EN DIRECT – Covid-19 : les Alpes-Maritimes attendent les décisions du gouvernement – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Dès ce lundi 22 février, les tests salivaires seront déployés dans les écoles maternelles et primaires.

Ces «techniques» jugées fiables à 85% seront déployées après un avis favorable de la Haute autorité de santé (HAS), a précisé Olivier Véran, ajoutant que «plusieurs centaines de milliers de tests» pourront ainsi être faits.

» Retrouvez le décryptage du Figaro Etudiant

Selon le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), le variant anglais concerne «quasiment un patient hospitalisé sur deux», et environ 45% des tests PCR en Île-de-France.

«On est sur une tendance qui est assez préoccupante», a ajouté Martin Hirsch au micro de France Inter lundi 22 février. «Le nombre d’entrées en réanimation en janvier c’était 25 par jour, maintenant c’est 50 par jour», a-t-il ajouté. «Heureusement, il y a des sorties, malheureusement certaines par décès, mais d’autres par guérison et amélioration qui compensent à peu près».

Pour rappel, 750 patients sont en réanimation dans les hôpitaux d’Île-de-France, contre 700 il y a huit jours.

» LIRE AUSSI – INFOGRAPHIE : jour après jour, de l’épidémie à la crise

«Aujourd’hui, la majorité des personnes en maison de retraite ont été vaccinées (75%), avec un bon taux d’acceptation» a déclaré sur LCI Alain Fischer, qui coordonne la stratégie vaccinale française. «Dans un délai pas trop lointain, on peut espérer en voir les premiers effets»

” class=”lazy”>

Source: AFP

«Il n’y a pas assez de production de vaccins dans le monde (…) La production est encore insuffisante», a déclaré sur LCI le Pr Alain Fischer, coordinateur de la stratégie vaccinale française.

«Il faut vacciner toutes la population mondiale, pour des raisons d’éthique et d’efficacité globale. C’est un objectif qui ne peut pas être réalisé à court terme», a-t-il ajouté.

À VOIR AUSSI – Vaccin contre le Covid-19: «La production est insuffisante», déplore Alain Fischer

De plus en plus exposée au virus, la ville de Nice fait désormais face à la menace d’un reconfinement le week-end.

«Il faudrait déjà que les gestes barrières soient appliqués. Le port du masque, faites un peu le tour, vous verrez qu’il n’est pas respecté, les distanciations non plus. Il faut déjà respecter ça, on verra après pour le reste »

–  René Jeannin, 50 ans, agent d’accueil à la faculté des sciences de Valrose

» Retrouvez notre reportage à Nice

«Situation sanitaire catastrophique au niveau départemental», twittait le maire de Nice Christian Estrosi dimanche 21 février.

«17 nouvelles hospitalisations depuis ce matin. Réanimation proche de la saturation, déprogrammations d’opérations lourdes au CHU de Nice», liste l’édile, qui conclut que «tous les établissements de santé du département sont concernés

«La décision est quasi arrêtée. On s’avance vers un confinement le week-end», assurait le député LR Eric Ciotti dans Nice-Matin, disant souhaiter que «le haut pays, qui est moins touché par l’épidémie, soit préservé».

Lors d’une réunion samedi soir avec le préfet, les élus ont proposé cinq pistes, selon Alexandra Valetta-Ardisson, députée LREM des Alpes-Maritimes, interrogée par France Inter: 

1) «port du masque généralisé», 

2) «renforcement des contrôles», 

3) durcissement de «la jauge pour les centres commerciaux», 

4) «confinement ciblé sur le week-end et uniquement sur (…) le littoral»,

5) «l’interdiction des entrées dans le département, sauf motif impérieux.»

Le taux d’incidence est trois fois plus important que dans le reste de la France : 700 cas positifs pour 100.000 habitants, contre 190 en France.

10% des tests de dépistage s’avèrent positifs (contre 6% pour l’ensemble de la France).

Les Alpes-Maritimes s’apprêtent à subir un nouveau tour de vis pour «endiguer l’épidémie» de Covid-19, particulièrement virulente dans ce département.

Après consultation avec les élus, la préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé dimanche 21 février avoir transmis des propositions de mesures, sans préciser lesquelles, au gouvernement.

Les annonces doivent être faites ce lundi, mais une hypothèse tient déjà la corde, celle d’un confinement localisé le week-end, qui serait une première en métropole.

» LIRE AUSSI – Covid-19 : à Nice, le casse-tête des restrictions sur mesure

Le gouvernement cherche à juguler la flambée épidémique dans les Alpes-Maritimes, où il pourrait décréter un confinement local pour la première fois dans l’Hexagone. Suivez avec nous l’annonce de ces mesures.

Leave a Reply

%d bloggers like this: