EN DIRECT – Covid : la vaccination élargie à tous les Français de plus de 75 ans avant la fin du mois – Europe 1

Spread the love
  • Yum

EN DIRECT

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que le vaccin contre le coronavirus sera accessible à tous les Français de plus de 75 ans avant la fin du mois. Il en va de même pour les soignants, les pompiers et les aides à domiciles de plus de 50 ans. Pour plus de transparence, et face à la méfiance d’une partie de la population, un comité citoyen composé de 35 Français tirés au sort va être mis en place. En Angleterre, si la campagne de vaccination est déjà bien entamée, le pays doit à nouveau se reconfiner, face à la propagation du nouveau variant. Suivez l’évolution de la situation en direct.

Les principales informations à retenir

  • Les Français de 75 ans et plus non-résidents en Ehpad pourront se faire vacciner avant la fin janvier
  • Les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans pourront également en bénéficier
  • En France, le gouvernement tente de mettre fin aux critiques sur la lenteur des vaccinations
  • En Angleterre, Boris Johnson a annoncé le retour du confinement total

La vaccination élargie

La vaccination des personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas hébergées en Ehpad sera autorisée avant la fin du mois de janvier, a annoncé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran. “Ça fait 5 millions de personnes”, a précisé le ministre de la Santé. Il a également annoncé l’élargissement aux pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans la campagne de vaccination, pour le moment réservée aux résidents des Ehpad et aux soignants d’au moins 50 ans.

Pour accélérer cette vaccination, Pascal Champvert, président de l’association des directeurs au service des personnes âgées, demande sur Europe 1 que soit mise en place une vaccination à domicile.

Qu’en sera-t-il dans l’Education nationale ?

Sous le feu des critiques à cause d’un démarrage très lent de sa campagne de vaccination, le gouvernement avait  promis lundi une montée en puissance rapide du dispositif. Invité d’Europe 1 mardi, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a demandé à ce que soient aussi vaccinés rapidement les enseignants qui sont au contact des enfants et adolescents.

Pour autant, il a défendu le choix de maintenir la date de la rentrée scolaire, arguant que l’onne peut “pas priver les enfants d’école”. L’enseignement hybride, à savoir à moitié à distance, à moitié en présentiel, pourrait lui être élargi aux collèges au cas par cas en fonction de la situation sanitaire.

65.415 morts en France, les réanimations en très légère baisse

Selon le dernier bilan publié lundi par les autorités sanitaires, 378 nouveaux décès ont été recensés, pour un total de 65.415 morts en France depuis le début de l’épidémie. Les réanimations sont en très légère baisse, avec huit patients de moins par rapport à la veille. Au total 2.666 patients se trouvent actuellement en réanimation. En revanche, les hospitalisation sont à nouveau en légère hausse (+182), pour un total de 24.995 personnes actuellement hospitalisées. 

4.022 nouveaux cas ont été enregistrés. En période de vacances, cette donnée quotidienne a énormément varié depuis la mi-décembre, oscillant entre quelque 3.000 et plus de 21.000. Mais toujours loin, en moyenne, de l’objectif gouvernemental de descendre à 5.000 cas par jour. Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes testées, est stable par rapport à dimanche, à 5,2%, après plusieurs jours de hausse.

Retour du confinement total en l’Angleterre

Confronté à la propagation alarmante du nouveau variant plus contagieux, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi soir le reconfinement de l’Angleterre jusqu’à la mi-février. Une décision qui soulage Dina, anesthésiste dans un hôpital londonien, interrogée par Europe 1 : “C’est difficile, nous sommes débordés, nous avons atteint le même nombre de patients qu’en mars dans un laps de temps beaucoup plus court.”

Dans les hôpitaux anglais, le nombre de patients atteints par le virus, près de 27.000 a “augmenté de près d’un tiers” en une semaine et dépasse de 40% le plus haut du pic de la première vague, a souligné Boris Johnson. Comme lors du premier confinement au printemps et contrairement au deuxième en novembre, les écoles seront fermées et passeront à l’enseignement à distance dès mardi. Le confinement doit entrer en vigueur dès mercredi à 00H01.

Si les conditions sont réunies, le confinement sera levé à la mi-février, échéance à laquelle, espère Boris Johnson, tous les plus de 70 ans seront vaccinés grâce à l’accélération de la campagne lancée le 8 décembre et désormais menée avec deux vaccins, le Pfizer/BioNTech et l’AstraZeneca/Oxford. Lundi matin, Brian Pinker, 82 ans est devenu le premier patient à recevoir le vaccin britannique, injecté par l’infirmière en chef de l’hôpital Churchill de l’université d’Oxford.

De son côté, l’Ecosse avait d’ores et déjà annoncé un confinement total dès lundi soir pour tout le mois de janvier, comprenant la fermeture des écoles. Les provinces d’Irlande du Nord et du Pays de Galles ont instauré juste après Noël leur troisième confinement.

Le Danemark espace l’injection des deux doses du vaccin

Lundi, le Danemark a annoncé espacer jusqu’à six semaines les deux doses de vaccin, permettant ainsi à plus de personnes de recevoir une première injection. “Jusqu’à présent, nous avons dit qu’il devait s’écouler trois à quatre semaines entre chaque injection mais on peut facilement attendre jusqu’à six semaines”, a affirmé le chef de l’Agence nationale de la Santé, Søren Brostrøm, interrogé par la télévision publique TV2.

Ces nouvelles recommandations concernent à la fois le vaccin Pfizer/BioNTech, qui est pour l’instant le seul administré dans le pays scandinave, et celui développé par Moderna, en cours d’approbation par l’Union européenne. Elles interviennent après l’annonce par le Royaume-Uni de sa décision d’allonger jusqu’à 12 semaines l’intervalle entre les deux doses de vaccins -Pfizer/BioNTech et AstraZeneca dans le cas britannique.

Toujours pas de décision européenne sur le vaccin Moderna

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé qu’elle ne se prononcerait finalement pas lundi soir sur l’autorisation du vaccin Moderna, et ses discussions reprendront plus tard dans la semaine. “Les discussions de l’EMA sur le vaccin Moderna contre le Covid-19 ne seront pas terminées ce soir. Elles continueront mercredi”, a indiqué dans un communiqué  le régulateur européen, basé à Amsterdam.

L’EMA a autorisé le 21 décembre le vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech, pour lequel la Commission européenne a aussitôt donné son feu vert et qui reste à ce jour le seul vaccin autorisé en Europe. Le vaccin Moderna, autorisé depuis le 19 décembre par l’Agence américaine des médicaments (FDA), se prend en deux doses, à quelques semaines d’intervalle, comme le vaccin Pfizer/BioNTech. Mais la formule de Moderna peut être conservée à -20°C, et non -70°C comme pour le remède de Pfizer.

Invitée d’Europe 1 lundi, Christelle Ratignier-Carbonneil, nouvelle directrice générale de l’ANSM, a assuré que le vaccin du laboratoire américain Moderna serait autorisé “de manière très imminente”, à savoir “dans les heures ou les jours à venir”.

Le Mexique valide le vaccin AstraZeneca/Oxford contre le Covid-19

Le Mexique a octroyé lundi l’autorisation d’urgence pour le vaccin contre le Covid-19 élaboré par le laboratoire britannique AstraZeneca et l’université d’Oxford, a annoncé le gouvernement. La Commission fédérale pour la protection des risques sanitaires “a autorisé le vaccin d’AstraZeneca pour son utilisation en urgence contre le virus Sars-CoV-2”, a écrit sur Twitter Hugo Lopez-Gatell, responsable de la stratégie de lutte contre l’épidémie au sein du gouvernement mexicain.

Il a précisé que le vaccin pourrait être disponible à partir de mars. “Cela dépend si les entités privées qui y travaillent matérialisent la capacité de production”, a-t-il expliqué plus tard en conférence de presse.

Plus d’1,8 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 1.843.631 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 11H00 GMT.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 351.590 décès pour 20.639.854 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 196.018 morts et 7.733.746 cas, l’Inde avec 149.649 morts (10.340.469 cas), le Mexique avec 127.213 morts (1.448.755 cas), et l’Italie avec 75.332 morts (2.155.446 cas).

Leave a Reply

%d bloggers like this: