EN DIRECT – Covid-19: couvre-feu, reconfinement, écoles… Le gouvernement planche sur différents scénarios – Le Figaro

Spread the love
  • Yum
«Dites ahhh»: une ville du nord-est de la Chine a utilisé mercredi pour la première fois un robot pour effectuer des tests Covid-19, dans le cadre d’une vaste campagne de dépistage après quelques cas.

Principal avantage du robot : il permet de réduire le risque d’infection du personnel médical, tout en conservant une grande précision de mouvement. Nullement impressionnés par cette installation futuriste, de nombreux habitants de Shenyang faisaient la queue mercredi dans ce centre de test installé dans l’établissement scolaire. 

Après avoir scanné leur pièce d’identité, ils s’installent devant l’appareil, où une voix féminine pré-enregistrée leur demande poliment d’ouvrir la bouche. Le robot dirige alors l’écouvillon vers la gorge du patient. Un opérateur en combinaison intégrale de protection pilote toute l’opération à distance grâce à une caméra embarquée sur le bras articulé et à un écran de contrôle.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Renaud Girard: «Que cherche donc à cacher la Chine?»

L’épidémie continue de sévir outre-Manche. 1564 morts ont été recensés ce mercredi au Royaume-Uni, un record. Le pays connaît une recrudescence de l’épidémie en raison de la présence du variant anglais.

Le bilan total est de 84.767 décès dans les 28 jours suivant un test positif, selon le ministère de la Santé. Le nombre de cas recensés en 24 heures s’est élevé à 47.525, portant le total des personnes testées positives dans le pays à 3.211.576.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 : arrive-t-on vraiment à suivre la circulation du variant anglais en France ?

«Une fois encore, on va fermer toutes les portes. À 18 heures chaque jour? Le week-end? Toute la semaine? Jour et nuit? Le compte à rebours éprouvant et absurde qui précède la conférence de presse du jeudi soir est enclenché. Corps fatigués, esprits usés, nerfs à vif, nos concitoyens ont appris à comprendre avant même qu’on leur parle. L’équation est simple: variant anglais + hiver froid et humide = confinement, un peu, beaucoup ou passionnément.»

>> LISEZ L’ÉDITORIAL DU FIGARO – «Confinement, couvre-feu: la prison à domicile»

La mise en place d’un couvre-feu dès 18H00 dans une dizaine de départements depuis début janvier a permis «une circulation moins importante» du virus, «c’est-à-dire que la dynamique de croissance du virus est moins rapide que dans d’autres territoires», a assuré aujourd’hui le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

«Dans les départements où le couvre-feu a été avancé, la circulation du virus est moins importante que dans d’autres départements français: c’est-à-dire qu’il croît moins vite, la dynamique de croissance du virus est moins rapide que dans d’autres territoires», a-t-il poursuivi, en prévenant qu’il était «évidemment trop tôt pour mesurer pleinement et absolument les effets».

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Couvre-feu ou confinement: quels arguments pour un choix difficile?

La Norvège s’est dite décidée mercredi à imposer un dépistage obligatoire du Covid-19 pour pouvoir entrer sur son territoire, les contrevenants s’exposant à une amende de près de 2000 euros.

«Maintenant que l’on voit que le risque de virus importé augmente, nous mettons en place de nouvelles mesures», a déclaré la ministre de la Justice, Monica Mxaeland, au cours d’un point de presse. «Une fois que la capacité de dépistage aura été renforcée, notre objectif est d’introduire un test obligatoire aux frontières», a-t-elle ajouté.

La Norvège compte déjà parmi les pays d’Europe disposant, selon elle, des règles sanitaires les plus strictes pour l’entrée sur son sol.

>> LIRE AUSSI – Covid-19 : l’OMS appelle l’Europe à «faire plus» face au nouveau variant

Un juge espagnol a ordonné de vacciner contre le Covid-19 une pensionnaire d’un centre gériatrique en dépit du refus de sa fille, dans une décision rendue publique mercredi par le tribunal de Saint-Jacques de Compostelle (nord-ouest).

La maison de retraite avait fait appel au juge de garde samedi, devant le refus catégorique de la fille d’une pensionnaire de voir sa mère vaccinée, et ce alors que cette dernière avait «une capacité de décision très limitée».

Dans son jugement, le magistrat estime que la pensionnaire «manque des facultés précises pour donner son consentement à un acte médical». Bien qu’il comprenne les réserves de sa fille face aux possibles effets secondaires du vaccin, il juge que la vacciner constitue «un risque moindre» que ne rien faire. La position de la fille de la pensionnaire «va à l’encontre des intérêts de la résidente concernant le maintien de son état de santé et l’évitement des risques vitaux», poursuit le juge.

» LIRE AUSSI – «Les vrais anti-vaccins sont en réalité très peu nombreux dans l’opinion»

Le pape François, âgé de 84 ans, s’est fait vacciner mercredi contre le Covid-19 au premier jour de la campagne de vaccination organisé par le micro Etat du Vatican, selon deux journalistes proches du souverain pontife.

Selon des journalistes du grand quotidien argentin La Nacion et de la revue jésuite américaine America, tous deux spécialistes du Vatican et amis du pape, François a été vacciné mercredi dans l’entrée de la salle d’audience Paul VI, de la cité du Vatican.

» LIRE AUSSI – «Il faut se faire vacciner», exhorte le pape qui dénonce «un négationnisme suicidaire» des anti-vaccins

Le Tournoi des six nations 2021 dames et celui des moins de vingt ans ont été reportés en raison de la pandémie, a annoncé mercredi le comité organisateur.

Les organisateurs ont exprimé leur volonté de maintenir le Tournoi masculin aux dates prévues (6 février – 20 mars). Mardi, le gouvernement français avait réclamé plus de garanties sanitaires des Britanniques avant d’autoriser le XV de France à se rendre en Irlande (14 février) puis en Angleterre (13 mars).

» LIRE AUSSI – « On va perdre des talents, c’est certain»: face au Covid-19, la frustration des jeunes sportifs amateurs

La Suisse a annoncé mercredi une nouvelle série de mesures pour maîtriser l’épidémie de Covid-19, les autorités craignant notamment une recrudescence rapide en raison de la présence de variants du coronavirus plus contagieux.

» LIRE AUSSI – Suisse: le président de la Confédération reconnaît des erreurs dans la gestion du Covid-19

A partir de lundi 18 janvier, le télétravail deviendra obligatoire, les magasins ne vendant pas des biens de consommation courante devront fermer et les manifestations privées et les rassemblements seront soumis à de nouvelles restrictions, a annoncé le gouvernement fédéral dans un communiqué.

Les restaurants, établissements culturels, installations de sport et de loisirs, qui sont fermés déjà depuis le 22 décembre, le resteront jusqu’à fin février. Ce sont 5 semaines de plus que ce qui était initialement prévu.

Ces décisions sont justifiées aux yeux du Conseil fédéral, parce que «la situation épidémiologique demeure extrêmement tendue: le nombre d’infections, d’hospitalisations et de décès ainsi que la charge pesant sur le personnel de santé restent très élevés».

Le nombre de pays et territoires où se trouve dorénavant le variant du coronavirus repéré initialement en Grande-Bretagne s’élève à 50 et il est de 20 pour le variant identifié en Afrique du Sud, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’ampleur de la diffusion géographique des deux variants est vraisemblablement sous-estimée, ajoute l’OMS, en raison d’une distorsion liée au fait qu’ils ont été découverts dans des pays dotés d’une capacité de séquençage du virus.

» LIRE AUSSI – Covid-19 : arrive-t-on vraiment à suivre la circulation du variant anglais en France ?

Une troisième mutation dont le Japon a annoncé dimanche la découverte pourrait impacter la réponse immunitaire et nécessite d’être étudiée plus avant, selon l’OMS qui évoque dans son bulletin hebdomadaire «un variant inquiétant». «Plus le virus SARS-CoV-2 se répand, plus il a d’occasion de muter», souligne l’organisation onusienne. «De hauts niveaux de contamination signifient que nous devons nous attendre à l’émergence de davantage de variants.»

À VOIR AUSSI – Covid-19: le variant anglais retrouvé dans environ 1% des tests positifs en France, d’après Olivier Véran

«Tout changement des dosages de vaccins testés et approuvés et toute modification des intervalles de vaccination pour ces vaccins anti Covid-19 doivent se baser sur la science et sur une interprétation transparente des données», insiste le communiqué commun des principales associations professionnelles du secteur aussi bien en Europe qu’aux États-Unis (IFPMA, PhRMA, EFPIA, Vaccines Europe, BIO, ICBA).

Ces associations «jugent que les stratégies de déploiement des vaccins doivent être basées sur les résultats des études cliniques et l’évolution des connaissances» et par conséquent elles soutiennent «l’adhésion aux dosages qui ont été déterminés pendant les essais cliniques».

Les épreuves de Coupe du monde messieurs de ski alpin prévues ce week-end dans la prestigieuse station de Kitzbühel, en Autriche, sont annulées après la découverte de 17 cas de Covid-19 possiblement liés au variant anglais. «Pour des raisons de sécurité, nous ne voulons pas que ces courses de Wengen aient lieu à Kitzbühel ce week-end», a déclaré le gouverneur de la région, Günther Platter. Les épreuves ont été rapidement reprogrammées à Flachau, toujours en Autriche.

Alors que la station suisse de Wengen avait dû jeter l’éponge lundi, à cause du Covid-19 également, pour l’organisation de son étape prévue de vendredi à dimanche, Kitzbühel avait chamboulé son programme pour reprendre deux courses sur trois. La station autrichienne devait ainsi organiser deux slaloms samedi et dimanche, désormais annulés, puis un super-G et deux descentes sur sa mythique piste de la Streif la semaine prochaine, pour l’instant maintenus.
Le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné le lancement d’une vaccination de masse de la population russe contre le nouveau coronavirus à partir de la semaine prochaine. «Je demande de lancer une vaccination de masse de toute la population à partir de la semaine prochaine», a-t-il déclaré lors d’une réunion du gouvernement russe par visioconférence. «Le vaccin russe est le meilleur du monde», a assuré Vladimir Poutine.
Où s’arrête le travail et où commence la vie privée ? La pandémie et ses cohortes de travailleurs à domicile ont brouillé un peu plus la frontière entre les deux et méritent que l’on y porte plus d’attention, met en garde ce mercredi l’Organisation internationale du travail (OIT) dans un rapport.

«Quand le monde a été frappé brutalement par la pandémie de Covid-19, des légions de travailleurs se sont convertis du jour au lendemain au travail à domicile afin de protéger leur emploi et leur vie», souligne l’agence onusienne, pour qui «il n’y a aucun doute que le travail à domicile va encore gagner en importance dans les années à venir».

«Pour les télétravailleurs le grand risque c’est l’effacement de la différence entre le temps de travail et le temps pour soi et pour la famille», souligne le rapport, qui insiste sur le besoin de prendre en compte les risques psychologiques liés au fait de travailler de manière isolée.

» LIRE AUSSI – La fatigue des employés privés de bureau : le télétravail, c’est (un peu) l’enfer

Bruxelles rappelle fermement aux États membres de l’UE leur engagement à ne pas lancer leurs «propres procédures d’achat» de vaccins anti-Covid, et les a enjoints à rendre compte de façon régulière et précise du nombre de personnes vaccinées.

«Laissez-moi vous rappeler qu’en approuvant l’accord (déléguant les négociations à l’UE), vous avez accepté de ne pas lancer vos propres procédures pour l’achat de vaccins avec les mêmes laboratoires», a lancé la commissaire à la Santé Stella Kyriakides, lors d’une visioconférence avec les ministres européens de la Santé. «Je comprends les pressions au niveau national et l’angoisse de vos citoyens (…) mais conclure des accords parallèles ne fera que saper une approche européenne qui a porté ses fruits», a-t-elle ajouté.

Alors que les Vingt-Sept avaient mandaté en juin 2020 la Commission européenne pour négocier en leur nom des précommandes de vaccins, des protocoles d’accord distincts signés par l’Allemagne et un appel de fourniture de vaccins de Chypre à Israël ont suscité la controverse.

En quelques semaines, l’Irlande est passée du statut de bon élève dans la lutte contre la pandémie à celui peu enviable de pays présentant le plus haut taux de transmission dans le monde.

» LIRE AUSSI – Covid-19: face à un «janvier noir», l’Irlande verrouille un peu plus le pays

Pas plus tard qu’en décembre, l’Eire présentait le taux d’incidence le plus bas de l’Union européenne après avoir été le premier pays européen à instaurer un deuxième confinement. Mais avec 1288 nouveaux cas confirmés par million d’habitants lundi selon les données compilées par l’université d’Oxford (en moyenne sur sept jours), il détient désormais une triste première place, devant la République tchèque et la Slovénie.

L’Irlande enregistrait au 1er janvier à peine plus de 93.000 cas, chiffre qui a depuis dépassé les 150.000. Selon les services sanitaires irlandais, les hôpitaux sont au bord de la rupture. Ils comptaient selon les chiffres publiés mardi 1700 patients infectés par le virus, quasiment le double du chiffre enregistré pendant le pic de la première vague du printemps.

Alors que la question de l’ouverture des écoles fait débat en France avec l’arrivée du variant anglais sur le territoire, notre collègue Marie-Liévine Michalik a regardé ce qu’il en était chez nos voisins européens : Classes fermées, petits groupes, purificateur d’air, accueil des plus petits uniquement…

» Retrouvez notre article «Covid-19 : que font nos voisins pour contenir la propagation de l’épidémie dans les écoles ?»

Le gouvernement italien a annoncé sa volonté de rouvrir les musées dans les zones du pays les moins touchées par l’épidémie. «Les musées, lieux symboliques de la culture du pays, rouvriront dans les “zones jaunes”», a déclaré me ministre de la Santé, Roberto Speranza, devant les députés en illustrant les nouvelles mesures de lutte contre l’épidémie, qui entreront en vigueur à partir du 16 janvier. Les 20 régions d’Italie sont actuellement divisées en trois types de zones – jaune, orange et rouge – en fonction de la gravité de la situation épidémiologique locale et chaque semaine la situation est revue par un comité scientifique.

Le ministre a également annoncé la volonté du gouvernement de prolonger jusqu’au 30 avril l’état d’urgence dû à l’épidémie. Ce dernier sert essentiellement à faciliter et accélérer la prise de décisions et de mesures destinées à combattre les effets d’un séisme, d’inondations ou d’autres catastrophes, ici en l’occurrence l’épidémie de Covid-19. «Cette semaine, il y a une aggravation générale de la situation épidémiologique en Italie, le nombre de malades en soins intensifs augmente (…). Il ne faut pas se leurrer, l’épidémie est de nouveau dans une phase d’expansion», a-t-il justifié.

» LIRE AUSSI – Italie : le gouvernement adopte un plan de relance, au risque d’imploser

Le Parlement danois va interrompre une partie de ses activités, y compris le débat autour de plusieurs projets de loi, pendant un mois en raison de l’épidémie de coronavirus, rapporte l’agence de presse Ritzau.
En Chine, qui a très largement éradiqué l’épidémie, apparue dans le pays fin 2019, et où le dernier décès signalé officiellement remonte à mai dernier, plusieurs foyers de contamination sont apparus ces derniers jours, entraînant une réponse ferme des autorités.
La province du Heilongjiang, qui partage une longue frontière avec la Russie, a proclamé un «état d’urgence épidémique» et ordonné mercredi à ses 37,5 millions d’habitants de rester sur place, après la découverte d’une trentaine de cas de contamination. Une des villes de la province, Suihua, et ses 5 millions d’habitants avaient déjà été placée en quarantaine lundi après la découverte de 45 cas asymptomatiques. Hors du Heilongjiang, quelque 20 millions d’habitants du nord de la Chine sont désormais soumis à une forme ou à une autre de confinement. Et le Hebei, qui entoure Pékin, a interdit à ses 76 millions d’habitants de quitter la province sauf cas d’urgence.
Nationalement, le bilan quotidien fait état mercredi de 115 nouvelles contaminations, soit le chiffre le plus élevé depuis juillet dernier. Même si l’on reste très loin des chiffres enregistrés dans le reste du monde, la recrudescence des cas de Covid inquiète le pouvoir à l’approche du Nouvel An chinois, qui tombe cette année le 12 février, et donne lieu à des centaines de millions de déplacements de travailleurs migrants rentrant dans leur famille.

» LIRE AUSSI – Renaud Girard: «Que cherche donc à cacher la Chine?»

À Nancy, les personnes de plus de 75 ans, hors Ehpad, peuvent désormais se faire vacciner. Fortement touchée par le rebond de l’épidémie de Covid-19, la métropole nancéienne a ouvert officiellement mercredi cette campagne locale de vaccination des plus de 75 ans, résidant à domicile. 

Dès mardi, quelques personnes âgées, parvenues à prendre rendez-vous sur le site Doctolib, avaient pu se faire vacciner alors que la campagne ne concernait encore que le personnel soignant et les résidents d’Ehpad. «Il faut arrêter ce Covid qui mange la vie à tout le monde. Je suis très heureuse d’être la première», a expliqué à l’AFP Odette Brogonzoli, 84 ans, venue au palais des Congrès de Nancy, transformé en centre de vaccination. «C’est bien pour les personnes âgées. C’est la meilleure des solutions», a-t-elle insisté.

La campagne nationale sera lancée officiellement jeudi, avec l’ouverture d’une ligne téléphonique pour la prise de rendez-vous, et une visite du premier ministre Jean Castex à Metz.

À VOIR AUSSI – À Nancy, coup d’envoi de la vaccination des plus de 75 ans hors Ehpad

» LIRE AUSSI – Covid-19 : comment prendre rendez-vous pour se faire vacciner ?

Plus de 7000 Sud-Africains ont déjà été poursuivis pour avoir négligé de porter un masque dans l’espace public, un comportement imposé fin décembre face à la flambée de contaminations de la seconde vague.
Plus de 20.000 personnes ont été arrêtées ou ont reçu une amende pour n’avoir pas respecté les règles imposées pour lutter contre la pandémie, a précisé le ministre de la police dans un communiqué ce mercredi. À ce jour, «7455 citoyens ont été verbalisés pour n’avoir pas porté de masque en public (…) en dépit du fait qu’il leur a été demandé continuellement de le porter», regrette Bheki Cele.

Depuis le premier strict confinement du pays en mars, plus de 342.000 personnes ont été arrêtées pour contravention aux règles Covid dans le pays.

En Corée du Sud, le fondateur de l’Église Shincheonji de Jésus, un mouvement religieux opaque qui avait été fortement critiqué l’an passé au début de la pandémie, a été blanchi mercredi par la justice sud-coréenne. Il était accusé d’avoir entravé les efforts du gouvernement contre le coronavirus.

Son organisation, estimée avoir quelque 200.000 membres, concentrait un temps plus de la moitié des cas de Covid-19 recensés dans le pays. C’est à cause d’une fidèle âgée de 61 ans que l’Église Shincheonji était en février 2020 devenue l’un des principaux vecteurs du coronavirus en Corée du Sud. Bien que fiévreuse, elle avait assisté à au moins quatre cérémonies de l’Église à Daegu – la quatrième ville du pays devenue alors l’épicentre du coronavirus en Corée du Sud – avant que son cas soit diagnostiqué.

Lee Man-hee, 89 ans, a cependant été condamné à une peine de trois ans de prison avec sursis pour avoir détourné des milliards de wons de son organisation, parfois accusée d’être une secte.

Ce matin dans Le Figaro, notre collègue du service Sciences Cécile Thibert décrypte les arguments en faveur du confinement ou d’un couvre-feu, deux mesures avec lesquelles le gouvernement jongle depuis le début de la crise sanitaire. «La seule mesure dont l’efficacité est prouvée est le confinement total, mais elle est violente et a des implications très lourdes, explique Nathan Clumeck, professeur émérite de maladies infectieuses à l’université libre de Bruxelles. On peut comprendre que les autorités essaient quelque chose de plus doux. Mais si les effets des couvre-feux ne se font pas sentir, cela annonce un confinement…»

» Retrouvez notre article «Couvre-feu ou confinement: quels arguments pour un choix difficile ?»À VOIR AUSSI – Couvre-feu ou confinement: quelle solution ?


Sur BFMTV, le directeur de l’ARS d’Île-de-France, Aurélien Rousseau, assure que 11 cas de variant britannique du Covid-19 ont été détectés dans la région, «une quarantaine sont suspects», ajoute-t-il.

Selon lui, l’impact des fêtes commencent à se faire sentir dans les hôpitaux franciliens où un taux d’occupation proche de 50% est observé depuis plusieurs semaines dans les services de réanimation. «C’est sûr, il va falloir prendre de nouvelles mesures», juge-t-il.

«Je suis optimiste sur la vaccination en France», répond le Pr Jean-François Delfraissy. «On ne sait pas encore si les vaccins jouent un rôle sur la transmission», la priorité doit être de «sauver des vies». Il met toutefois un bémol : «On devra continuer à porter les masques et à appliquer les gestes barrières autour de septembre 2021.
Le vaccin est la porte de sortie, n’attendons pas non plus tout du vaccin, il faut être clair.»

Interrogé ensuite sur la fermeture des établissements scolairesle président du Conseil scientifique rétorque : «Nous recommandons de poursuivre l’ouverture des écoles car les données anglaises ne sont pas encore assez claires». Il encourage toutefois à durcir les règles sur les fermetures des classes et à mettre en place des dépistages ciblés. «Il faut changer la jauge et dès le premier malade du variant anglais il faut aller plus vite et fermer cette école», juge-t-il.

» LIRE AUSSI – Fermeture des écoles: pression sur l’exécutif

«La situation actuelle est paradoxale», estime sur France Info le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy. «La France se situe mieux que l’ensemble des pays européens. (…) Mais les chiffres stagnent voire sont en légère augmentation? Nous avons aussi un taux d’occupation des lits hospitalier qui reste relativement élevé», détaille le professeur. 

Jean-François Delfraissy pointe également la présence du variant anglais du Covid-19. «On va avoir une extension du variant anglais», déclare-t-il, précisant qu’il a été sur 1 % des tests positifs réalisés dans le cadre d’une étude réalisée sur deux jours la semaine dernière. «Soit un millier de personnes», précise le professeur. Et de prévenir : «On va avoir une extension du variant anglais.»

Le président du Conseil scientifique préconise un resserrement des mesures de distanciation, sans en dire plus sur les recommandations qui ont été transmises au gouvernement. «Je suis très préoccupé par ce variant anglais, plus vite on prend des décisions, plus elles vont être efficaces, donc évitons de retarder ces décisions», a expliqué l’immunologue

» LIRE AUSSI – Covid-19 : arrive-t-on vraiment à suivre la circulation du variant anglais en France ?

Jean-François Delfraissy s’inquiète également de la présence d’un variant sud-africain dans l’Hexagone. Selon lui, au moins trois cas ont été détectés en métropole. «On sait que les vaccins neutralisent uniquement en partie le variant sud-africain», avance-t-il.

Le Japon cherche à isoler un nouveau variant du coronavirus, récemment détecté sur quatre personnes arrivées en provenance du Brésil, afin de pouvoir l’analyser davantage. Le Japon a annoncé dimanche avoir détecté un nouveau variant du coronavirus, sans être en mesure de dire dans l’immédiat si celui-ci était plus contagieux ou plus dangereux que d’autres variants déjà repérés dans le monde.

Ce variant du SARS-CoV-2 résulte d’une évolution «d’une lignée virale du Brésil, qui circule en Amazonie», provisoirement baptisée «B.1.1.28 (K417N / E484K / N501Y)», a affirmé le chercheur brésilien Felipe Naveca, qui collabore avec l’institut Fiocruz. «Les résultats suggèrent que la mutation détectée dans le variant B.1.1.28 est un phénomène récent, survenu probablement entre décembre 2020 et janvier 2021», a précisé l’institut dans un communiqué.

Le Covid-19 pèse toujours autant sur le système de santé français, avec 1660 patients malades du Covid-19 admis en 24 heures, et plus de 19.000 nouveaux cas de contaminations enregistrés sur la même période, selon les chiffres de Santé publique France mardi soir. 
Par ailleurs, 362 personnes sont décédées du Covid-19 à l’hôpital en 24 heures. Le total des décès dus à l’épidémie s’élève à 68.802, selon Santé publique France, en prenant en compte les décès en Ehpad (environ 380 depuis vendredi).

À ce jour 189.834 personnes ont été vaccinées en France depuis le début de la campagne le 26 décembre.

» LIRE AUSSI – Covid-19 : 19.753 nouveaux cas et plus de 50.000 vaccinations en 24 heures en France

Le Conseil de défense se réunira à partir de 9 heures. Il sera suivi à 10h30 par l’habituel Conseil des ministres. Après la réunion prévue à l’Elysée, il reviendra au gouvernement de Jean Castex d’en présenter les conclusions jeudi. Les autorités devraient tirer le bilan des fêtes de fin d’année et évaluer ses retombées sur l’épidémie de Covid-19.

Le chef du gouvernement, qui a jugé mardi que les Français s’étaient «bien comportés» à cette occasion, a indiqué la veille que «le couvre-feu suffit», semblant écarter un troisième reconfinement dans l’immédiat. En revanche, l’ajout de territoires aux 25 départements déjà sous couvre-feu dès 18 heures, voire sa généralisation à l’ensemble du pays, est envisagé, selon plusieurs sources proches du gouvernement.

» LIRE AUSSI – Covid-19: la France redoute un nouveau confinement

La pandémie a fait au moins 1.945.437 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un dernier bilan établi par l’AFP mardi. 

Les États-Unis ont largement dépassé mardi leur précédent record de morts du coronavirus en une seule journée, enregistrant plus de 235.000 nouvelles contaminations et 4470 morts. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 380.365 décès, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. 

Les autres pays les plus frappés sont le Brésil avec 204.690 morts, l’Inde (151.327 morts), le Mexique (134.368) et le Royaume-Uni (81.960).

Commençons par faire un tour d’horizon sur les dernières évolutions de la pandémie dans le monde.

• Les États-Unis exigeront à compter du 26 janvier un test négatif à tous les voyageurs souhaitant entrer sur leur territoire.
• En Italie, le gouvernement a adopté dans la nuit un ambitieux plan de relance de 222,9 milliards d’euros. 
• Le vaccin chinois CoronaVac a montré une efficacité globale de 50,38% contre le Covid-19 lors d’essais cliniques réalisés au Brésil.
• L’Agence européenne des médicaments a reçu une demande d’autorisation pour le vaccin AstraZeneca/Oxford. Elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier. 

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : retrouvez ici notre point quotidien sur la situation.

Bonjour,
La rédaction du Figaro vous propose de suivre ici les dernières informations liées à l’évolution de la pandémie de Covid-19. Ce mercredi 13 jasnvier sera notamment marqué par la réunion en fin de matinée d’un Conseil de défense sanitaire à l’Élysée, où de nouvelles mesures pourraient être décidées afin de contenir la hausse des contaminations. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: