EN DIRECT – Le Maire veut fermer les rayons de produits “non essentiels” dans les grandes surfaces – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Boycott des produits français: “Un impact mineur”, assure Bruno Le Maire

Ces derniers jours, de nombreux pays musulmans ont appelé au boycott des produits français pour protester contre les caricatures de Charlie Hebdo, Bruno Le Maire a abordé la question de l’impact économique de ces initiatives: “Il est mineur et je souhaite qu’il le reste.”

Liberté d’expression: “C’est l’honneur du président de la République d’avoir défendu notre modèle universaliste”

Evoquant l’entretien accordé par Emmanuel Macron à Al Jazeera au sujet de la liberté d’expression, et discutant les déclarations de Justin trudeau, Premier ministre canadien, Bruno Le Maire a affirmé: “C’est l’honneur du président de la République d’avoir défendu notre modèle universaliste”. “La France ne s’attaque pas à l’islam, ne cible pas l’islam”, a-t-il martelé.

Bruno Le Maire annonce plusieurs mesures pour lutter contre le terrorisme

Interrogé sur le sujet du terrorisme, Bruno Le Maire a lâché: “Nous lèverons l’anonymat sur les cartes prépayées”. Il a ajouté:

“J’ai fait des propositions pour contrôler la vocation réelle d’associations et pouvoir éventuellementsuspendre immédiatement les versements et avantages fiscaux”.

“Il faudra donc avoir un comportement différent à Noël”, prévient Le Maire

Tandis qu’Olivier Véran, dans le JDD ce dimanche, a averti les Français que Noël ne serait “pas normal” cette année, Bruno Le Maire a interprété les propos de son collègue du gouvernement.

“A partir du moment où nous sommes confrontés à un virus dangereux, il ne faut pas qu’on se dise qu’on se confine puis qu’on va reprendre notre vie comme si de rien n’était au 20 décembre au risque de faire repartir le virus”, a-t-il dit, enchaînant: “Il faudra donc avoir un comportement différent à Noël, plus responsable.”

Bruno Le Maire s’attend au retour de la croissance “dès 2021”

Le ministre des Finances a assuré ne pas être “inquiet” pour l’économie française même confrontée à un second confinement. “Je n’ai ajmais parlé d”effondrement de l’économie'”. Il a dit s’attendre à un “un chiffre de croissance positif et élevé dès 2021”

Selon Bruno Le Maire, “nous avons besoin d’une transformation en profondeur de nos institutions”

“Nous avons besoin d’une transformation en profondeur de nos institutions”, a plaidé Bruno Le Maire, les jugeant “pas assez efficaces, aps assez proches de Français”. “On le vfoit en temps de crise”, a-t-il posé.

Il a éclairé ses positions plus tard: “Je suis favorable à des gouvernements beaucoup plus resserrés, à un Parlement beaucoup plus resserré. Mais c’est le débat de 2022, pas celui de la crise”.

Arrêtés municipaux pour l’ouverture des magasins: Le Maire dénonce “une poignée de maires irresponsables”

Bruno Le Maire a évoqué ces maires prenant des arrêtés municipaux permettant l’ouverture des magasins dans leur commune. Il a pointé une “poignée de maires irresponsables”, et a ajouté: “Ils pensent soutenir les commerçants, en réalité ils menacent la santé des Français”.

A l’inverse, il a célébré l’attitude des Français: “Je salue la force d’âme des Français confrontés à une crise terroriste, économique et sanitaire et ne perdent pas leur sang-froid. J’aimerais que les élus fassent tous de même.”

“Il ne faut pas confondre commerces essentiels et produits de première nécessité”, distingue Bruno Le Maire

Tandis qu’un mouvement de l’opinion réclame la réouverture des librairies, Bruno Le Maire a déclaré: “Il ne faut pas confondre commerces essentiels et produits de première nécessité.” Ainsi, les grandes surfaces pourraient être amenées à fermer les rayons de commerce non essentiels. “L’option sur alquelle on travaille, c’est que tous les rayons des produits qui ne sont pas essentiels doivent être fermés”, a-t-il dit.

Jean Castex devrait effectuer “dans la soirée” cet arbitrage qui doit “rétablir l’équité” avec les petits commerces, a précisé Bruno Le Maire

Tandis que les grandes surfaces, elles, peuvent demeurer ouvertes, il a averti: “Nous voulons que les jauges soient respectées, contrôlées dans les grandes surfaces. Sinon, c’est injuste pour les petits commerçants.

Bruno Le Maire exprime son “soutien” aux commerçants

Sur notre plateau pour BFM Politique, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a témoigné son “soutien” aux commerces fermés, et listé les aides à leur attention, dont un montant de 10.000 euros mensuels. Il a aussi annoncé que l’argent de la transaction d’un retrait de commandes reviendra entièrement au commerçant.

Le Medef va faire des propositions pour la réouverture des commerces

Le Medef va faire des propositions au gouvernement pour rouvrir les commerces considérés comme “non-essentiels”, a indiqué dimanche sur France Inter la vice-présidente et porte-parole de l’organisation patronale, Dominique Carlac’h.

“Il y a un vrai sentiment d’injustice”, a lancé Dominique Carlac’h. “On fait le lit d’Amazon et ça tue le petit commerce (…) Faire ses cadeaux en bas de chez soi était de nature à redynamiser l’activité. Faire ses cadeaux de Noël sur Amazon, ce n’est pas citoyen et c’est la clé de pertes d’emplois sur le sol français”.

“On va proposer au gouvernement, dans les 15 jours qui viennent, en quoi il est possible de combiner la poursuite de l’activité économique avec la pandémie”, a souligné Dominique Carlac’h.

“Difficile d’envisager de grandes soirées” pour les fêtes de fin d’année, prévient Véran

Noël “ne sera pas une fête normale” cette année et “il est difficile d’envisager de grandes soirées” pour le réveillon du 31 décembre, a prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran, qui espère toutefois que les conditions permettront “aux familles de se retrouver”.

“Notre but est que la pression épidémique retombe pour qu’on puisse faire des courses à temps, se préparer dans la joie, pour que soient créées les conditions permettant aux familles de se retrouver”, a déclaré le ministre dans un entretien au Journal du dimanche.

“Casser la deuxième vague le plus tôt possible”

“Si le freinage est réussi” grâce à un confinement respecté, “le nombre de contaminations pourrait baisser dans les prochains jours, entraînant, dans deux semaines une baisse des nouveaux cas graves”, a ajouté Olivier Véran.

Il précise que devraient tomber “dans deux ou trois jours les premiers éléments permettant d’évaluer l’impact des mesures de couvre-feu”, mis en place mi-octobre, avant de laisser la place au nouveau confinement depuis vendredi.

Interrogé sur d’éventuelles vagues successives, le ministre indique que l’objectif “est de casser la deuxième vague le plus tôt possible pour qu’elle ne fasse pas trop de victimes”. Il faudra ensuite “maintenir un niveau de protection de la population suffisant pour éviter une troisième vague en attendant le vaccin”. A ce propos, il se dit “modérément optimiste sur notre capacité à avoir un vaccin dans les prochains mois”.

Le reconfinement va encore creuser le déficit public, déjà plombés par la crise

Le déficit public français devrait s’établir à 11,3% du produit intérieur brut (PIB) en 2020, creusé comme la dette publique par le reconfinement qui vient d’être décrété, a annoncé dimanche le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt.

Le déficit, qui mesure le niveau auquel les dépenses publiques dépassent les recettes, “est prévu à 248 milliards d’euros en 2020, soit 11,3 % du PIB”, a annoncé Olivier Dussopt au Journal du Dimanche. La dernière estimation en date était de 10,2%.

20 nouveaux milliards d’euros débloqués

Vendredi, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, avait déjà annoncé que la dette publique devrait atteindre 119,8% du PIB cette année, et non plus 117,5%, soit un niveau jamais vu. C’est le reconfinement, entré en vigueur face à la recrudescence de l’épidémie de Covid, qui explique cette aggravation des comptes publics.

Comme depuis le début de la crise sanitaire, avec un premier confinement au printemps, le gouvernement a pris de coûteuses mesures de soutien à l’économie. Au total, 20 nouveaux milliards d’euros vont être débloqués pour faire face à la crise, sur une durée de huit semaines. Ils s’ajouteront aux près de 470 milliards d’euros prévus depuis mars.

L’Angleterre et l’Autriche se reconfinent

L’Angleterre et l’Autriche ont annoncé samedi un nouveau confinement pour un mois, tandis que d’autres pays européens prennent des mesures de plus en plus strictes pour tenter de contenir la nouvelle flambée de Covid-19.

Au Royaume-Uni, confronté à une résurgence menaçant de submerger ses hôpitaux, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un reconfinement en Angleterre à partir de jeudi et jusqu’au 2 décembre (sachant que le Pays de Galles était déjà confiné, et l’Irlande du Nord en confinement partiel).

En Autriche, “un second confinement est mis en place à compter de mardi et ce jusqu’à fin novembre”, a déclaré le chancelier Sebastian Kurz.

Le pays de 8,8 millions d’habitants enregistre désormais plus de 5.000 cas quotidiens, contre seulement 1.000 début octobre, pour 1.109 décès depuis l’émergence de la pandémie.

“Tout le monde pense qu’on est en train d’être sacrifiés”: à la veille de la rentrée, un syndicaliste enseignant tire le signal d’alarme

Ce dimanche matin, sur BFMTV, à la veille de la rentrée des classes, Jean-Rémi Girard, président du syndicat national des lycées, des collèges, des écoles et du supérieur s’est emporté contre le protocole sanitaire renforcé dans les établissements scolaires. Il accuse le dispositif de ne pas garantir la distanciation physique.

“C’est n’importe quoi”, a-t-il dénoncé, affirmant que la “confiance” était perdue entre le personnel éducatif et son ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer. “Tout le monde pense qu’on est en train d’être sacrifiés”, a-t-il lancé. “Il y a un risque de tout, de droit de retrait, de grève”, a-t-il averti.

Leave a Reply

%d bloggers like this: