En Israël, la spectaculaire évasion d’une figure de la lutte palestinienne – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Des soldats israéliens vérifient les papiers de Palestiniens s’apprêtant à rejoindre la Cisjordanie, près du village de Muqeible, en Israël, le 6 septembre 2021.

Voilà que Zakaria Zubeidi fait de nouveau figure d’« ennemi public numéro un » en Israël. Mais pour combien de temps ? Cet ancien combattant palestinien, qui s’était distingué durant la seconde intifada (2000-2005) à Jénine, la grande ville rebelle du nord de la Cisjordanie occupée, a réussi une évasion spectaculaire, dans la nuit de dimanche 5 à lundi 6 septembre.

Zubeidi s’est engouffré dans un tunnel creusé avec cinq codétenus pour fuir la centrale de haute sécurité de Gilboa, située à une quinzaine de kilomètres de sa ville natale, de l’autre côté du mur israélien qui enserre les territoires. Leur évasion a déclenché une vaste chasse à l’homme dans le pays ainsi qu’en Cisjordanie, et suscité une vague de fierté parmi les Palestiniens.

Le tunnel par lequel les six prisonniers palestiniens, dont Zakaria Zubeidi, se sont évadés de la prison de Gilboa, en Israël, le 6 septembre 2021.

Les fugitifs ont choisi la veille du nouvel an juif pour mettre leur plan à exécution, profitant d’une probable relâche de leur garde. Leur tunnel, ouvert dans des toilettes, débouchait sur un espace vide situé sous leur cellule commune. De là, ils ont pu creuser à travers une vingtaine de mètres de terre jusqu’à l’extérieur. La sortie a été découverte près de l’enceinte, masquée sous un tas d’herbes. Une voiture les aurait attendus dans les environs. Ce sont des paysans locaux qui ont donné l’alerte, vers 3 heures du matin.

Lire aussi L’ennemi public numéro un est fatigué

Tous ces hommes sont originaires de Jénine. Cinq sont des membres de second rang du Jihad islamique, groupe islamiste armé, satellite du Hamas principalement actif dans la bande de Gaza. La plupart purgeaient des peines à perpétuité pour des actes de terrorisme. L’un d’eux, Iham Kamamji, avait été arrêté en 2006 et condamné pour l’enlèvement et le meurtre d’un garçon de 18 ans, Eliyahu Asheri, près de la colonie d’Ofra, en Cisjordanie. Qu’ils aient été détenus si près de leur région natale, où ils pouvaient bénéficier d’aide, a suscité depuis lors des critiques d’officiels anonymes dans la presse.

Un « militant de la paix » à la réputation de bandit

Zakaria Zubeidi, à Jénine (Cisjordanie), en décembre 2004.

Parmi eux, Zakaria Zubeidi, 45 ans, apparaît d’une autre trempe. C’est un « héros » à l’aura défraîchie, un « militant de la paix » autoproclamé à la réputation de bandit, un franc-tireur, un « cas à part », note Qadoura Farès, le chef du club des prisonniers palestiniens. Cela faisait près de quinze ans que M. Zubeidi n’avait plus fait la « une ». Ce gamin du camp de réfugiés de la ville, qui a perdu sa mère et un frère durant la seconde intifada, était devenu, en 2002, sur un coup de chance, le chef local des brigades des martyres d’Al-Aqsa, la branche armée du Fatah. Accusé d’avoir commandité un attentat contre un local du Likoud, le parti au pouvoir, en 2002 en Israël, il a échappé à plusieurs tentatives d’assassinat durant les années 2000.

Il vous reste 52.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: