EN DIRECT – Covid-19: le conseil scientifique préconise les autotests en milieu scolaire dès la rentrée – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le Conseil scientifique préconise les autotests en milieu scolaire dès la rentrée

“Bien utilisés, les autotests peuvent devenir un atout pour la gestion l’épidémie”, selon le Conseil scientifique. L’instance chargée de conseiller l’exécutif préconise de les utiliser en milieu scolaire dès la rentrée, dans un nouvel avis daté du 19 avril.

“Une promotion autour du principe d’utilisation et de l’impact en termes de sécurisation et de maintien des activités scolaires dès la réouverture fin avril/début mai doit permettre d’entrainer une adhésion des familles et de la communauté éducative”, écrit le Conseil scientifique.

“Ce déploiement de dépistage par autotest en le milieu scolaire doit aussi être prévu pour la rentrée scolaire de septembre 2021”, peut-on lire dans l’avis. “Cette politique de dépistage est à prévoir au moins pour le trimestre scolaire de l’automne 2021, en attendant d’avoir une possibilité de vacciner les enfants d’âge scolaire, si elle est mise en place.”

L’infectiologue Odile Launay juge la réouverture des écoles et des crèches “indispensable”

Certes, la situation sanitaire est loin d’être maîtrisée. Mais pour autant, l’infectiologue Odile Launay juge “indispensable” de rouvrir les écoles et les crèches, comme c’est prévu lundi.

“Quand on discute avec nos collègues pédiatres ils sont absolument très inquiets de la souffrance des enfants”, réagit-elle sur BFMTV-RMC. “Ils ont des enfants maltraités qui, quand ils n’ont plus accès à la crèche ou à l’école, vivent dans des conditions extrêmement difficiles.”

“Ce n’est pas uniquement l’accès à la connaissance mais ce sont aussi des situations de maltraitance”, note Odile Launay. “Je discutais avec une collègue pédiatre qui me disait qu’ils ont des suicides d’enfants de 8 ans. Ce sont des situations très difficiles, il n’y a pas que l’aspect sanitaire que l’on doit prendre en compte.”

“Le risque, c’est que l’épidémie reparte”: l’épidémiologiste Catherine Hill juge le calendrier de déconfinement “totalement déraisonnable”

Elle évoque une “décision clairement politique”. L’épidémiologiste Catherine Hill réagit ce jeudi dans L’Express aux vélléités du gouvernement de maintenir son calendrier pour le déconfinement, avec une levée de la limite de 10 km pour les déplacements au 3 mai, avant une réouverture de certains lieux, dont les terrasses, à la mi-mai.

“C’est beaucoup trop tôt”, rétorque Catherine Hill. “On déconfine alors qu’on est en plein pic, ce qui est évidemment totalement déraisonnable. Le virus circule beaucoup trop. Par exemple dans les sept derniers jours, 443 personnes en moyenne sont arrivées chaque jour en réanimation, ce qui est en encore au-dessus du pic du mois de novembre.”

“Le nombre de morts reste aussi très élevé”, poursuit-elle. “Dans ces conditions, lever le pied paraît complètement illogique.”

“Le risque, c’est que l’épidémie reparte”, ajoute Catherine Hill. “Les enfants vont retourner à l’école, eux et leurs parents vont croiser de nouvelles personnes. Ça va faire circuler davantage le virus. Par ailleurs, il n’y a pas du tout assez de gens vaccinés pour que le virus s’arrête de circuler.”

L’Inde a recensé près de 315.000 nouveaux cas en 24 heures, un record mondial

L’Inde continue d’être frappée de plein fouet par la deuxième vague, avec les craintes autour d’un variant local. Le pays a recensé près de 315.000 nouveaux cas en 24 heures, selon les derniers chiffres dévoilés ce jeudi. Il s’agit d’un record mondial, , au moment où les hôpitaux de New Delhi font face à une pénurie d’oxygène.

Le ministère indien de la Santé a fait état jeudi de 314.835 nouvelles contaminations, un bilan quotidien qu’aucun pays au monde n’avait jusqu’alors enregistré. Cela porte à 15,9 millions le nombre total de cas officiellement recensés en Inde, deuxième pays le plus touché par la pandémie.

Le couvre-feu sera maintenu au-delà du 3 mai, mais le gouvernement veut progressivement le décaler

À peine les chiffre de l’épidémie commencent-ils à stagner, que le gouvernement pense à l’après-confinement. Et si certains établissements accueillant du public pourraient rouvrir leurs portes dès la mi-mai, le couvre-feu à 19 heures, imposé sur tout le territoire depuis mi-mars, devrait lui être maintenu au-delà du 3 mai.

“On ne touchera pas au couvre-feu!”, a déclaré une source proche de l’exécutif ce mercredi.

Selon nos informations, le couvre-feu ne sera donc pas levé tout de suite, mais il s’agira dans les prochaines semaines, et en fonction de l’évolution de la situation, de le repousser, progressivement. L’exécutif envisagerait par exemple de coupler une éventuelle réouverture des terrasses et des lieux culturels mi-mai à un couvre-feu plus tardif, par exemple à 21 heures dans un premier temps.

Le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire se précise

Le retour sur les bancs de l’école dès lundi se confirme pour les élèves de maternelle, primaire et les crèches. Le calendrier déjà évoqué par le gouvernement a été confirmé ce mercredi, a-t-on appris de sources proches de l’exécutif.

Pour pouvoir rouvrir ces établissements, le gouvernement prévoit le maintien d’un protocole sanitaire strict. Ainsi, dès qu’un élève sera testé positif dans une classe, celle-ci sera fermée, comme c’était le cas avant les vacances, selon les informations de BFMTV-RMC. Et tous les élèves de la classe seront alors considérés comme “cas-contacts”.

Selon nos informations, les tests salivaires et les auto-tests devraient être systématisés et déployés plus largement sur l’ensemble du territoire.

Les syndicats d’enseignants doivent être reçus au ministère de l’Éducation ce jeudi à 14 heures pour évoquer ce protocole. Jean-Michel Blanquer doit ensuite prendre la parole lors de la conférence de presse du gouvernement à 18 heures.

Les commerces plaident pour une “réouverture impérative au plus tard le 10 mai”

Les principales fédérations du commerce et quelque 150 patrons, franchisés et affiliés de réseaux d’enseignes signent un “plaidoyer pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai”, un mois “capital en termes d’activité” pour les 150.000 magasins fermés depuis le 3 avril.

Signée par 12 fédérations dont celles de la franchise, la bijouterie, l’ameublement, le prêt-à-porter féminin, la chaussure, le commerce de centre ville…- et des dirigeants d’enseignes (Beauty Success, Brand Sisters, Burton, But, Casa, Celio…), cette tribune publiée par Le Parisien jeudi demande au gouvernement d”acter dès à présent” cette date pour “tous les points de vente, quelles que soient leur taille et leur localisation”.

“Nous prenons (…) notre part à l’effort collectif de lutte contre la Covid mais cette situation de fermeture ne peut plus durer. Elle met gravement en péril nos entreprises et inquiète nos 800.000 collaborateurs”, affirment les signataires, pointant aussi les conséquences pour tout l’écosystème (fournisseurs, franchisés, marques, bailleurs…) et les villes qui subissent une vacance commerciale.

“Après avoir perdu plus de 20% de chiffre d’affaires en moyenne en 2020, nous avons encore perdu plus de 30% d’activité depuis le début de l’année et chaque semaine de fermeture appauvrit et fragilise nos réseaux.”

L’exécutif décidé à déconfiner en mai, malgré une décrue fragile

Bonjour à tous et bienvenue dans dans ce nouveau direct consacré à l’évolution de l’épidémie de Covid-19. L’exécutif maintient, en dépit d’une décrue encore fragile de l’épidémie, son objectif de lever progressivement les restrictions en mai, en supprimant la limite des 10 km le 2 mai au soir et en rouvrant les terrasses mi-mai, grâce à l’accélération de la vaccination.

Sur tout le territoire, “il apparaît que nous pourrions être au pic ou proches de l’être”, a souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue des Conseils de défense et des ministres mercredi.

En attendant qu’Emmanuel Macron ne détaille les modalités de réouvertures, le Premier ministre Jean Castex tient ce jeudi une conférence de presse, en présence des ministres de l’Education Jean-Michel Blanquer et de la Santé Olivier Véran. Vous pourrez évidemment la suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

Leave a Reply

%d bloggers like this: