19h48: Météo France a levé ce soir à 19h15 la vigilance orange aux vents violents pour les dix départements (Charente-Maritime, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Sarthe, Deux-Sèvres, Vendée et Vienne) auparavant concernés.

19h37: Le point sur la tempête

Trois sauveteurs en mer sont morts vendredi au large des Sables-d’Olonne après le chavirage de leur vedette, sortie en pleine tempête Miguel pour porter assistance à un bateau de pêche dont le marin est porté disparu.

Selon la préfecture de Vendée, le bilan est de “trois morts, sauveteurs de la SNSM” (Société nationale du sauvetage en mer).

En tout, sept hommes se trouvaient à bord de la vedette.

Quatre survivants ont regagné la côte à la nage alors que le canot a chaviré à 800 mètres de la plage, d’après la même source. La vedette, le SNS 061 Jack Morisseau, était sortie porter assistance à un bateau de pêche en difficulté, le Carrera, dont le propriétaire est porté disparu. D’après plusieurs sources, ce pêcheur n’était pas le seul à bord.

“Pour le moment on n’arrive pas à retrouver le chalutier, on pense donc qu’il a chaviré. On a retrouvé des débris et un canot de sauvetage vide”, a indiqué à l’AFP la préfecture maritime. Elle a ajouté que “le canot de la SNSM a été engagé par le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, ndlr) Etel” pour essayer de “l’aider à rentrer au port”, a précisé à l’AFP la préfecture maritime, expliquant que les victimes étaient restées “coincées à l’intérieur du canot”.

Un sauveteur de la SNSM contacté par l’AFP a indiqué qu’il s’agissait d’un canot “tous temps”, des bateaux “auto-redressables”. Trois hélicoptères de la gendarmerie, les pompiers et la marine survolaient la zone pour tenter de repérer les victimes, a constaté un photographe de l’AFP. Une soixantaine de pompiers étaient sur place.

Le centre opérationnel départemental a été activé, ainsi que le “Plan NOVI nombreuses victimes” et le Plan blanc, a précisé la préfecture, indiquant que les autorités préfectorales étaient sur place. Le maire des Sables-d’Olonne Yannick Moreau (LR) a évoqué “un drame absolu” assurant que sa ville était “sous le choc”.

“Sur un canot de sept sauveteurs bénévoles, des marins expérimentés, trois aujourd’hui sont décédés. Leur bateau a été fracassé par la dureté de la mer, parce qu’ils ont été déclenchés par le Cross pour aller porter secours à un navire en détresse.” Le maire de cette station balnéaire s’est demandé pourquoi un bateau de pêche était sorti en mer alors que le département avait été placé en alerte orange en raison de la tempête Miguel.

“Il est assez incompréhensible qu’il y ait un bateau à la mer un jour comme aujourd’hui”, a-t-il fustigé. “Le canot de la SNSM des Sables est armé par un équipage de marins qui connaissent la mer, qui connaissent les conditions, c’est des pros. Ce sont des gens qui ont le cœur sur la main et qui sont prêts à risquer leur vie pour sauver les autres”, a-t-il dit. Le ministre de la Transition écologique François de Rugy s’est rendu sur place.

Plusieurs membres du gouvernement ont fait part de leur tristesse et apporté leur soutien à la SNSM, comme le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

“Mes pensées accompagnent les sauveteurs en mer des Sables-d’Olonne endeuillés alors que leurs camarades portaient secours à un navire en difficulté. Je partage leur émotion et leur immense tristesse. Les opérations de secours se poursuivent”, a-t-il écrit sur twitter.

La ministre des Transports Elisabeth Borne, qui s’est dit “bouleversée par le tragique accident”, a confié que “toute la famille maritime” était “en deuil”. L’association SNSM, reconnue d’utilité publique, assure gratuitement des opérations de sauvetage en mer et compte environ 8.000 bénévoles.

19h34: Deux femmes ont été légèrement blessées après la chute de branches d’arbre au château de Chenonceau (Indre-et-Loire). Les deux blessées, l’une au dos, l’autre à la cuisse, ont été transportées à l’hôpital d’Amboise pour des examens de contrôle.

18h51: A 18h30, 73.500 foyers de l’ouest sont privés d’électricité dont 29.000 en Nouvelle-Aquitaine, 12.000 en Bretagne, 12.000 en Centre-Val de Loire, 11.000 en Pays-de-la-Loire et 9.500 en Normandie (Chiffres Enedis à LCI)

18h30: Les sauveteurs en mer s’expriment dans un communiqué de presse: 

“Le Canot Tous Temps Jack Morisseau de la SNSM a chaviré à 800 mètres des côtes, au large des Sables d’Olonne, avec 7 sauveteurs à bord. Alors que la tempête Miguel balaie la côte Atlantique, le canot de la SNSM partait en intervention secourir un bateau de pêche en difficulté.

La SNSM déplore le décès de trois sauveteurs bénévoles. Le reste de l’équipage ont pu être secourus.

‘Cette disparition tragique provoque une immense émotion dans la famille des Sauveteurs en Mer et nous rappelle les risques que prennent chaque jour nos bénévoles, pour secourir les personnes en difficulté en mer » indique Xavier de la Gorce, Président de la SNSM.’

Le CROSS Etel a coordonné l’opération de sauvetage et les autorités préfectorales sont sur place. Ce drame a nécessité l’intervention des pompiers, de l’hélicoptère Dragon 17 de la Rochelle et de plongeurs.

Le Président de la SNSM se rend aux Sables d’Olonne pour retrouver les membres de la station de sauvetage et les entourer dans cette terrible épreuve

17h31: Emmanuel Macron: “Animés par l’esprit de solidarité des gens de mer, trois sauveteurs de la SNSM ont perdu la vie ce matin alors qu’ils tentaient de sauver des marins en détresse. Je pense à leurs familles, à leurs équipiers, camarades de la SNSM, et à l’ensemble de la communauté maritime.”

17h14: Le groupe Enedis annonce que 65.000 foyers sont privés d’électricité. Dans le détail, comme le rapporte LCI :

  • 15.000 clients privés d’électricité en Pays de la Loire 

  • 5.000 clients en Bretagne

  • 5.000 clients en Poitou-Charentes 

  • 5.000 clients sur le Limousin

  • 35.000 clients en Aquitaine

17h00: Le Président de la SNSM s’est exprimé peu avant 17h pour faire le point sur les événements

“Nous formons les marins au sauvetage. Ce sont des marins formés pour le sauvetage. La formation est essentielle”, a-t-il déclaré.

«C’est un très grave accident (…) l’heure est à la tristesse», a continué Xavier de la Gorce en précisant que “le risque zero n’existe pas”. “L’heure n’est pas à la polémique”, a-t-il rappelé.

16h47: Le maire des Sables-d’Olonne Yannick Moreau (LR) a évoqué «un drame absolu» assurant que sa ville était «sous le choc».

«Sur un canot de sept sauveteurs bénévoles, des marins expérimentés, trois aujourd’hui sont décédés. Leur bateau a été fracassé par la dureté de la mer, parce qu’ils ont été déclenchés par le Cross pour aller porter secours à un navire en détresse.»

Le maire de cette station balnéaire s’est demandé pourquoi un bateau de pêche était sorti en mer alors que le département avait été placé en alerte orange en raison de la tempête Miguel.

«Il est assez incompréhensible qu’il y ait un bateau à la mer un jour comme aujourd’hui», a-t-il fustigé. «Le canot de la SNSM des Sables est armé par un équipage de marins qui connaissent la mer, qui connaissent les conditions, c’est des pros. Ce sont des gens qui ont le cœur sur la main et qui sont prêts à risquer leur vie pour sauver les autres», a-t-il dit.

16h32: Trois hélicoptères de la gendarmerie, les pompiers et la marine survolaient la zone des Sables-d’Olonne pour tenter de repérer les victimes, a constaté un photographe de l’AFP. Une soixantaine de pompiers étaient sur place.

Le centre opérationnel départemental a été activé, ainsi que le «Plan NOVI nombreuses victimes» et le Plan blanc, a précisé la préfecture, indiquant que les autorités préfectorales étaient sur place.

16h02: Météo France vient de publier un nouveau bulletin. Ce sont toujours dix départements – les mêmes que ce matin – qui sont en vigilance orange “vents violents”.

Maintien de suivi pour : Charente-Maritime (17), Indre (36), Indre-et-Loire (37), Loir-et-Cher (41), Loire-Atlantique (44), Maine-et-Loire (49), Sarthe (72), Deux-Sèvres (79), Vendée (85) et Vienne (86).

15h10: Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, se rend sur place aux Sables d’Olonne

15h02: Ce que l’on sait cet après-midi sur le naufrage du bateau de la SNSM

Trois sauveteurs de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) ont péri en mer vendredi après le chavirage de leur vedette au large des Sables d’Olonne, a annoncé vendredi la préfecture de Vendée, un des départements touché par la tempête Miguel.

Le bilan est de «trois morts, sauveteurs de la SNSM», selon la préfecture.

Sept hommes se trouvaient à bord de la vedette. Les quatre survivants ont regagné la côte à la nage, selon la même source.

Trois hélicoptères, de la gendarmerie, les pompiers et la marine, survolaient la zone pour tenter de repérer les victimes, a constaté un photographe de l’AFP.

Une soixantaine de pompiers étaient sur place.

«En fin de matinée, une vedette de la SNSM a chaviré à 800 mètres des côtes au large des Sables d’Olonne avec sept marins à bord», a expliqué la préfecture dans un communiqué.

Elle a fait naufrage alors qu’elle était sortie porter assistance à un bateau de pêche en difficulté, dont le propriétaire est porté disparu.

Le centre opérationnel départemental a été activé en préfecture, ainsi que le «Plan NOVI nombreuses victimes» et le Plan blanc, a précisé la préfecture, en indiquant que les autorités préfectorales sont sur place.

Dix départements du Centre-Ouest de la France, allant des côtes atlantiques à la région Centre, ont été placés vendredi en vigilance orange par Météo-France, en raison de rafales de vent de 110 à 120 km/h, accompagnées de pluies, avec l’arrivée de la tempête Miguel.

15h00: La préfecture maritime confirme que trois sauveteurs de la SNSM sont morts lors du sauvetage. Les quatre autres sauveteurs rescapés sont légèrement blessés. A noter qu’un marin pêcheur, qui travaillait sur le chalutier en détresse, est porté disparu.

14h52: Trois hélicoptères sont engagés : un de la Sécurité civile, un de la gendarmerie et un de l’Armée de l’air

14h42: Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a lui aussi réagi après le drame survenu aux Sables d’Olonne.

“Mes pensées accompagnent les sauveteurs en mer des Sables-d’Olonne endeuillés alors que leurs camarades portaient secours à un navire en difficulté. Je partage leur émotion et leur immense tristesse. Les opérations de secours se poursuivent”.

14h39: François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est exprimé sur son compte Twitter. “
Je salue les @SauveteursenMer : leur vedette a chaviré alors qu’ils secouraient un bateau de pêche en pleine tempête #Miguel. Ce drame vient rappeler leur courage pour secourir les marins en danger. Toutes mes condoléances aux familles des victimes. Tout mon soutien à la #SNSM”, a-t-il déclaré sur le réseau social.

14h36: Sur BFMTV, le président de la société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) précise que “c’est un équipage extrêmement entraîné” en évoquant le bateau qui a chaviré ce midi.

“C’est un traumatisme pour les sauveteurs, c’est l’événement le plus grave depuis 1986”, a indiqué Xavier de la Gorce.

14h22: Le maire des Sables d’Olonne, Yannick Moreau, est sans nouvelle du chalutier qui a fait appel à la SNSM.

14h18: Dominique Bussereau, le président du Département de la Charente-Maritime, a tenu à rendre hommage aux sauveteurs de la SNSM. “Hommage très ému aux courageux sauveteurs de la SNSM @SauveteursenMer disparus au large des @lessables en pleine tempête #Miguel Ces hommes et ces femmes bénévoles sont la fierté de nos littoraux”, a-t-il déclaré sur le réseau social.

14h13: Ce que l’on sait du naufrage d’une vedette de la SNSM

Trois sauveteurs de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) ont péri en mer vendredi après le chavirage de leur vedette au large des Sables d’Olonnes, a annoncé vendredi la préfecture de Vendée, un des départements touché par la tempête Miguel.

Le bilan est de «trois morts, sauveteurs de la SNSM», selon la préfecture. Sept hommes se trouvaient à bord de la vedette qui a chaviré, à 800 mètres de la côte. Les quatre survivants ont regagné la côte à la nage, selon la même source.

13h52: Selon le maire de la ville, trois sauveteurs sont morts dans le naufrage d’une vedette de la SNSM, ce matin.  Une personne à bord d’un bateau de pêche est toujours portée disparue.

13h44: Le préfet de Vendée confirme sur Twitter qu’une vedette des Sauveteurs en mer a chaviré “à 800m des côtes au large des Sables d’Olonne avec 7 marins à bord”. 

Le Centre opérationnel départemental est activé, ainsi que le plan NOVI n°1. “Les autorités préfectorales se rendent sur place”, précise le préfet sur le réseau social. 

13h35: Le point à la mi-journée

Dix départements du Centre-Ouest de la France, allant des côtes atlantiques à la région Centre, ont été placés vendredi en vigilance orange par Météo-France en raison de rafales de vent de 110 à 120 km/h accompagnées de pluies attendues avec l’arrivée de la tempête Miguel.

Deux nouveaux départements, la Sarthe et le Loir-et-Cher, ont été ajoutés vendredi matin à la liste des huit déjà placés en vigilance orange dès jeudi, à savoir la Charente-Maritime, l’Indre, l’Indre-et-Loire, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres, la Vendée et la Vienne.

Cette vigilance orange est prévue jusqu’à 19h00 vendredi mais les vents devraient faiblir nettement par l’ouest à partir du milieu d’après-midi, selon Meteo France.

Par ailleurs, la plus grande partie de la France, à l’exception de la côté méditerranéenne et de la grande région toulousaine, est également placée en vigilance jaune.

On attend des rafales maximales de 110 à 120 km/h sur le littoral, de 100 à 110 km/h dans l’intérieur. Des rafales de 118 km/h ont été relevées à Saint-Clément des Baleines, 111 km/h à Chassiron (Charente-Maritime), 110 km/h au Cap-Ferret (Gironde), 106 km/h à L’Ile d’Yeu (Vendée), indique Météo France.

Après la Charente-Maritime, la Loire-Atlantique et la Vendée en début de journée, les vents forts devaient gagner en cours de matinée et début d’après-midi le Poitou ainsi que les départements en vigilance orange des Pays-de-la-Loire et du Centre.

A Nantes, les parcs et jardins sont fermés au public toute la journée de vendredi, a indiqué la Ville.

En Vendée, toutes les laisons avec l’île d’Yeu sont annulées pour la journée. De leur côté, les pompiers du département sont intervenus environ 35 fois depuis le matin, essentiellement pour des chutes d’arbres et de matériaux, selon le Codis. Une personne a été légèrement blessée, touchée par une bâche qui s’est envolée.

A La Roche-sur-Yon, l’ouverture de la foire prévue vendredi a été reportée à samedi «pour des raisons de sécurité», ont indiqué les organisateurs sur les réseaux sociaux. De même, à Parthenay (Deux-Sèvres), la foire est fermée vendredi.

En Charente-Maritime, la préfecture a interdit la circulation, limitée à 50 km/h, sur le pont de l’île d’Oléron aux piétons, deux roues, véhicules avec remorques, etc… en vertu du niveau d’alerte 2.

Le pont de l’île de Ré reste en alerte 1 avec des restrictions de circulation relativement similaires.

Enfin, par mesure de précaution, la circulation est interrompue jusqu’à 17h00 sur les lignes TER Bordeaux-La Rochelle, Royan-Angoulême, Royan-Niort et Poitiers-La Rochelle.

13h02: Ce matin, une navette de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) s’est retournée au large des Sables-d’Olonne. Selon un premier bilan, rapporté par Ouest-France, une personne est décédée.

La navette allait secourir un bateau en difficulté. “Le bateau des secours s’est retourné avec la houle au large de la plage de Tanchet. Il y aurait sept hommes à bord”, expliquent nos confrères.

Quatre marins ont pu rejoindre la plage. Deux marins seraient coincés sous le bateau. Un marin serait porté disparu.

12h43: Sur les ponts de l’île d’Oléron et de l’île de Ré (Charente-Maritime), le trafic est interdit aux poids lourds, bus, camping-cars, vélos, vélomoteurs, motos, véhicules avec remorque ainsi qu’aux piétons.

12h20: En raison de la tempête Miguel, la SNCF annonce que le trafic est interrompu sur plusieurs lignes de l’Ouest de la France. Des branches d’arbres sont en effet tombées sur un caténaire sur la ligne SNCF reliant Pauillac à Macau.

Voici les lignes concernées:  – Bordeaux à La Rochelle ; – Royan à Angoulême; – Royan-Niort à Poitiers-La Rochelle.

“Cette mesure, qui ne s’applique pas aux trains déjà en circulation, devrait être maintenue jusqu’à 17 heures”, précise BFMTV.

11h32: Plusieurs parcs ont été fermés dans de nombreuses villes de France, comme à Nantes ou à La Roche-sur-Yon, par crainte de chutes d’arbres suite au passage de la tempête Miguel.

11h12: “A l’avant de la dépression Miguel, le vent est orienté au secteur sud-sud-est faible à modéré, mais il a déjà tourné au sud-sud-ouest sur le littoral et les ïles de l’Aquitaine à la Vendée. Parallèlement, le vent commence à se renforcer en ce début de journée sur la façade Atlantique”, précise Météo France dans son bulletin de vigilance actualisé.

Et d’ajouter : “Des rafales de 118 km/h ont été relevées à Saint-Clément des Baleines, 111 km/h à Chassiron, 110 km/h au Cap-Ferret, 106 km/h à L’Ile d’Yeu”.

10h01: Météo France vient de placer le Loir-et-Cher et la Sarthe en vigilance orange “vents violents”. Ce sont désormais 10 départements qui sont en alerte orange

09h48: Météo France rappelle le comportement à adopter lors de la tempête.

  • Limitez vos déplacements et renseignez vous avant de les entreprendre.
    – Prenez garde aux chutes d’arbres ou d’objets divers.
    – N’intervenez pas sur les toitures.
    – Rangez les objets exposés au vent.
    – Prenez, si possible, les premières précautions face aux conséquences d’un vent violent dans votre région.
    – Installez impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments.
    09h32:
    Sur la plupart des régions, le vent de secteur sud à sud-ouest soufflera de 70 à 90 km/h en rafales, jusqu’à 100/110 km/h en matinée des Pays-de-la-Loire et du Poitou-Charentes à l’ouest de la région Centre, voire 120 km/h sur les côtes. Sur le sud de la région lyonnaise ainsi que sur le Massif central, le vent de sud atteindra temporairement les 90 à 100 km/h en pointes.

Météo France prévient que des dégâts importants sont à attendre. Les conditions de circulation peuvent être localement difficiles et quelques perturbations peuvent affecter les transports aériens et ferroviaires [et maritimes].

L’est de PACA et la Corse conserveront un temps plus clément avec de belles éclaircies.

Le matin, les températures iront de 9 à 15 degrés, jusqu’à 16 à 17 degrés près de la Méditerranée. L’après-midi, il fera 15 à 21 degrés sur une grande moitié ouest du pays, 22 à 28 degrés ailleurs, jusqu’à 29 à 30 degrés en Alsace et en Corse.

09h28: En début de journée, la dépression Miguel remonte vers le sud de la Bretagne et le vent se renforce nettement sur la Charente-Maritime, la Loire-Atlantique et la Vendée puis les vents forts gagnent en cours de matinée le Poitou, les départements en vigilance orange des Pays-de-la-Loire et du Centre.

On attend des rafales maximales de 110 à 120 km/h sur le littoral et de 100 à 110 km/h dans l’intérieur. Sur les départements limitrophes en vigilance jaune vent, les rafales seront parfois voisines de 90 km/h.

La perturbation se décalera vers l’Est en cours de journée en prenant un caractère instable. A l’arrière, un temps de traîne chargé d’averses se mettra en place avec une activité orageuse plus marquée entre le Poitou-Charentes et le quart nord-ouest du pays.

08h24: La tempête Miguel va toucher aujourd’hui le centre-ouest de la France. Un phénomène inhabituel à cette période de l’année. 

C’est dans sa partie sud et est que les vents seront les plus forts. Dans la matinée de vendredi, le vent de secteur sud-ouest puis ouest va brusquement se lever puis se renforcer pour atteindre 110 à 120 km/h sur le littoral aquitain et charentais avec des pointes possibles à 130 km/h sur les îles et les caps exposés.

Dans l’intérieur de ces départements, les rafales pourront atteindre 100 voire 110 km/h. À la mi-journée et en début d’après-midi, ces vents violents jusqu’à 100-110 km/h gagneront du terrain dans l’intérieur des terres, vers le Poitou, les Charentes et le sud de la région Centre-Val de Loire.

Dans le même temps, le vent gagnera également en puissance sur les côtes des Pays-de-la-Loire et de Bretagne avec des pointes à 110 km/h alors que l’Île-de-France sera balayée par des vents à 90 voire 100 km/h en fin de journée.

Les côtes de la Manche subiront également les effets de la tempête lorsque la dépression remontera vers les îles britanniques dans la soirée et en début de nuit, avec des rafales dépassant 110 km/h localement.

Sous les averses orageuses les plus fortes, il n’est pas exclu que les rafales de vent soient supérieures à ces valeurs, d’où une grande vigilance recommandée.