15h22: Philippe Demay, adjoint en chef des pompiers de Paris: “C’est clair que si on n’avait pas été aussi rapides, les deux tours seraient tombées, c’est une certitude.”

15h03: Le porte-parole de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, Gabriel Plus, indique: “L’édifice tient debout car les beffrois ont été sauvé”

“Nous sommes engagés depuis hier soir dans une phase d’expertise”

“il s’agit de surveiller l’édifice et les points chauds sur la structure”

“Les pompiers accompagnent les experts qui scrutent partie par partie la cathédrale pour définir ce qui est endommagé, ce qui doit être démonté et ce qui doit être consolidé.”

“Les pompiers sont prêts à intervenir si le feu reprenait, ce qui n’est pas le cas, je vous rassure.”

“Les œuvres restées sur place sont en train d’être évacuées.”

“L’échafaudage a été déformé dans la chaleur. Heureusement, il n’est pas tombé sur la voûte. Toujours est-il qu’il faudra l’enlever.”

“Il y a une menace sur les pignons puisqu’ils ne sont plus soutenus par la charpente du toit”

13h12: Ce qu’il faut retenir des déclarations d’Edouard Philippe

Un concours international d’architectes, un soutien fiscal aux dons et un projet de loi pour une souscription nationale: le Premier ministre a annoncé mercredi une série de mesures pour tenir le «défi immense» de reconstruire Notre-Dame de Paris en cinq ans lancé la veille par Emmanuel Macron.

«C’est un défi immense, une responsabilité historique, le chantier de notre génération et pour les générations qui nous succèderont», a déclaré Edouard Philippe à l’issue d’un Conseil des ministres entièrement dédié à la reconstruction de Notre-Dame ravagée par un incendie lundi soir, et pour laquelle toutes les cathédrales de France sonneront mercredi à 18H50.

Emmanuel Macron devait présider à 16H00 à l’Elysée une réunion pour le «lancement de la reconstruction», aux côtés de M. Philippe et de personnalités.

«Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d’ici cinq années», avait déclaré dans une allocution télévisée mardi soir le chef de l’Etat, qui avait annulé lundi en catastrophe, en raison de l’incendie, son intervention en réponse à la crise des «gilets jaunes» et au grand débat.

Cet objectif marque «la volonté de porter un projet ambitieux pour montrer que cette reconstruction est un impératif collectif», a justifié Edouard Philippe alors qu’on lui faisait remarquer que la date visée coïncide avec l’échéance des Jeux Olympiques de 2024.

«La France est au rendez-vous, l’Etat sera au rendez-vous, la mobilisation a d’ailleurs déjà commencé», a-t-il ajouté en référence à la vague d’émotion planétaire suscitée par l’incendie et à l’afflux inédit de centaines de millions d’euros de dons pour financer la reconstruction.

Edouard Philippe a annoncé un projet de loi pour donner un «cadre légal» à ces dons, avec en particulier une réduction fiscale dérogatoire de 75% pour ceux de particuliers jusqu’à 1.000 euros, contre 66% au-delà de cette somme, tandis que «les entreprises bénéficieront des réductions d’impôts, dites de mécénat, dans les conditions actuelles».

12h34: A l’issue du Conseil des ministres, le Premier ministre Edouard Philippe s’exprime face à la presse

“Je remercie, au nom du Gouvernement français, les chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi que les dizaines de millions de personnes qui depuis la nuit du 15 avril nous ont adressé des messages d’amitié et de solidarité”

“Au près de 400 sapeurs-pompiers de Paris qui, au péril de leur vie, ont lutté contre les flammes, avec sang-froid, avec méthode, nous exprimons la reconnaissance de la Nation”

“L’histoire retiendra que les sapeurs-pompiers de Paris ont sauvé Notre-Dame et les trésors artistiques, historiques et spirituels qu’elle abritait”

Edouard Philippe précise que les oeuvres sauvés de l’incendie de Notre-Dame sont au musée du Louvre

“Cette émotion, c’est celle de tous les Français” (…) “Le président a exprimé une ambition de reconstruire en 5 ans. C’est un défi immense”

Le Premier ministre Edouard Philippe annonce un projet de loi afin d’encadrer les dons

Edouard Philippe annonce un “concours international d’architecture”pour réfléchir sur le sort de la flèche de la cathédrale.

12h11: Emmanuel Macron préside ce mercredi à 16h à l’Elysée une réunion pour le «lancement de la reconstruction de Notre-Dame de Paris», aux côtés du premier ministre Edouard Philippe et de personnalités, a annoncé l’Elysée.

Seront présents les ministres Bruno Le Maire (Economie), Gérald Darmanin (Comptes publics) et Franck Riester (Culture), la maire de Paris Anne Hidalgo, la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, l’archevêque de Paris Mgr Michel Aupetit, ainsi que Stéphane Bern, chargé de mission patrimoine et le président du Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval.

Cette réunion suit un conseil des ministres plus bref que d’habitude mercredi matin, consacré exclusivement aux mesures à prendre après l’incendie de la cathédrale lundi soir.

11h10: Le maire LR de Nice Christian Estrosi demande au gouvernement de faire un geste comptable pour encourager les dons des collectivités locales pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Il a également pris la défense, sur Cnews, des grands donateurs mis en cause sur les réseaux sociaux et par Ingrid Levavasseur, une des figures des «gilets jaunes», qui a dénoncé «l’inertie des grands groupes face à la misère sociale» alors qu’ils se mobilisent pour financer la reconstruction de la cathédrale.

«Je ne veux pas qu’on montre du doigt les grands, comme certains le font, car vous noterez que les grands, ce sont aussi des capitaines d’industrie, des chefs d’entreprises, des créateurs de milliers d’emplois dans notre pays», a-t-il plaidé.

Il a salué le fait que «dans un moment tel que celui-là, d’unité nationale, ils montrent leur engagement et qu’ils veulent participer à la préservation d’un joyau national».

M. Estrosi a par ailleurs souligné que les collectivités n’ont «pas le droit de dépasser une augmentation de (leurs) dépenses de fonctionnement de 1,2% par an». Or «si le gouvernement prenait la décision de ne pas comptabiliser dans cette augmentation de 1,2% ce que chaque collectivité, y compris la plus petite, le plus petit village de France, mettrait pour apporter une contribution à la reconstruction de Notre-Dame, ce serait un formidable encouragement pour les collectivités», a-t-il estimé.

11h07: Manon Aubry, tête de liste de la France Insoumise (LFI) aux élections européennes, dénonce «l’opération de communication» de grandes entreprises et grosses fortunes qui annoncent des dons très importants pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

«On ne peut pas faire de la préservation de notre patrimoine une grande opération de communication comme certains sont en train de faire», a-t-elle accusé sur LCI, dénonçant «une espèce de course à l’échalote de l’entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l’exonération d’impôt».

«J’ai impression d’avoir le classement des entreprises présentes et des personnes présentes dans les paradis fiscaux», a-t-elle ironisé.

«Le plus simple, ce serait déjà qu’ils commencent par payer leurs impôts, ils ne peuvent pas se payer une opération de communication en mettant leur nom potentiellement sur une pierre de Notre-Dame et de l’autre côté, ne pas payer leurs impôts», a-t-elle critiqué.

«J’ai vraiment envie de leur dire: commencez par payer vos impôts, ça contribuera au budget de l’État et donc au budget de la culture», a-t-elle insisté.

11h00: Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a souligné mercredi que les millions d’euros de promesses de dons annoncées par plusieurs familles françaises fortunées pour reconstruire Notre-Dame, «ça montre aussi les inégalités» en France.

«Vous voyez qu’il y a des milliardaires qui ont beaucoup, beaucoup d’argent» et «en un clic, 200 millions, 100 millions, ça montre aussi les inégalités, ce que nous dénonçons régulièrement, les inégalités dans ce pays», a déclaré M. Martinez sur Franceinfo.

«J’aimerais connaître la position des salariés des groupes que dirigent ces PDG, à qui on dit +vous coûtez trop cher+, +il n’y a pas d’argent pour vous augmenter+. Il faut aussi de la mesure» car «la misère sociale, ça continue, les drames sociaux, ça continue», a-t-il ajouté.

«S’ils sont capables de donner des dizaines de millions pour reconstruire Notre-Dame, qu’ils arrêtent de nous dire qu’il n’y a pas d’argent pour satisfaire l’urgence sociale (…). Il y a aussi besoin de mesures pour régler l’urgence sociale», a insisté M. Martinez.

10h32: Selon Europe 1, le milliardaire François-Henri Pinault, qui s’était engagé dès lundi soir à aider financièrement à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, renonce à demander la réduction fiscale de 60% à laquelle il a droit pour son don de 100 millions d’euros.

10h23: Le pape François a exprimé “la gratitude de toute l’Eglise” catholique envers les pompiers et tous ceux “qui se sont dépensés, au risque même de leur vie”, pour sauver la cathédrale Notre-Dame de Paris des flammes.

“Que la Vierge Marie les bénisse et soutienne le travail de reconstruction. Que cela puisse être une oeuvre collective, à la louange et à la gloire de Dieu”, a déclaré le pape lors de son audience hebdomadaire devant des milliers de fidèles sur la place Saint-Pierre de Rome.

10h10: Stéphane Pallez, à la tête de la française des jeux, a annoncé que la FDJ allait reverser ce qu’elle allait gagner sur le tirage LOTO de Pâques au profit de la reconsruction de l’édifice.

09h55: Face à ce chantier qui s’annonce colossal, les contributions commençaient déjà à affluer, d’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, atteignant au moins 800 millions d’euros.

La famille Pinault a promis 100 millions d’euros. Le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, ont eux donné 200 millions, de même que la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L’Oréal. Total a offert 100 millions.

La mairie de Paris a débloqué 50 millions d’euros et a déjà accueilli plusieurs oeuvres qui ont pu être sauvées des flammes. Anne Hidalgo a l’intention d’organiser «une grande conférence internationale des donateurs».

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a alloué 10 millions d’euros d’«aide d’urgence» pour les premiers travaux.

De leur côté, les sept départements franciliens de la petite et grande couronne ont annoncé qu’ils allaient débloquer 20 millions d’euros, issus d’un Fonds de Solidarité d’Investissement Interdépartemental.

09h52: Une trentaine de témoins – des ouvriers présents lundi et des employés chargés de la sécurité de l’édifice – ont déjà été entendus et d’autres le seront mercredi, a indiqué le parquet.

«Nous avons aujourd’hui près de 50 enquêteurs qui sont mobilisés et nous étudierons tout et toute la vérité sera faite», a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Julien Le Bras, le patron d’Europe Échafaudage, une des sociétés présentes sur le site, a assuré que toutes les procédures de sécurité «avaient été respectées».

09h48: Les quelque 400 pompiers, mobilisés pendant une quinzaine d’heures, ont éteint le feu dans la matinée de mardi. Les portes ouvertes de Notre-Dame dévoilaient une scène de désolation: en s’effondrant, le toit, la charpente et la flèche ont jonché l’intérieur de la cathédrale de monceaux de débris calcinés. Les deux tours emblématiques de la façade ouest ont en revanche été épargnées, et le coq de la flèche a été retrouvé.

Selon le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez, le sauvetage de l’édifice vieux de plus de 800 ans s’est joué «à un quart d’heure, une demi-heure près». «Globalement, la structure tient bon» mais des «vulnérabilités ont été identifiées notamment au niveau de la voûte», a-t-il souligné. L’enquête, qui a commencé alors que l’incendie faisait encore rage, s’oriente vers «la piste accidentelle», selon le procureur de Paris, Rémy Heitz.

09h45: Sauvée des flammes, Notre-Dame de Paris devra être reconstruite d’ici à cinq ans, a martelé Emmanuel Macron qui y consacrera mercredi la totalité de son Conseil des ministres avant que toutes les cathédrales de France ne sonnent à 18H50, 48 heures après un sinistre qui a stupéfié le monde.

L’incendie de la cathédrale lundi soir a soulevé une vague d’émotion planétaire et suscité un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s’annonce titanesque. «Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d’ici cinq années», a dit le chef de l’Etat au cours d’une allocution télévisée de moins de six minutes mardi soir à l’Elysée.

Lundi soir, après avoir annulé une allocution où il devait annoncer ses mesures pour répondre à la crise des «gilets jaunes», Emmanuel Macron avait déjà promis de «rebâtir» Notre-Dame, monument historique le plus visité en Europe, en lançant une grande souscription nationale.

Mercredi, le Conseil des ministres sera entièrement consacré à l’incendie de la cathédrale.