Etats-Unis : des partisans de Donald Trump entrent dans le Congrès, la certification de l’élection présidentielle suspendue – Le Monde

Spread the love
  • Yum
« Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais [la défaite]», a lancé le président américain à ses partisans.

Le Congrès des Etats-Unis a suspendu en urgence, mercredi 6 janvier, une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l’irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole, a constaté un photographe de l’AFP et des médias américains.

Le président sortant, qui refuse de concéder sa défaite, avait appelé ses partisans à défiler à Washington en marge de cette séance protocolaire. Après l’avoir écouté, certains manifestants se sont mis en marche vers le Congrès et la police avait ordonné l’évacuation de plusieurs bâtiments. Le maire de Washington a annoncé qu’un couvre-feu sera effectif dès 18 heures dans la capitale fédérale – 3 heures du matin en France.

« Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais [la défaite] », avait lancé le président américain devant eux, sous un ciel chargé de lourds nuages, à deux semaines de la prise de fonction du démocrate Joe Biden. « Nous avons remporté cette élection, et nous l’avons remportée largement », a-t-il martelé, contre toute évidence et en dépit de l’absence de preuves accréditant l’hypothèse de fraudes électorales.

De plus en plus isolé, Donald Trump s’en est pris avec virulence à son propre camp républicain. Les ténors républicains sont « faibles » et « pathétiques », a-t-il lancé devant ses partisans, la Maison Blanche en toile de fond. De son côté, le vice-président, Mike Pence, a fait savoir qu’il ne s’opposerait pas à la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, s’abritant derrière les « contraintes » de la Constitution. Les débats avaient débuté à l’intérieur du Congrès, où la Chambre des représentants et le Sénat étaient rassemblés. Les résultats de chacun des cinquante Etats américains doivent être validés, un par un.

Lire aussi : Malgré son retard de 7 millions de voix, Trump aurait pu l’emporter en « retournant » 32 507 voix dans quatre Etats-clés

Rapidement, les partisans de Trump ont essayé d’accéder au Capitole peu après le discours du président américain, selon des images rapportées par le journaliste américain Elijah Schaffer sur son compte Twitter. La police a alors ordonné l’évacuation de plusieurs bâtiments du Congrès.

« Trump est mon président »

Originaires de l’Oregon, sur la Côte ouest, Katherine Caldwell, 61 ans, et son mari ont roulé pendant cinq jours pour le soutenir dans sa croisade. « Ils ont volé l’élection », « j’en suis absolument sûre », dit-elle. D’ailleurs, les élections sénatoriales en Géorgie de la veille ont aussi vu de « la triche », assure-elle, alors que les démocrates semblent en passe de remporter les deux sièges nécessaires pour reprendre le contrôle du Sénat. « Ils ont encore utilisé les machines frauduleuses, les gens en Géorgie sont corrompus », assure cette femme, coiffée d’un chapeau blanc de cow-boy qui agite un grand drapeau rouge barré de la mention « Trump est mon président ».

Lire la chronique : « Ce qui se passe depuis quatre ans aux Etats-Unis est grave, on le savait ; ce qui s’y passe depuis deux mois est gravissime »

Par crainte d’éventuels débordements, les commerces avaient de nouveau installé des panneaux en bois sur leurs vitrines, plusieurs routes ont été coupées à la circulation et les autorités locales ont invité la population à rester chez elle. Des membres de la garde nationale ont été déployés dès mardi et la police, qui a déjà arrêté, lundi, le leader de la milice d’extrême droite des Proud Boys, a fait savoir qu’elle ne tolérerait aucune infraction aux restrictions sur le port d’armes à feu. De précédentes manifestations avaient été émaillées de violences, notamment lors d’affrontements avec des contre-manifestants.

Au-delà de la base, des dizaines d’élus républicains de la Chambre et du Sénat restent fidèles à Donald Trump et ont promis de faire retentir leurs doutes dans l’enceinte du Congrès, qui doit officiellement enregistrer, mercredi, le vote des grands électeurs : 306 pour Joe Biden, 232 pour Donald Trump. Leurs objections ne feront pas dérailler cette procédure, la dernière avant la prestation de serment du démocrate le 20 janvier, mais pourraient la ralentir.

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle aux Etats-Unis

Retrouvez tous les articles de nos correspondants ici.

Sur l’élection :

Sur les contestations des résultats :

Et aussi :

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: