ÉLÉMENTS RADICAUX

L’homme interpellé près de Limoges, que Christophe Castaner a cité ce matin comme un exemple des “éléments radicaux” mobilisés pour l’acte IV des Gilets jaunes samedi, est un vigile de 35 ans que les enquêteurs pensent proche de l’ultra-droite. Cet individu avait exprimé sur les réseaux sociaux son intention de se rendre à Paris samedi.

Cet homme, a expliqué le ministre de l’Intérieur en présentant son dispositif sécuritaire, “exprimait sur les réseaux sociaux sa volonté de, je cite, ‘dégommer des monuments’ et de ‘tuer la République'”. Une perquisition chez cet homme a permis de mettre la main sur deux armes de poing, un revolver 35 magnum et un pistolet MAB calibre 7.65, ainsi que des munitions, un sac à dos contenant différents matériels pour manifester et un gilet jaune siglé “anti francs-maçons”. Il avait aussi des feux d’artifice, des gants, un masque de protection, des genouillères.