Accusées d’inciter les jeunes à vapoter avec, à la clef, un fort risque de dépendance à la nicotine, les cigarettes électroniques aromatisées incommodent de plus en plus les autorités américaines. New York est devenu mardi le second Etat des Etats-Unis après le Michigan à interdire leur commercialisation.

“En interdisant les cigarettes électroniques aromatisées”, “nous prenons une mesure de santé publique et contribuons à empêcher un nombre incalculable de jeunes gens de contracter une accoutumance à vie, coûteuse, mauvaise pour la santé et potentiellement mortelle”, a estimé le gouverneur Andrew Cuomo dans un communiqué.

Bientôt une interdiction au niveau fédéral?

Il avait réclamé dimanche des mesures d’urgence et a convoqué en ce sens le conseil de santé publique et de planification sanitaire de l’Etat de New York, qui a pris cette décision. Elle prend effet immédiatement, même si les contrôles ne démarreront que dans deux semaines.

L’interdiction intervient quelques jours seulement après que Donald Trump a annoncé, le 11 septembre, qu’une mesure similaire serait prise dans les prochains mois au niveau fédéral. “New York n’attend pas le gouvernement fédéral pour agir”, a répliqué Andrew Cuomo.

Une crise sanitaire, 7 morts

Selon les chiffres du départment de la Santé de l’Etat de New York, près de 40% des élèves de terminale vapotent. Les cigarettes électroniques sont pourtant interdites à la vente aux mineurs aux Etats-Unis, la majorité se situant entre 18 et 21 ans selon les Etats.
    
En dehors du problème de l’accoutumance, les politiques, au niveau local comme national, ont été poussés à agir par ce qui s’apparente désormais à une crise sanitaire. Plus de 380 personnes ont présenté récemment de sérieux problèmes pulmonaires après avoir vapoté et six en sont mortes, selon les derniers chiffres du Centre de contrôle des maladies (CDC). Mardi, une septième personne est décédée, en Californie.