américains, se diriger vers un véhicule, à pied et désarmé, suivi par plusieurs policiers.

Une manifestation pour dénoncer les violences policières

Au moment où Jacob Blake ouvre la portière avant pour pénétrer dans le véhicule, l’un des policiers lui tire plusieurs balles dans le dos – sept selon des témoins –, à bout portant. L’homme a été transporté, dans un état grave, dans un hôpital de Milwaukee, selon les autorités. Une enquête a été ouverte et confiée à une agence indépendante, selon la police de Kenosha.

Les raisons de sa confrontation avec les policiers restent floues. Certains médias avancent que Jacob Blake interrompait une bagarre au moment où les policiers sont arrivés, tandis que d’autres ont expliqué qu’il tentait de pénétrer dans un véhicule garé. Quelques heures après, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, en marge d’une manifestation sur les lieux du drame pour réclamer justice et dénoncer les violences policières, selon plusieurs médias américains​.

Une bavure de plus ?

Dimanche, sur Twitter, le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, a confirmé que Jacob Blake avait été « abattu dans le dos à plusieurs reprises » et qu’il s’opposait à « l’usage excessif de la force et à une escalade immédiate lors de ses contacts avec les Noirs du Wisconsin. » Le gouverneur a également dénoncé les violences policières : « Bien que nous n’ayons pas encore tous les détails, ce que nous savons avec certitude, c’est qu’il n’est pas le premier homme ou la première personne noire à avoir été abattu, blessé ou tué sans pitié par des personnes chargées de l’application de la loi dans notre État ou dans notre pays ».

« Dans les prochains jours, nous exigerons simplement celle des élus de notre État qui n’ont pas reconnu le racisme dans notre État et notre pays depuis trop longtemps », a-t-il poursuivi dans une série de tweets.

2,5K partages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *