Eric Ciotti candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle 2022 – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Eric Ciotti à Paris, le 23 octobre 2019.

Le député des Alpes-Maritimes et membre de la commission des lois à l’Assemblée nationale, Eric Ciotti, a annoncé, jeudi 26 août, se porter candidat à une primaire de la droite en vue de l’élection présidentielle de 2022. « Je serai candidat à la primaire de la droite pour désigner notre candidat, un candidat commun pour l’élection présidentielle », a dit Eric Ciotti sur BFM-TV, appelant de ses vœux à l’organisation d’une primaire par son parti, Les Républicains (LR), dont les modalités n’ont pas encore été annoncées.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A droite, une rentrée politique morcelée et l’ombre d’une « primaire sauvage »

« Je souhaite être candidat pour porter des idées de droite. Mon cap est à droite et mon objectif est simple : que la France reste la France », a affirmé le président de la commission nationale d’investiture de LR, interrogé par le journaliste Jean-Jacques Bourdin, avant de poursuivre : « Aujourd’hui je vois avec désespérance ce pays que j’aime passionnément décliner, au plan industriel, au plan de sa place dans le monde, je vois la violence gagner nos quartiers – douze morts depuis le début juillet à Marseille –, je vois le communautarisme islamiste gagner des territoires et des âmes. »

« S’il y a deux candidats à droite, ce n’est même pas la peine »

Le député, questeur de l’Assemblée nationale depuis 2018, conseiller départemental des Alpes-Maritimes, a plusieurs fois répété la nécessité, selon lui, de l’organisation d’une primaire. Une perspective déjà écartée par l’ancien membre de LR Xavier Bertrand : le président du conseil régional des Hauts-de-France a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle au mois de juin. Plusieurs autres élus de droite ont, eux, confirmé vouloir passer par une primaire, notamment Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France.

Lire aussi : Chez Les Républicains, un été studieux pour éviter un automne fratricide

« La sélection d’un candidat amènera à plus de force (…) Par le processus de primaire qui est engagé. Il y aura naturellement une primaire », a assuré Eric Ciotti. « S’il y a deux candidats à droite, ce n’est même pas la peine d’y aller, on aura aucune chance, donc chacun fera preuve de responsabilité », a-t-il espéré.

Le Monde

Leave a Reply

%d bloggers like this: