Lancer une attaque en déni de service distribué contre le site des impôts le dernier jour des déclarations sur Internet : des pirates auraient-ils été tentés par une telle opération ? L’enquête de l’Anssi doit faire la lumière.

France Info rapporte en effet que deux enquêtes ont été ouvertes cette semaine, la première interne au ministère des Finances, et la seconde confiée donc à l’Anssi, l’agence de sécurité de l’Etat. Cette procédure est justifiée par des soupçons d’attaque.

Des adresses IP étrangères suspectes

La radio publique précise en effet qu’en l’espace de 30 minutes, plus de trois millions de connexions ont été enregistrées sur le site des impôts, provoquant son blocage. Un mécanisme destiné à empêcher le vol de données.

Une source au sein de Bercy mentionne ainsi des connexions suspectes depuis l’étranger. De quoi soupçonner un acte de malveillance et une attaque en déni de service destinée à rendre indisponible le site de l’administration ?

Ce sera à l’enquête de le déterminer. Jusqu’à présent, le ministre du Budget expliquait l’incident par “l’effet de ce beau week-end ensoleillé, l’effet aussi de l’augmentation du nombre de gens qui télé-déclarent, et aussi sans doute un peu de procrastination.”

Interrogée cette semaine sur France Info, une représentante syndicale de la direction des finances rappelait que des millions de contribuables n’avaient toujours encore effectué leur déclaration. Cette dernière suggérait que les Français pouvaient avoir été induits en erreur par le discours ministériel et méconnaître leur obligation légale à la télédéclaration.

Rappelons en effet qu’en 2019, l’obligation de télédéclarer ses revenus a été étendue à tous les contribuables (38 millions). Ce n’est qu’à compter de 2020 que plusieurs millions de Français (11 millions) pourront s’affranchir de cette procédure. De nombreux Français pourraient donc avoir été pris au dépourvu. Une attaque n’est donc pas la seule hypothèse envisageable.