EN DIRECT – Mort de Samuel Paty : suivez les hommages dans les écoles au professeur assassiné – LCI

Spread the love
  • Yum

PSG

Et c’est dans ce contexte extrêmement particulier que le PSG se déplace sur le terrain de Basaksehir, club stambouliote, champion de Turquie sortant, contrôlé par l’entourage de Recep Tayyip Erdogan, au point que ses couleurs sont les mêmes que celui du parti musulman conservateur de l’AKP. Signe de l’affection qu’Erdogan porte au football dans un pays et une ville qui n’en sont  pas moins fanas, celui qui était alors Premier ministre, ancien footballeur semi-pro, avait taquiné la gonfle en 2014, au moment de l’inauguration du stade qui allait accueillir le club.

La crise diplomatique entre la France et la Turquie s’invitera-t-elle dans la rencontre ? La question peut se poser, alors que, on s’en souvient, une minute de silence avait été sifflée, le 18 novembre 2015, lors du match entre la Grèce et la Turquie, quelques jours après les attentats du Bataclan. Pour deux raisons, on peut penser qu’il n’en sera rien cette fois. D’abord parce qu’il n’y aura guère que quelques centaines de supporters dans le stade, crise sanitaire oblige. Ensuite, parce que le président du club, Göksel Gümüsdag, a tout fait pour calmer le jeu. Dans une interview à l’agence presse turque Anadolu, il a assuré que “le Paris Saint-Germain est un club ami”. Les relations avec le club détenu par le Qatar (lui aussi lieu de manifestations d’hostilité à la France), sont ainsi excellentes, au point qu’Al Khelaïfi a offert un maillot dédicacé de Neymar à son homologue.

Leave a Reply

%d bloggers like this: