EN DIRECT – Retraites : Laurent Berger (CFDT) conditionne la suite des négociations au retrait de l’âge pivot | LCI – LCI

Spread the love
  • Yum








EN DIRECT – Retraites : Laurent Berger (CFDT) conditionne la suite des négociations au retrait de l’âge pivot | LCI

































Social

Toute L’info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d’Emmanuel Macron

MOUVEMENT SOCIAL – Suite aux vacances de Noël, où la communication entre les syndicats et le gouvernement a été mise sur pause, les négociations reprennent mardi 7 janvier, au 34e jour de grève. Suivez les dernières informations.

NÉGOCIATIONS

Réforme des retraites : gouvernement et syndicats ont-ils fait des concessions depuis le 5 décembre ?

AVOCATS

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a appelé mardi les avocats, qui ont durci la grève lundi contre la réforme des retraites avec de nouvelles actions de blocages dans les tribunaux, à “continuer de dialoguer”.

“Nous sommes une profession libérale, nous n’avons pas l’habitude de faire grève. La mobilisation est extrêmement forte car les avocats ont été acculés à cette situation”, a rétorqué Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux (CNB).

“Je ne suis pas fermée à la discussion, mais on m’a indiqué jusqu’à hier soir qu’il n’y avait de négociation possible que si on acceptait le régime universel et pour nous, c’est non”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

“Le blocage, il est là. Et c’est la posture du gouvernement qui en est responsable”, a estimé Mme Féral-Schuhl. 

AGE PIVOT

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, ainsi que celui de l’Unsa, Laurent Escure, souhaitent que l’âge pivot soit retiré du projet de réforme des retraites d’ici à vendredi, date de la réunion prévue sur la mise en place d’une “conférence de financement”.
  

Laurent Berger a aussi indiqué en sortant de la réunion au ministère du Travail que la CFDT serait “mobilisée” en régions samedi prochain, date de manifestation choisie par l’intersyndicale qui demande le retrait (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC et organisations de jeunesse). 

LR

Le chef de file des députés LR Damien Abad a critiqué mardi un “renoncement” du gouvernement à l’équilibre financier de sa réforme des retraites, après l’ouverture d’Edouard Philippe à une proposition de la CFDT d’une future conférence de financement.    

Le patron du groupe LR y voit un “renoncement” à l’instauration d’un âge pivot, mesure que refuse la CFDT. “L’âge pivot était la seule mesure d’équilibre financier du système des retraites. C’est un jeu de dupes: qui peut croire qu’on fait une réforme sans assurer l’équilibre financier ?”, a lancé Damien Abad devant la presse.

CFDT

C’est Laurent Berger, auteur de la proposition de conférence de financement, qui prend la parole. “Il y a eu un constat à partir de chiffres illustrant que, sur un certain nombre de sujets, pénibilité, minimum contributif ou transition de carrières, il y a une volonté de discussion. On va s’inscrire dans ces discussions.  On va aussi s’inscrire dans les réunions sectorielles, Education nationale, service hospitalier…”

“On note la volonté d’ouverture sur la question du financement du système des retraites. Cependant, cette ouverture doit aller plus loin, en rejetant la question de l’âge pivot, dont on sait qu’il procure du rejet au sujet de l’âge pivot. La CFDT va continuer son action : la pétition, qui est partie très, très fort, une interpellation des parlementaires et des actions de sensibilisation auprès des citoyens. Les militants de la CFDT, le 11, seront mobilisés, en région, selon des modalités qui seront discutées par chaque fédération.”

“Nous, on réclame que tout soit sur la table, sur le financement à moyen et long terme. Il faut prendre le temps de faire tout ça. Si l’objectif, c’est de recycler l’âge pivot, la réponse est non. Il serait de bon ton qu’il soit retiré de l’âge actuel, sinon la CFDT ne s’inscrira pas durablement dans cette discussion.”

PARTICIPATION

Le taux de grévistes à la SNCF s’établit à 6,6%, en très légère hausse par rapport à lundi, selon la SNCF. 35,3% des conducteurs sont en grève, 19,9% des contrôleurs, et 11,4% des aiguilleurs

CGT

Au tour de la secrétaire confédérale de la CGT, Catherine Perret, spécialiste des retraites pour la centrale. “J’ai un peu l’impression d’être toujours en 2019. On nous a rejoué la même réunion qu’à Matignon à la fin de l’année. Il n’y a toujours pas de consensus pour dire qu’il faudra travailler plus longtemps pour gagner moins. La CGT, depuis deux ans, dit qu’elle est contre cette réforme à points, parce qu’elle consiste à faire des économies sur le dos des salariés.”

“A partir du moment où le PM dit qu’il n’est pas question d’augmenter les cotisations sociales pour améliorer les pensions de tout le monde, ça conduit naturellement à travailler plus longtemps et à avoir des pensions plus basses.”

“Le gouvernement a un sérieux caillou dans la chaussure, les grèves ne vont pas s’arrêter.”

Quid de la question de la conférence de financement ? “Nous prendrons la décision cet après-midi. Nous discutons toujours, de tout. Nous avons porté nos propositions en matière de reconnaissance de la pénibilité pour protéger les salariés qui vivent moins longtemps en raison de leurs conditions de travail. Mais si on y va, on y va avec l’obligation de parler d’augmentation des cotisations. Si on n’en discute pas, c’est les générations les plus jeunes qui en paieront le prix.”

MEDEF

A la sortie de la réunion, le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé le gouvernement à rapidement dire ce que coûterait les aménagements de la réforme des retraites. Et rappelé son enthousiasme modéré à l’idée d’une conférence de financement.

“Il faut qu’on sache combien il faut trouver de recettes supplémentaires. Il faut aussi que le calendrier soit court. La solution d’équilibre, qui passe de toute façon par une mesure d’âge, doit figurer dans le projet de loi. Autrement dit, nous ne sommes pas favorables à une mesure en deux temps. Enfin, notre dernière ligne rouge, la cotisation payée par les employeurs et les employés ne doit pas être une variable d’ajustement.”

Il a également rappelé la nécessité de “travailler l’emploi des seniors de 60 à 64 ans”. “Il faut regarder l’emploi privé et public, le marché disponible… “

CORTÈGE

Le 9 janvier, la manifestation prévue par la CGT, la FSU, FO, Solidaires et la CFE-CGC partira de la place de la République, à 13h30. Le cortège rejoindra ensuite Saint-Augustin, après un trajet d’un peu plus de 3 kilomètres.

EDOUARD PHILIPPE

Il faudra se contenter de cette déclaration intermédiaire. Questionné sur un éventuel retrait de l’âge-pivot, jamais évoqué lors de cette déclaration, le Premier ministre a balayé l’interrogation.

EDOUARD PHILIPPE

“La question de l’équilibre est importante, pour tout le monde. Nous nous retrouverons vendredi matin à Matignon pour déterminer le contenu d’une conférence de financement. L’idée est bonne, mais il faut se mettre d’accord sur le mandat. Ca nous permet d’envisager une discussion documentée, chiffrée, sur les façons de faire revenir le système actuel sur l’équilibre et les façons d’assurer son équilibre futur. Dès vendredi, on devrait pouvoir communiquer sur le contenu, la forme et le mandat de cette conférence de financement.”

EDOUARD PHILIPPE

“J’ai pu dévoiler le calendrier de travail. Le projet de loi sera défendu et présenté au conseil des ministres le 24 janvier. Son examen commencera le 17 février à l’Assemblée, pour une durée de deux semaines de travail. Après un nouvel examen au Sénat et peut-être une deuxième lecture, cela respectera mon engagement d’une loi votée avant l’été”.

EDOUARD PHILIPPE

“Une longue série de réunions est à venir avec les organisations syndicales et patronales”, a annoncé Edouard Philippe à la sortie du ministère du Travail, avant de repartir en réunion. “Nous nous sommes accordés sur la méthode. La deuxième partie de réunion sera consacrée aux questions de fonds : pénibilité, fin de carrières progressives, emploi des seniors dans le public et le privé, minimum contributif, fonction publique hospitalière, de l’Etat…”

CALENDRIER

L’Assemblée nationale examinera le projet contesté de réforme des retraites à partir du 17 février et durant deux semaines, en procédure accélérée, a appris l’AFP ce mardi de source parlementaire.

CARBURANTS

Selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, l’approvisionnement des stations-service continue d’être assuré normalement : “La production est ininterrompue dans les raffineries, les stocks dans les dépôts sont à un excellent niveau et l’approvisionnement des stations-service se poursuit normalement” assure-t-il dans un communiqué. “Ce matin, le ministère confirme que toutes les raffineries de France métropolitaine continuent à produire, et que cinq raffineries sur sept connaissent des difficultés temporaires dans leurs expéditions.”

BELLOUBET

Le message ne devrait pas être reçu avec un fol enthousiasme par les centrales syndicales et les grévistes, mais Nicole Belloubet l’a quand même énoncé, ce matin sur BFM : “Nous sommes en voie de négociations finales, j’espère qu’elles vont aboutir donc je pense qu’il faut que chacun retourne à ses occupations”. 

UNSA

Du côté des syndicats réformistes, Laurent Escure (Unsa) a noté ce mardi sur FranceInfo une “ouverture” de la part du Premier ministre, mais demandé de la “sincérité”. “Il est important de ne plus avoir sur la table l’épouvantail de la mesure d’âge”, a-t-il souligné.

CFDT

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a affirmé mardi qu'”il faut d’abord que l’âge pivot soit enlevé du projet de loi” sur les retraites pour espérer une sortie du conflit social, à son arrivée à la réunion multilatérale au ministère du Travail.

“On a vu que l’âge pivot ne semblait plus être un totem, maintenant (…) ce qu’on veut, c’est qu’il ne soit plus dans le projet de loi”, a déclaré le dirigeant du premier syndicat français, réagissant aux déclarations d’Edouard  Philippe sur RTL. Le chef du gouvernement semble “ouvert à la discussion, au  dialogue”, a noté M. Berger, dont la proposition de “conférence de financement” pour veiller à l’équilibre du système a été qualifiée de “bonne idée” par le Premier ministre.

MELENCHON

Invité d’Europe 1, le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a de nouveau appelé à retirer le texte. Saisissant une déclaration d’Edouard Philippe quelques instants auparavant, il a asséné : “Vous venez de dire, monsieur le Premier ministre, que votre seule ligne rouge, c’est l’équilibre financier. Très bien, on arrête tout et on discute de ça, cette fois-ci officiellement, solennellement”, au parlement.

“Il y a matière à discuter, mais il faut prendre du temps, on remet tout à plat et il faut qu’il retire le texte”, a poursuivi l’insoumis.

Invité à réagir à la promesse de Philippe de faire intervenir les forces de l’ordre pour débloquer les dépôts pétroliers, Jean-Luc Mélenchon a fait l’éloge des grévistes : “Il ne faut pas les traiter comme des délinquants”. Et de louer leur “sens des responsabilités”.

JEAN-MICHEL BLANQUER SUR LCI

Sur la conférence de financement proposée dimanche par la CFDT : “C’est une ouverture avec la CFDT, il y a toujours eu discussion”

CIRCULATION

455 kilomètres de bouchons sont recensés, à 8h45, sur les routes d’Ile-de-France, relève Sytadin.

MARTINEZ

“Nous demandons depuis longtemps à revoir la part de la richesse française consacrée à la vie des gens donc on va pas refuser [d’aller à la conférence de financement proposée par la CFDT]. Mais si c’est pour demander de faire encore des économies, on va poser le problème autrement”.

MARTINEZ

“Le gouvernement a une position dogmatique : 

– “il faut travailler plus longtemps”, nous le contestons

– “il n’y a pas d’argent”, nous le contestons aussi

JEAN-MICHEL BLANQUER SUR LCI

“L’alpha et l’oméga, c’est le régime universel. C’est le cœur de la réforme, un régime plus juste et plus sain à terme. L’âge pivot n’est qu’un moyen pour y parvenir. Le chemin peut évoluer (…) Il n’y a rien de tabou sur les chemins qui mènent à l’équilibre”

JEAN-MICHEL BLANQUER SUR LCI

Sur le recul de l’âge pivot : “Je ne pense pas à son retrait, je ne sais pas. Ce qui est important, c’est l’équilibre.”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“Ceux qui souhaiteraient se placer en arrêt maladie pour faire grève se placeraient dans une situation illégale. J’ai demandé à la SNCF et la RATP d’accélérer et d’accroître leur contrôle, et ils ont le droit de le faire, sur ceux qui donnent le sentiment d’utiliser la possibilité de se placer en arrêt maladie pour faire grève.”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“En France, vous avez sept raffineries et 200 dépôts pétroliers. J’ai demandé au préfet de mobiliser les forces de l’ordre pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de blocage de dépôt, nous veillons à ce qu’il n’y ait pas de difficulté d’approvisionnement”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

Le Premier ministre a estimé mardi sur RTL que si le droit de grève était respectable, le blocage des raffineries se révèle, lui, illégal. 

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“Je suis ouvert à la discussion, le plus tôt sera le mieux (….) mais il faut parfois sur les sujets compliqués prendre le temps de discuter.”

RISQUE DE PENURIE ?

Sept raffineries sur huit en grève ce mardi : risque-t-on réellement une pénurie dans les stations-services ?

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

Sur le coût de la réforme : “Ce n’est pas une réforme que nous avons fait pour faire des économies (…) Un système universel est une meilleure garantie. Il doit être un système responsable donc équilibré (…) Il ne serait pas normal que nous laissions à nos enfants une dette.” 

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“Dans notre réforme, tous les Français et Françaises seront dans le système universel de retraite. Tous. Les régimes spéciaux vont disparaître, la transition pour arriver au système universel sera progressive, avec un horizon de temps défini, afin de créer un système plus juste, plus sain pour tout le monde” 

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“Dimanche soir, Laurent Berger a posé sur la table une conférence de financement du système. C’est une bonne idée (…) Je pense qu’il est de notre responsabilité de veiller à ce que le système futur soit équilibré (…) Je crois à titre personnel que l’équilibre sera atteint si les Français travaillent un peu plus longtemps”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

Sur l’âge pivot : “On incite nos concitoyens à travailler plus longtemps pour garantir la solidité du système. Un système qui permet à certains Français de partir moins tard à la retraite (…) Je ne suis fermé sur aucune modalité, je suis attaché à un principe, que cette réforme ne soit pas irresponsable, qui ne demande pas comment on finance ces avancées. On est prêt à faire des avancées pour plus de progrès. Si les syndicats ont mieux que l’âge-pivot à proposer, je le prendrai en compte.”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“Dans une discussion, un compromis, faut que chacun bouge un peu (…) Moi je suis ouvert à des discussions et j’entends d’excellentes idées (…) comme la prise en compte de la pénibilité (…) Je ne cache aucun sujet. Nous traitons beaucoup de sujets avec beaucoup d’acteurs, il faut du temps pour s’imprégner d’un sujet. La discussion ne peut pas prendre une heure.”

EDOUARD PHILIPPE SUR RTL

“La réforme des retraites est une réforme de justice sociale (…) On s’est engagé sur l’universalité (…) mais aussi l’ouverture et le dialogue avec les organisations syndicales”

“France en otage” : le député Jean-Pierre Pont (LaRem) accuse les grévistes de “faits de terrorisme”

CARBURANTS

Bien qu’une pénurie ne soit pas à l’ordre du jour, le blocage de plusieurs raffineries génère un vent de panique chez les automobilistes. Des pompes à essence ont été prises d’assaut dans plusieurs régions.

Les automobilistes se ruent dans les stations-service par peur des pénuries, des pompes à essence à sec

PRESSE

Le CGT SGLCE appelle à 24 heures de grève dans la presse, l’édition et le labeur le jeudi 9 janvier contre la réforme des retraites. Cela devrait se traduire par une non-parution des quotidiens nationaux le 9 au soir et le 10 dans la journée.

PHILIPPE

Le Premier ministre Édouard Philippe a estimé lundi soir lors d’une réunion à huis clos devant les dirigeants de LaREM qu’un compromis avec les partenaires sociaux était souhaitable, mais qu’il nécessitait “que chacun fasse un pas vers l’autre”, selon plusieurs participants. Le chef du gouvernement est “optimiste sur la capacité d’y arriver”.

Selon plusieurs membres du bureau exécutif, il ne s’est en revanche pas exprimé sur la proposition du patron de la CFDT, Laurent Berger, qui a suggéré l’organisation d’une “conférence de financement”, à laquelle Bruno Le Maire s’était montré favorable lundi matin.

CONTRADICTIONS ?

Selon des informations de nos confrères du Parisien, le projet de réforme des retraites a été envoyé au Conseil d’État en fin de semaine dernière. Selon une source de l’exécutif, le texte “rédigé à 95 %”.

Interrogé sur cette information dans l’émission Perri Scope de l’Actu, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, a affirmé que le “texte n’est pas déjà écrit, n’est pas ficelé”. Il a également rappelé que le gouvernement peut envoyer au Conseil d’État une lettre rectificative en cas de “changement de pied” ou de “nouvelles dispositions”. 

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

PRÉVISIONS

Découvrez les détails du trafic SNCF et RATP pour la journée de demain.

Grève dans les transports : SNCF, RATP… ce qui vous attend ce mardi 7 janvier

RATP

Le trafic RATP sera encore très perturbé mardi par la grève illimitée contre la réforme des retraites, mais il n’y aura aucune ligne de métro totalement fermée, a annoncé la régie dans un communiqué.

Urgent

PRÉVISIONS

La circulation restera “perturbée” mardi, avec toutefois “des niveaux de service élevés” sur les principaux axes TGV, indique lundi la SNCF.

Trois TGV sur quatre devraient circuler, avec un trafic normal sur Paris-Lille et quasi normal sur Lyon et Marseille. Six TER sur 10 devraient circuler (y compris bus de remplacement), 1 Transilen sur 2 et 2 Intercités sur 5, estime la SNCF.

“TRÊVE”

 L’Unsa ferroviaire annonce mettre fin à sa “trêve” dans la grève à la SNCF. Le deuxième syndicat de la SNCF estime que “toutes (ses) revendications n’ont pas encore été satisfaites”, a-t-il indiqué dans un communiqué. L’Unsa ferroviaire “appelle l’ensemble des salariés de la SNCF à poursuivre le mouvement de contestation, pour continuer à peser sur les négociations à venir”, ajoute le syndicat

BESANCENOT A LA RAFFINERIE DE GRANDPUITS

L’HEURE DES COMPTES

Selon le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou, au 33e jour de grève, la compagnie ferroviaire a essuyé 600 millions d’euros de manque à gagner.  “Nous avons perdu près de 600 millions d’euros, sans compter les dédommagements pour les voyageurs de la vie quotidienne et les chargeurs qui vont quitter le ferroviaire pour repasser à la route”, a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée en interne.

La SNCF estime généralement à 20 millions par jour le manque à gagner pendant les grèves, les pertes commerciales étant loin d’être compensées par les économies en salaires, en électricité et en carburant. S’ajoutent les compensations qu’elle devra verser aux voyageurs et aux régions qui subventionnent les transports locaux – qu’il est difficile de quantifier à  l’avance – et les coûts engendrés par la recherche de transports de substitution.

GOUVERNEMENT

VIDEO – “Nous souhaitons un compromis rapide”, assure la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye à la sortie du conseil des ministres.

Emmanuel Macron “refuse le cabotage et les marches arrière pour continuer à aller vers le grand large”, ajoute-t-elle

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

MAIN TENDUE ?

Le gouvernement a “pris note de la proposition de la CFDT”, a répété Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, dans son traditionnel point presse d’après conseil des ministres. Semblant se rendre contre qu’il ne peut guère faire sans l’assentiment de la centrale réformiste, l’exécutif se dit ainsi “très ouvert aux propositions des partenaires sociaux”, allant jusqu’à assurer, par exemple, ne pas être arc-bouté sur l’âge-pivot, qui a “sa préférence” (Le Maire), si les syndicats ont d’autres propositions à faire. Ce qui semble donc être le cas de la conférence de financement proposée par Laurent Berger, hier soir sur France 2.

Au lendemain de la rentrée du gouvernement, qui s’est dit résolu à trouver une “sortie de crise rapidement”, les discussions reprennent. Dans la matinée, les partenaires sociaux se retrouvent au ministère du Travail avec la ministre Muriel Pénicaud pour tenter de trouver une solution. Et ce, alors que les syndicats ont déjà prévu deux journées de manifestations jeudi et samedi prochains.

Alors qu’Édouard Philippe a affirmé lundi soir qu’un compromis était souhaitable, mais qu’il nécessitait “que chacun fasse un pas vers l’autre”, une porte semble s’entrouvrir, en particulier sur l’âge pivot, devenu le principal point de blocage entre le gouvernement et la CFDT ainsi que l’Unsa, les syndicats les plus favorables à la philosophie de la réforme.

Lire aussi

Pendant ce temps-là, la grève à la SNCF, désormais la plus longue depuis sa création en 1938, elle, se poursuit mais s’atténue. Mardi, trois TGV sur quatre, six TER sur 10 et 2 Intercités sur 5 devraient circuler, estime la compagnie ferroviaire, qui parle d’un “trafic nettement amélioré pour TGV Inoui, Ouigo et Intercités cette semaine”.

A la RATP, le service sera “proche” de celui de lundi. Seul le trafic des lignes automatisées 1 et 14 sera normal. Les quatorze autres lignes seront ouvertes partiellement, mais le service n’y sera pas assuré toute la journée et des stations seront fermées.

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *