Etats-Unis : Donald Trump acquitté sans gloire dans son procès en destitution – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Les responsables de la mise en accusation, menés par le député Jamie Raskin, quittent la Chambre des représentants, le 13 février à Washington.

Deux fois mis en accusation par la Chambre des représentants, un embarrassant signe distinctif aux yeux de l’histoire, Donald Trump a été acquitté pour la seconde fois par le Sénat samedi 13 février. Cinquante-sept élus se sont prononcés en faveur de sa culpabilité, une majorité insuffisante puisqu’il en fallait soixante-sept pour condamner l’ancien président, avant de pouvoir adopter d’éventuelles sanctions comme l’interdiction de se représenter.

Donald Trump, silencieux jusqu’à présent et qui avait refusé une invitation des procureurs démocrates à témoigner sous serment, s’est félicité aussitôt de la fin d’une « chasse aux sorcières ». Il a promis dans un communiqué de partager « dans les mois à venir beaucoup de choses » avec ses fidèles, assurant être « impatient de continuer notre incroyable aventure pour la grandeur de l’Amérique ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment se déroule le second procès en destitution de Donald Trump

Mis en accusation le 13 janvier, l’ancien président était accusé « d’incitation à l’insurrection ». Il était présenté par les procureurs démocrates comme responsable de l’assaut donné contre le Congrès, le 6 janvier, par certains de ses fidèles qu’il avait invités à marcher sur le Capitole dans un discours prononcé auparavant. Cinq personnes étaient mortes dans les troubles qui s’étaient ensuivis, causant également des dizaines de blessés parmi les forces de police.

Une tache indélébile

L’attaque avait interrompu brièvement la procédure de certification par le Congrès des résultats de l’élection présidentielle du 3 novembre 2020 que le démocrate Joe Biden avait remportée, en dépit des affirmations contraires de celui qui était encore président. C’est précisément pour faire pression sur les élus lors d’une étape purement formelle du « transfert pacifique du pouvoir » à laquelle les Etats-Unis sont très attachés, que Donald Trump avait rameuté ses troupes ce jour-là.

Le vote du Sénat confirme l’ascendant de l’ancien président sur son camp, en dépit de la gravité des faits qui lui étaient reprochés. Mais ce vote risque pourtant de constituer une tache indélébile sur les ambitions du républicain.

Le seuil de 67 voix nécessaires pour le juger coupable était considéré comme inatteignable avant le début du procès, compte tenu du climat de polarisation entretenu par l’ancien président et sa capacité à diriger sa base contre ses contradicteurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Destitution de Donald Trump : l’accusation juge une condamnation nécessaire pour protéger la démocratie

Sept sénateurs républicains ont pourtant rompu les rangs, un chiffre jamais atteint concernant des élus de la même couleur politique du président mis en cause lors des trois procès en destitution qu’ont connus les Etats-Unis. Parmi ces élus, deux ont annoncé qu’ils ne se représenteraient pas en 2022, et trois autres ont été réélus en 2020 pour six ans.

Il vous reste 67.33% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: