ENTR : le nouveau média européen aux airs de Brut

Spread the love
  • Yum

Fondé en novembre 2016 par Renaud Le Van Kim, Guillaume Lacroix et Laurent Lucas, le média Brut est aujourd’hui considéré comme un incontournable du paysage médiatique français. Mais pas seulement, puisqu’en 2019, Brut revendiquait 250 millions de spectateurs uniques par mois pour ses contenus accessibles dans 60 pays du monde. Brut doit notamment son succès à ses courtes vidéos sous-titrées au format unique qui traitent de thématiques diverses et variées. Ce format de vidéos dit “à la Brut” est aujourd’hui utilisé par de nombreux médias.

Depuis 2017, le média prend un peu plus d’envergure, puisque c’est la régie publicitaire de France Télévisions qui s’occupe de monétiser son audience. Il n’est donc pas rare de voir des vidéos Brut sur la chaîne France Info et bien d’autres supports du groupe. L’un des événements les plus marquants pour le média au cours des derniers mois est sans aucun doute l’entretien avec Emmanuel Macron diffusé en direct sur la chaîne YouTube de Brut.

ENTR va au-delà des barrières linguistiques

Toutefois, si jusqu’à présent le “format Brut” parvient à se démarquer dans le paysage médiatique grâce à son aspect novateur et ses sujets pertinents, il semblerait qu’un concurrent de taille fasse son entrée sans tarder. Le groupe France Médias Monde, ainsi que son homologue allemand Deutsche Welle, ont annoncé le lancement à venir d’un projet en commun. Ce projet est présenté comme étant une nouvelle offre numérique basée sur un média plurilingue disponible uniquement sur les réseaux sociaux (YouTube, Instagram et Facebook, pour commencer). Baptisé ENTR (prononcé “enter”), ce média sera selon ses fondateurs principalement destiné aux jeunes européens de 18 à 34 ans, grâce à ses déclinaisons en 6 langues (français, allemand, anglais, polonais, portugais, roumain).

À noter que ce média pouvant être considéré comme une sorte de fusion entre Arte et Brut, ne part pas de zéro. En effet, le projet dispose d’un budget de 3,2 millions d’euros pour la première année, et pourra sur une équipe franco-allemande de 12 journalistes, sans compter le soutien d’une dizaine de médias partenaires déjà implantés dans 6 pays. Pour en savoir, retrouvez ci-dessous le communiqué émit par France Médias Monde dans le lequel on peut lire : “Cette offre a l’ambition de proposer des contenus sur toutes les thématiques qui suscitent l’intérêt et font le plus réagir les jeunes sur Internet”.

Leave a Reply

%d bloggers like this: