En Irak, le pape François et l’ayatollah Al-Sistani plaident pour la paix et l’égalité pour les Irakiens de toutes croyances – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le pape François à Ur (Irak), le 6 mars 2021.

Le grand ayatollah Ali Al-Sistani, autorité spirituelle des chiites en Irak, a reçu le pape François, samedi 6 mars, à Nadjaf, au deuxième jour de la visite dans le pays du chef de l’Eglise catholique. La rencontre, qualifiée « de courtoisie », était privée. Elle a duré quarante-cinq minutes. Aucun média n’était autorisé sur place, sauf celui du Vatican. Mais la photo a suffi. François aurait pu dire, comme il l’avait fait lors de sa première rencontre en 2016 avec le grand imam de l’université égyptienne d’Al-Azhar, autorité sunnite : « Le message, c’est notre rencontre. » Ce message, c’est une caution apportée par le dignitaire chiite – très respecté et qui est intervenu plusieurs fois, ces dernières années, en défense de minorités – au fait que les chrétiens méritent considération, protection et droit de cité.

Le pape a « remercié » son hôte pour avoir, ces dernières années, « pris la défense des plus faibles et des persécutés »

A l’issue de la première rencontre entre un pontife romain et une autorité chiite de ce niveau, les bureaux des deux protagonistes ont chacun publié un communiqué. Bref, celui du Vatican rapporte que le pape a souligné pendant la rencontre « l’importance de la collaboration et de l’amitié entre les communautés religieuses » pour « le bien de l’Irak, de la région et du monde entier ». François a « remercié » son hôte pour avoir, ces dernières années, « pris la défense des plus faibles et des persécutés » et affirmé « l’importance de l’unité du peuple irakien ».

« En sécurité et en paix »

Plus long, celui du bureau de l’ayatollah indique que celui-ci a parlé de « l’injustice, l’oppression, la pauvreté, les persécutions intellectuelles et religieuses, la suppression des libertés fondamentales et l’absence de justice sociale », du « déplacement de personnes » dans la région, « spécialement des Palestiniens dans les territoires occupés ». « Il a réaffirmé son intérêt pour que les citoyens chrétiens vivent comme tous les Irakiens, en sécurité et en paix et dans la plénitude de leurs droits constitutionnels. »

Il a également mis en avant « le rôle que la Marjaya [la direction spirituelle chiite] a joué pour les protéger et protéger ceux qui ont souffert d’injustice et d’attaque dans les incidents des années passées, spécialement pendant la période où les terroristes s’étaient emparés de vastes parties de plusieurs provinces irakiennes ».

Il vous reste 59.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: