EN IMAGES. “Trump, c’est fini !” : des Américains laissent éclater leur joie après la victoire de Joe Biden – franceinfo

Spread the love
  • Yum

De longs jours d’attente, puis la liesse et le soulagement. Dans de nombreuses métropoles des Etats-Unis, à Chicago, Philadelphie, New York ou Washington, des milliers d’Américains et électeurs de Joe Biden ont laissé éclater leur joie, samedi 7 novembre, à l’annonce de la victoire à l’élection présidentielle américaine du candidat démocrate. Dans un concert de klaxons, ils ont pleuré, tapé sur des casseroles et crié “Trump, c’est fini !”

>> Election américaine : suivez notre direct

A New York – ville natale de Donald Trump, mais à majorité démocrate – les scènes de oie ont commencé dès les premières alertes arrivées sur les smartphones. Dans les minutes qui ont suivi, cris et de klaxons ont résonné dans Manhattan, les habitants sont sortis dans la rue ou sur leur balcon, frappant sur des casseroles. A Brooklyn, des manifestants ont célébré la victoire sur la chanson Empire State of Mind d’Alicia Keys et Jay Z. Dans un autre quartier, des Américains ont dansé et chanté sur Celebration de Kool & The Gang.

Spontanément, sous un soleil radieux et des températures quasi-estivales, des milliers de personnes, masquées, ont convergé vers des points stratégiques, à Columbus Circle, en bordure de Central Park, à Times Square ou devant la Trump Tower, sur la 5e Avenue, où siège la Trump Organization et où habitait Trump jusqu’à son départ pour Washington en 2016.

“Ça a été quatre ans de souffrances, c’est un homme odieux, vraiment odieux, Je suis si heureuse qu’il s’en aille, même si maintenant on va devoir se soucier de tous les gens qui ont voté pour lui, car eux sont toujours là”, dit Jacqueline Brown, 58 ans, professeure d’université venue à vélo rejoindre la foule à Columbus Circle.

“Je suis submergé par la joie”, raconte aussi Bernie Jacobs, 84 ans, en prenant bagels et café près de la Trump Tower. “Tous les matins, on vient ici et on critique Trump, ça durait depuis quatre ans, c’était trop. On le détestait du jour où il est arrivé au pouvoir (…) Il a été un président de rien du tout, avec un ego surdimensionné et zéro talent”.

“Etre débarrassée de Trump au quotidien, remettre un peu de normalité dans nos vies, et que mes enfants puissent voir un être humain respectable aux commandes – ça suffit à me rendre heureuse pour aujourd’hui !” déclare Catherine Griffin, les larmes aux yeux, descendue dans la rue avec sa fille.

Les cris de joie ont également fusé à Washington chez les partisans de Joe Biden, sitôt annoncée sa victoire à la Maison Blanche. Sur les balcons avec des casseroles, dans la rue avec des klaxons, des partisans ont crié leur “soulagement”. “On sait enfin qu’on ne va pas avoir quatre ans de plus de Donald Trump !” réagit Alex Norton, 31 ans, venue participer à la liesse devant la résidence présidentielle.

Des milliers de personnes ont, comme eux, convergé vers “Black Lives Matter Plaza”, une partie de l’artère menant à la Maison Blanche, ainsi renommée au printemps pour dénoncer les violences policières et racistes contre les Noirs.

“Je trouve que le président actuel menaçait les règles de la démocratie. Le fait de pouvoir le répudier de manière démocratique est très important pour moi”, explique à franceinfo Michael, un électeur de Joe Biden. “On vient de faire le premier pas pour revenir dans l’histoire du monde, plus fort”, se réjouit Robert.

Les rues autour du 1600 Pennsylvania Avenue avaient des airs de fête, et un groupe de “go-go”, un genre musical proche du funk typique de la capitale, a fait danser les manifestants sur la place McPherson. De nombreuses personnes ont repris le slogan de l’émission de Donald Trump “The Apprentice”, “You’re fired” (“Vous êtes viré”), pour le retourner contre le président déchu.

Près de la Maison Blanche, des électeurs ont improvisé une danse en clamant “Voici à quoi ressemble la démocratie” et au son de YMCA du groupe Village People, chanson de clôture des meetings de Donald Trump. Plusieurs personnes ont aussi salué l’élection de Kamala Harris, femme noire et asiatique, à la vice-présidence. “Je suis aussi une fille d’immigrés. Je ne pensais pas que je verrai quelqu’un comme elle à ce poste” se réjouit Halcyon auprès de notre envoyé spécial.

Des centaines de personnes ont aussi fait la fête à Chicago. Certains se sont rassemblés au pied de la Trump Tower ou ont défilé dans leur voiture en klaxonnant. Une personne déguisée en Batman a été aperçue, défilant sur un segway.

A Philadelphie, plus grande ville de Pennsylvanie, Etat où Joe Biden est né, des supporters du démocrate ont dansé, se sont enlacés et ont crié leur joie dans les rues. Une fête géante et une marche ont été improvisés devant l’Independence Hall, monument central de l’histoire des Etats-Unis, relève Le Monde. C’est dans ce bâtiment que fut signée la Déclaration d’indépendance et que fut adoptée la Constitution américaine. Certains ont défilé en reprenant le titre Na Na Hey Hey (Kiss Him Goodbye) de Bananarama.

De l’autre côté des Etats-Unis, à Portland (Oregon), où des manifestations contre les violences policières et le racisme se déroulent régulièrement depuis cet été, les électeurs ont également célébré la victoire de Joe Biden, parfois le poing levé. Des drapeaux “Black Lives Matter” ont été brandis et le slogan a été répété, sur la musique Purple Rain de Prince.

Quelques heures après l’annonce des résultats de l’élection, devant une foule en liesse rassemblée en “drive-in”, Joe Biden a appelé les Américains à ne plus traiter leurs “opposants comme des ennemis”. “Je m’engage à être un président qui rassemble et non pas qui divise”, a-t-il lancé lors d’un discours enflammé dans son fief du Delaware, Wilmington.

Sans un mot pour son adversaire, Joe Biden a célébré sa “victoire convaincante”, tout en tendant la main aux électeurs du président républicain dont il a dit comprendre la “déception”. En fin de soirée, un feu d’artifice a été lancé pour célébrer la victoire avec le drapeau des Etats-Unis et le nom “Biden” inscrit dans le ciel, sur le titre A Sky Full Of Stars de Coldplay.

Il aura fallu attendre près de quatre jours entiers pour connaître l’issue de l’élection du 3 novembre, en raison d’un dépouillement interminable dans certains Etats clefs comme la Pennsylvanie, après un recours massif au vote par correspondance ou par anticipation.

Leave a Reply

%d bloggers like this: