Enquête. Disparition de Delphine Jubillar : un avocat des parties civiles évoque une “issue … – Le JSL

Spread the love
  • Yum

Près d’un mois après la disparition dans le Tarn de Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, deux camps se font désormais face du côté des parties civiles : début janvier, Cédric Jubillar, le mari de la disparue, avec laquelle il était en instance de séparation, s’est porté partie civile, avec pour avocat Me Jean-Baptiste Alary, le bâtonnier d’Albi. “Si on ne l’avait pas fait, les Sherlock Holmes du dimanche auraient pris ça pour un aveu de culpabilité”, a commenté l’avocat dans Midi Libre.

Parallèlement, cinq proches de la jeune femme, deux cousins et trois de ses amis intimes, ont également pris un avocat, Me Philippe Pressecq, pour avoir accès à l’enquête.

“La lancinante incertitude d’une issue pressentie”

“Pour mes clients l’hypothèse d’une disparition volontaire le soir de son départ, ou qu’elle ait mis fin à ses jours, est du domaine de l’invraisemblable : c’était tout à fait impossible que Delphine Jubillar décide de disparaître ainsi”, a commenté lundi Me Pressecq, pour qui “chaque jour qui passe hypothèque de plus en plus l’idée d’une issue heureuse dans cette affaire”, selon France 3 Occitanie.

Ce mardi, l’avocat a à nouveau fait part de son pessimiste en tweetant : “Affaire #Jubillar … toujours rien sauf la lancinante incertitude d’une issue pressentie”.

Delphine Jubillar, mère de deux enfants de 18 mois et 6 ans, a disparu dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 décembre du domicile familial de (Tarn), au nord d’Albi. C’est le mari qui avait signalé aux gendarmes la disparition de son épouse. Malgré d’intenses recherches et des fouilles, les gendarmes n’ont pas retrouvé sa trace. Plusieurs hypothèses restent ouvertes, mais la piste criminelle est privilégiée.

Cédric Jubillar prochainement entendu ?

Le 23 décembre, le parquet a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire pour “enlèvement” et “séquestration”.

Selon La Dépêche, son mari, qui avait déjà été convoqué par la gendarmerie pour assister aux fouilles du domicile conjugal, devrait être prochainement entendu par les enquêteurs. “Monsieur Jubillar est tout à fait disposé à répondre à toutes les questions, sous quelque forme légale que ce soit”, a assuré son avocat, Me Alary.

Leave a Reply

%d bloggers like this: