EN DIRECT – Suivez le procès d’Alexandre Benalla – Le Figaro

Spread the love
  • Yum
La présidente Isabelle Prévost-Desprez et ses deux assesseurs sont arrivés, l’audience est ouverte. “Le tribunal impose la présence des prévenus à toutes les audiences“, indique la magistrale. 
Sur le banc des prévenus, Vincent Crase, accompagné de son avocat me Christian Saint-Palais vient de s’asseoir à côté d’Alexandre Benalla. Les deux hommes ne s’adressent pas la parole. Les deux policiers poursuivis, Laurent Simonin, représenté par me Antoine Maisonneuve et Maxence Creusat, défendu par Thibault de Montbrial sont également installés. Eux n’ont plus n’échange pas un mot. 
Alexandre Benalla, cheveux gominés et costume bleu-marine, a fait irruption dans la salle d’audience, accompagné de son avocate Me Jacqueline Laffont.

En attendant l’ouverture des débats d’ici une vingtaine de minutes, il échange avec la dessinatrice de presse, adresse un sourire à certains journalistes, visiblement très à l’aise.

En juillet 2018, Alexandre Benalla est identifié par le journal Le Monde sur une vidéo dans laquelle il apparaît avec un casque des forces de l’ordre, brutalisant une femme et un homme, place de la Contrescarpe, à Paris, à l’issue d’une journée de manifestation émaillée de heurts, le 1er mai.

Alors au cœur du dispositif de sécurité du président, il devait, ce jour-là, n’avoir qu’un rôle d’observateur. Sanctionné d’une suspension de 15 jours, il avait gardé un bureau à l’Elysée, révélait le quotidien.

Les enquêteurs découvrent ensuite que le chargé de mission pour la sécurité du chef de l’État aurait molesté un couple sur cette même place, ainsi que deux autres personnes au Jardin des plantes.

Le récit des faits – Il y a un an, l’affaire Benalla commençait place de la Contrescarape

Il ne s’agissait que d’«une affaire d’été, pas d’une affaire d’État», avait-il assuré au journal télévisé de TF1. Trois ans après le scandale qui a ébranlé le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla doit répondre de ses actes devant les juges à partir d’aujourd’hui.

Il est attendu, avec notamment Vincent Crase, à 13h30 devant le tribunal correctionnel de Paris afin d’être jugé pour 12 délits, dont «violences volontaires en réunion». L’ancien chargé de mission pour la sécurité du président est représenté par la pénaliste Jacqueline Laffont, notamment avocate de Nicolas Sarkozy. Le Figaro est sur place pour vous faire vivre cette première journée d’audience en direct.

» LIRE AUSSI – Le procès d’Alexandre Benalla s’ouvre ce lundi

À VOIR AUSSI – 1er Mai, passeports, contrat russe… Le récap’ des affaires Benalla

Bienvenue sur ce live consacré au procès d’Alexandre Benalla, jugé pour l’affaire des violences commises en marge des manifestations du 1er mai 2018.

Leave a Reply

%d bloggers like this: