Erdogan passé maître du chantage migratoire – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

DÉCRYPTAGE – C’est désormais à l’appel direct d’Ankara que les migrants mettent le cap vers la frontière turco-grecque. Une opération médiatique savamment orchestrée, explique notre journaliste Delphine Minoui.

Recep Tayyip Erdogan, le 2 mars.
Recep Tayyip Erdogan, le 2 mars. ADEM ALTAN/AFP

Depuis ce week-end, les images inondent le petit écran turc avec une impression de «déjà-vu». Près de cinq ans après le pic de la crise migratoire de 2015, le spectacle incessant de réfugiés s’entassant dans des bus et des radeaux pneumatiques filant fébrilement vers les côtes grecques a repris ses quartiers dans les foyers turcs. Sauf que cette fois-ci, c’est à l’appel direct d’Ankara que les migrants mettent le cap vers la frontière turco-grecque. L’opération médiatique, savamment orchestrée par les autorités turques, répond à un double objectif de Recep Tayyip Erdogan: renforcer la pression sur l’Union européenne tout en cherchant à calmer les esprits dans son propre pays.

Engagé dans une escalade militaire avec le régime de Bachar el-Assad et, par extension, avec la Russie, alliée de Damas, le président turc souhaite forcer les Européens à s’investir davantage dans le conflit syrien à ses côtés. Il espère surtout les pousser à rallonger leur contribution financière dans la gestion des

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

annulable à tout moment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *