Après trois jours de cavale, la passagère de la voiture qui a tué un enfant et qui en a blessé un autre grièvement dimanche à Lorient, a fini par se rendre. Seule. Le chauffard présumé, Killian L.-R., est toujours en fuite.

Peu avant minuit, mercredi soir, Gaëlle T., 21 ans, a sonné chez un particulier, à Caudan (Morbihan), « dans des conditions qu’il reste à éclaircir », a précisé la procureure de Lorient, Laureline Peyrefitte, lors d’un point presse donné ce jeudi en fin d’après-midi. La fugitive a ensuite demandé à son hôte d’appeler la police.

« Je suis bouleversé », nous confie Stéphane, l’oncle de Gaëlle, depuis l’île de Groix, où est implantée une grande partie de la famille. « On commence à réaliser ce qu’il s’est passé », ajoute-t-il.

Ses proches « sous le choc »

Dimanche, Gaëlle était assise sur le siège passager, à côté de Killian, lorsque leur voiture a percuté les enfants. Elle a ensuite pris la fuite avec son compagnon, d’abord avec le véhicule accidenté, puis à pied. Elle se serait ensuite terrée en forêt, où elle aurait, selon ses dires, perdu la trace de Killian, d’après BFMTV.

Il est aujourd’hui reproché à Gaëlle des faits de non-assistance à personne en danger. « Je pense qu’elle a été prise dans un engrenage, c’est clair. On est sous le choc », nous dit Stéphane. La mère de Gaëlle et une amie proche de la jeune femme pensent qu’elle aurait agi sous l’« emprise » de Killian, un jeune homme « manipulateur, possessif et jaloux ».

« Elle n’a pas fait cette cavale d’elle-même »

Même stupéfaction du côté de ses anciennes coéquipières au club de foot amateur du Cercle sportif de Quéven. « Tout ce que je peux vous dire, c’est que je crois dur comme fer qu’elle n’a pas fait et choisi de faire cette cavale d’elle-même », estime Maelle*. « C’est une fille bien », renchérit Aurélie*.

Mais cette version ne semble pas tout à fait convaincre les enquêteurs de la sûreté départementale du Morbihan, épaulés par leurs collègues de la PJ de Rennes, qui l’ont placée en garde à vue à 23h35.

« J’ai rencontré une jeune femme fatiguée et stressée, ne sachant pas trop ce qu’il allait lui arriver », nous raconte Me Christine Bergeron-Kerspern, l’avocate commis d’office de Gaëlle, qui a pu s’entretenir 30 minutes avec sa cliente. Ce jeudi, en fin d’après-midi, le parquet de Lorient a fait savoir qu’il envisageait d’ores et déjà « de prolonger la garde à vue » de la jeune femme.

* Leurs prénoms ont été modifiés à leur demande.