EN DIRECT – Recours au 49.3 : Mélenchon dénonce “un procédé d’une grossièreté et d’une brutalité totales” – LCI

Spread the love
  • Yum

EDOUARD PHILIPPE

“Le projet est contesté, il est discuté. L’Assemblée a consacré beaucoup de son temps à la discussion de l’esprit de la réforme, mais aussi, neuf heures à la discussion de l’intitulé du titre 1 et un temps considérable à se demander s’il fallait remplacer ‘considérant’ par ‘eu égard’… Le temps consacré à ces échanges parfaitement considérables ne me paraît pas porter sur le sens profond de cette réforme.

Autrement dit, monsieur le président Abad, mon ambition, c’est bien sûr qu’il y ait un débat, qu’il soit le plus sérieux, le plus approfondi, collectivement le plus intelligent possible. Si ça n’est pas possible, au bout de très nombreuses heures de débat, nous constatons que ce n’est pas possible, alors, la Constitution autorise, le cas échéant, le Premier ministre à utiliser le 49-3. Ca s’est déjà vu dans le passé, j’ai un souvenir précis d’Edouard Balladur, Premier ministre, faisant obstacle à de l’obstruction avec le 49-3 ou de Jean-Pierre Raffarin l’utilisant pour faire avancer le débat.

Autrement dit, quand il faut prendre ses responsabilités, je le fais sans hésiter. J’utilise toute la Constitution, rien que la Constitution, mais bien toute la Constitution. Si ce débat vit, qu’il permet d’avancer dans de bonnes conditions, très bien. Mais il faut être clair. Le fait majoritaire, l’engagement du gouvernement, ça existe.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *