Vous avez probablement lu ou entendu que l’économie chinoise connaît un ralentissement. Les entreprises tentent bien sûr de réagir, mais ce qu’elles proposent ne fait pas l’unanimité (et ce n’est guère surprenant). La solution qu’elles proposent est le rythme “996”.
996 fait tout simplement référence au concept suivant : les employés devraient travailler de 9h du matin à 9h du soir, 6 jours sur 7. C’est une charge de travail phénoménale, permettant aux entreprises de maintenir un bon niveau de productivité.

Sans surprise, les employés n’apprécient pas cette idée, notamment ceux de Huawei et Alibaba. Le patron de cette dernière, Jack Ma, est un ardent défenseur du “996” mais il faut pourtant rappeler que la loi chinoise a une politique assez stricte en matière d’heures de travail : le temps de travail hebdomadaire doit être volontaire et rémunéré s’il excède les 40 heures. Les géants de la tech payeront-ils les heures supplémentaires de tous les salariés travaillant en 996 ? Peu probable.
china flag 02 Pas contents, pas contents, pas contents ! © Rawpixel.com / Shutterstock
Certaines phrases chocs ont été prononcés par différents patrons. Jack Ma a ainsi déclaré « la plupart des entrepreneurs, artistes, scientifiques et politiques qui ont réussi sont sur un emploi du temps, en pratique, de plus de 996 ». En d’autres termes, travailler comme un entrepreneur mais avec un salaire bien moindre et sans les avantages. Chapeau bas également pour l’entreprise de e-commerce chinoise JD.com qui, si elle s’oppose au 996, a malgré tout mis en garde ceux qui  « ne se battraient pas pour en faire plus, quels que soient leurs performances, leur poste, leur santé ou leur situation familiale ». En bref, travailler plus pour gagner autant.

S’agit-il d’un simple choc culturel ou les différences sont-elles plus profondes ? Rappelez-vous quand le président du fonds souverain chinois déclarait en 2011 que “les lois sociales [européenne] sont obsolètes. Elles conduisent à la paresse, à l’indolence, plutôt qu’à travailler dur” lorsqu’il jugeait la crise de l’Euro.

Quoiqu’il en soit, le débat est lancé en Chine.