EN DIRECT – Coronavirus : Marseille demande «10 jours» avant la mise en oeuvre de «nouvelles mesures» – Le Figaro

Spread the love
  • Yum
Le ministre de la santé défend le bon fonctionnement de la gestion du parc hospitalier. Plusieurs sénateurs remettent en cause ces dires, argumentant que certaines cliniques avaient des lits vides. Le ministre et la commission ne s’entendant pas, chacun souhaite la constitution d’une liste de cliniques concernées.

«Aidez moi en donnant des éléments factuels»,demande Olivier Véran. «On vous aidera», répond le président de la commission. 

«Nous sommes quasiment arrivé à reconstituer nos stocks stratégiques», dit Olivier Véran. «Nous avons de quoi monter jusqu’à 14.000 lits de réanimation, c’est énorme», avance-t-il. 
«Santé public France a été au rendez-vous», soutient le ministre. «Il lui a fallut à partir d’un seul entrepôt organiser la distribution des matériaux de protection dans toute la France», explique-t-il, expliquant que centraliser ces équipements en un seul entrepôt n’était pas forcément la bonne solution.
«On a besoin de l’OMS [l’Organisation mondiale de la santé, dépendant de l’ONU] mais il faut faire un retour d’expérience sur la manière dont les données ont été partagées. Elle a apporté une réponse à la crise, une vision de la situation internationale plus aiguisée que la notre
Olivier Véran a défendu la réaction de la France face à l’épidémie dès le début de la crise, saluant l’action de sa prédécesseur, Agnès Buzyn. «Notre pays était parmi les mieux préparés», a-t-il affirmé.
Le ministre a parlé des difficulté de travailler dans un contexte d’informations contradictoires. «Mon travail a été de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, alors que les Français attendaient des réponses claires.»
Le ministre prête serment et prend la parole pour 10 minutes.
Dans les zones où le taux d’incidence est supérieur à 50 nouveaux cas pour 100.000 habitants la seule disposition imposée partout concerne les fêtes, les mariages et les événements associatifs qui devront se tenir en petit comité, soit à moins de 30 personnes. Les enterrements échappent à ces restrictions.

Comme toutes les autres décisions, cette mesure est valable pour les 15 prochains jours, mais renouvelable. 

Les territoires en zones “alertes” sont en rouge clair. 

” class=”lazy”>

Invité d’Europe 1, le président de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP s’inquiète des risques de saturation dans les hôpitaux français. “On n’y est pas encore dans la région parisienne, à Marseille, il en sont plus proches que nous (…) si on ne fait pas quelque chose de plus pour ralentir la progression du virus, on va arriver à une saturation complète“.

Depuis plusieurs années, on fait des économies. On a des budgets insuffisants, ce qui fait que l’hôpital est fragilisé“, explique Rémi Salomon. Et si un effort a été fait sur les salaires après la première vague, “cet effort est insuffisant“, estime-t-il. Or, ajoute-t-il, “les professionnels attendent encore des mesures pour retrouver des conditions de travail correctes“. 

Sur France Inter, l’ancien Maire LR de la Garenne-Colombe et chef de service des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou confiait ses doutes.

«J’ai une réunion avec le préfet des Haut-de-Seine à 17h. Mais on va nous concerter sur quoi puisque tout est déjà décidé. Les pouvoirs nationaux ont intérêt à mieux travailler. L’homogénéité du mois de mars est absurde rétrospectivement», disait-il.

Il ajoutait: «dans un restaurant, vous avez la capacité de faire respecter des règles ; si vous fermez les restaurants, les gens vont faire exactement la même chose, sans règle, ailleurs».

Le Pr Raoult a affirmé à plusieurs reprises que le coronavirus aurait muté cet été, rendant la maladie moins grave. Mais est-ce vraiment le cas ?

LA QUESTION. Lors de son audition par la commission d’enquête du Sénat le 15 septembre, Didier Raoult a affirmé que le virus a muté plus rapidement cet été que lors de la première phase épidémique, avant de sous-entendre que ces mutations pourraient l’avoir rendu moins dangereux. «Ce n’est pas la même maladie qui circule (…) Il existe différents mutants actuellement qui sont corrélés avec l’existence de formes qui sont moins graves en termes d’hospitalisation, de réanimation et de mortalité», a réaffirmé le chercheur dans une vidéo diffusée le 22 septembre. Que sait-on des mutations qui ont affecté le Sars-CoV-2 ? L’ont-elles vraiment rendu moins virulent ?

» A LIRE – Le coronavirus est-il devenu moins dangereux cet été suite à une mutation?

Le Premier ministre Justin Trudeau a promis mercredi de créer un million d’emplois et appelé les Canadiens à redoubler d’efforts pour que la «deuxième vague» de la pandémie de coronavirus ne soit pas pire que la première.

«Nous entrons dans un automne qui pourrait être bien pire que le printemps», a prévenu le Premier ministre dans un rare «discours à la nation» d’une quinzaine de minutes.

Il s’exprimait quelques heures après la lecture au Parlement par la Gouverneure générale Julie Payette, du «discours du trône» qui présente les grandes orientations du gouvernement pour aider le pays à surmonter l’épidémie. «Dans nos quatre principales provinces, la deuxième vague n’est pas en train d’arriver, elle a déjà commencé», a insisté M. Trudeau.

» LIRE AUSSI – Covid-19: le Québec annonce des restrictions sur les rassemblements

FIG DATA – Point noir de la stratégie sanitaire du gouvernement, les délais d’attente pour obtenir les résultats d’un test peuvent varier de trois à plus de dix jours. Visualisez la situation depuis mi-août, département par département.

» A LIRE – Explosion des délais d’attente des résultats aux tests Covid-19

” class=”lazy”>

» LIRE AUSSI – Tests Covid-19 : comment trouver un laboratoire qui donne les résultats en 24 ou 48h?

Le ministre de la Santé a présenté une nouvelle cartographie de l’épidémie ce mercredi, faisant passer plusieurs métropoles en catégorie «alerte», «alerte renforcée» ou «alerte maximale».

» A LIRE – Covid-19: tout comprendre sur les trois nouvelles zones d’alerte et leurs restrictions

” class=”lazy”>

Interrogée par La Provence, la maire d’Aix-en-Provence n’a pas caché sa colère.

«Je n’ai jamais vu ça ! Ça va trop loin ! Leur rôle est de protéger, de prévenir, voire de sanctionner, mais pas d’instaurer un climat anxiogène comme cela ! Les gens ne vont plus vouloir mettre leurs enfants à l’école, les commerçants vont faire faillite ! Il faut calmer les gens, ils font tout le contraire… Là, on dérape, moi je dis : ferme-la, Veran ! La haute administration est en train de devenir folle».

La Chine a assoupli les conditions d’entrée sur son sol pour les étrangers détenteurs de certains permis de séjour, une étape supplémentaire vers le retour de résidents bloqués à l’extérieur du pays en raison de l’épidémie.

Le coronavirus a été détecté pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan (centre) fin 2019. Il s’est ensuite progressivement étendu à l’ensemble de la planète.

Fin mars, la Chine a fermé ses frontières aux étrangers par crainte de nouvelles contaminations importées, à un moment où l’épidémie était globalement contrôlée sur son territoire. Hormis de rares exceptions, les étrangers résidant habituellement en Chine mais se trouvant alors hors du pays se sont retrouvés dans l’impossibilité de retourner sur le sol chinois.

» LIRE AUSSI – Libérée du Covid-19, la Chine exulte mais peine à retrouver son activité normale

Durant ses quatre heures d’audition, l’ex-ministre de la Santé a martelé qu’elle n’a eu de cesse de préparer le pays à cette pandémie.

«Nous n’avons pas cessé d’agir. Le problème est que nous avons considéré qu’il y avait un risque potentiel à un moment où l’on ne peut pas dire que c’était partagé. On ne m’a jamais demandé d’aller plus loin, plus vite, plus fort. Les experts n’ont cessé de minimiser les risques dans les médias.» – Agnès Buzyn

» A LIRE ici.

» LIRE AUSSI – Fermeture des bars et restaurants à Marseille : les élus dénoncent une «punition collective»

Le port du masque sera désormais obligatoire 24 heures sur 24 dans le centre historique de Gênes, le grand port du nord-est de l’Italie, pour lutter contre la hausse des cas de coronavirus, ont annoncé mercredi les autorités locales.

» LIRE AUSSI – L’Italie impose un test aux voyageurs venant de Paris et d’autres régions françaises

La pandémie a contaminé officiellement plus de 31,6 millions de personnes dans le monde. L’Amérique latine et les Caraïbes (8,9 millions) est la zone la plus touchée de la planète, devant l’Asie (7,5 millions), les États-Unis et le Canada (7 millions) et l’Europe (5 millions). Le nombre de contaminations apparaît bien plus faible au Moyen-Orient (1,8 million), en Afrique (1,4 million) et en Océanie (31.260).

Au total, plus de 971.670 personnes sont mortes dans le monde.

Hier soir, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé le passage de la métropole Aix-Marseille et de l’île de la Guadeloupe en “zone d’alerte maximale”. Les bars et restaurants vont y être totalement fermés. La maire de Marseille, Michèle Rubirola, estime que “rien ne justifie cette annonce“, tandis que Renaud Muselier, président LR de la région, évoque une “punition collective”. Et Olivier Véran de répondre : “Les décisions annoncées ce soir, dont je mesure la portée pour les Marseillais, visent précisément à les protéger alors que tous les indicateurs sanitaires sont très dégradés. Ce dont je me suis entretenu cet après-midi avec votre 1er adjoint et le président“.

» “C’est catastrophique” : bars et restaurants sous le choc après les annonces d’Olivier Véran
» Fermeture des bars et restaurants à Marseille : les élus dénoncent une “punition collective”

Onze autres métropoles, dont Paris, ont été placées en “zone d’alerte renforcée”. Les bars y seront fermés à partir de 22 heures.

» Tout comprendre sur les trois nouvelles zones d’alerte et leurs restrictions

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à l’épidémie de coronavirus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *