États-Unis: “aucune preuve” de fraude électorale, Trump enrage – Le HuffPost

Spread the love
  • Yum

The Washington Post via Getty Images

Donald Trump, ici photographié le 5 novembre dernier, assure depuis le jour de la présidentielle que des fraudes électorales d’ampleur ont eu lieu. Mais sa propre administration lui donne tort. 

ÉTATS-UNIS -Des agences américaines chargées de la sécurité des élections ont indiqué ce jeudi 12 novembre n’avoir “aucune preuve” d’un piratage de la présidentielle, contredisant ainsi Donald Trump, que l’opposition accuse d’empoisonner la démocratie en refusant de reconnaître sa défaite.

“L’élection du 3 novembre a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis”, ont affirmé dans un communiqué commun plusieurs autorités électorales locales et nationales, dont l’agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), qui dépend du ministère de la Sécurité intérieure.

“Il n’existe aucune preuve d’un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit”, soulignent-elles. “Bien que nous sachions que notre processus électoral fait l’objet de nombreuses affirmations sans fondement et de campagnes de désinformation, nous pouvons vous assurer que nous avons une confiance absolue dans la sécurité et l’intégrité de nos élections”, insistent-elles.

Trump continue de dénoncer une “fraude” 

Le président sortant Donald Trump avait relayé quelques heures plus tôt sur Twitter des informations infondées selon lesquelles un système électoral, appelé Dominion, avait “effacé” 2,7 millions de votes en sa faveur à travers le pays et en avait ré-attribué des centaines de milliers à son rival démocrate Joe Biden en Pennsylvanie et dans d’autres États.

Selon des médias américains, le milliardaire républicain envisage de limoger le patron de l’agence gouvernementale CISA, Chris Krebs, qui s’est efforcé ces derniers jours à rejeter les accusations de fraude électorale de grande ampleur.

À Washington, seule une poignée d’élus républicains a rapidement reconnu la victoire du démocrate Joe Biden. Mais de nombreux autres sont restés silencieux ou ont soutenu publiquement le président sortant, qui estime que l’élection lui a été “volée”, sans éléments concrets à l’appui.

“Les républicains du Congrès sèment délibérément le doute sur nos élections, simplement parce qu’ils ont peur de Donald Trump”, a lancé jeudi lors d’une conférence de presse le chef de la minorité démocrate du Sénat Chuck Schumer.

Une menace contre “la sécurité nationale” 

“Nous venons de vivre une élection présidentielle clivante et remportée de haute lutte, mais au lieu de rassembler le pays pour que nous puissions combattre notre ennemi commun, le covid-19, les républicains du Congrès propagent des théories du complot, nient la réalité et empoisonnent les fondements de notre démocratie”, a-t-il asséné.

Le refus de l’administration Trump de reconnaître sa défaite -une rupture historique avec les usages traditionnels de la politique américaine- constitue “un risque grave pour la sécurité nationale”, ont mis en garde jeudi plus de 150 anciens hauts responsables américains dans une lettre dévoilée par Politico. Parmi les signataires, des deux bords politiques, figurent notamment l’ancien chef du Pentagone Chuck Hagel, un républicain, ou Michael Hayden, ex-patron de l’Agence nationale de sécurité (NSA) et de la CIA.

Ils appellent à ce que Joe Biden puisse avoir accès aux informations “nécessaires pour faire face aux questions urgentes de sécurité nationale, comme le rapport quotidien” que le président reçoit sur les menaces pesant sur les États-Unis et dans le monde.

Le président élu a reconnu mardi qu’il n’avait toujours pas accès à ces rapports. Cela serait “utile”, mais pas forcément indispensable avant son investiture, le 20 janvier 2021, a-t-il nuancé.

À voir également sur le HuffPost: Pompeo promet une “transition pacifique” entre Donald Trump et … Donald Trump

Leave a Reply

%d bloggers like this: