Emmanuel Macron présente ses vœux aux Français : ce qu’il faut retenir – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président Emmanuel Macron adresse ses vœux à la population française du palais de l’Elysée, à Paris, le 31 décembre 2020.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a loué l’espoir, jeudi 31 décembre lors de ses vœux aux Français pour 2021, grâce à la mise en œuvre du vaccin contre le Covid-19 et à la relance économique, au terme d’une année chamboulée par l’épidémie.

« Oui, cette année 2020 a été difficile. Elle nous a rappelé nos vulnérabilités. Mais ensemble, nous en sortons encore plus unis et en ayant beaucoup appris », a-t-il déclaré dans une allocution retransmise du palais de l’Elysée à l’occasion du réveillon du Nouvel An.

Lire aussi Plus de 100 000 policiers et gendarmes mobilisés, vente d’alcool interdite dans 15 départements… un réveillon sous couvre-feu
  • Pas de « lenteur injustifiée » dans la campagne de vaccination

Le président a évoqué la campagne de vaccination qui commence au compte-gouttes, cherchant un compromis entre ceux qui craignent une obligation et ceux qui accusent la France d’aller trop lentement. « Je ne laisserai pas, pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer » dans la campagne de vaccination, a assuré Emmanuel Macron, qui ne souhaite voir « personne jouer avec la sûreté et les bonnes conditions, encadrées par nos scientifiques et nos médecins, dans lesquelles la vaccination doit se faire ».

Dans une déclaration surprise peu avant les vœux présidentiels, le ministre de la santé, Olivier Véran, avait annoncé une accélération de cette campagne : dès lundi, la vaccination sera ouverte aux soignants de plus de 50 ans, qui initialement ne devaient être vaccinés qu’à partir de février.

Lire aussi Face aux critiques, le gouvernement annonce que les soignants de 50 ans et plus pourront être vaccinés « dès lundi »
  • « Inventer une économie plus forte »

La relance qui « frémit » déjà « va nous permettre, dès le printemps, d’inventer une économie plus forte, tout à la fois créatrice d’emplois, plus innovante, plus respectueuse du climat et de la biodiversité et plus solidaire », a assuré avec optimisme le chef de l’Etat.

Ce printemps 2021 « sera le début d’un nouveau matin français, d’une renaissance européenne », a-t-il lancé avec lyrisme, mais, a-t-il averti, « les premiers mois de l’année seront difficiles et, au moins jusqu’au printemps, l’épidémie pèsera encore beaucoup sur la vie de notre pays ».

Il a énuméré plusieurs de ses priorités pour l’année qui s’ouvre : la transition écologique, la laïcité, l’égalité des chances et la lutte contre « toutes les inégalités et les discriminations ». Sans mentionner la réforme des retraites, sujet explosif qu’il envisage pourtant de remettre sur la table, il a seulement évoqué une nécessité de ne pas faire peser le coût de la crise sur les générations futures.

  • Le Royaume-Uni reste « notre ami et notre allié »

Le président a aussi évoqué le Brexit, qui entrera en vigueur ce vendredi à minuit, assurant que les intérêts de l’Union européenne (UE) étaient préservés par l’accord conclu la semaine dernière. Magré sa sortie de l’UE, le Royaume-Uni reste « notre ami et notre allié », a déclaré le président, ajoutant que « ce choix de quitter l’Europe a été l’enfant du malaise européen et de beaucoup de mensonges et de fausses promesses ».

Lire aussi Le Royaume-Uni largue définitivement les amarres européennes

« Je veux, moi, vous dire très clairement : notre destin est d’abord en Europe », a affirmé le président français. Il a appelé de ses vœux une Europe « plus forte, plus autonome, plus unie ». « En 2020, nous avons su conduire les transformations nécessaires et renforcer notre crédibilité, s’est-il félicité. Nous avons su convaincre l’Allemagne, puis les autres membres de l’Union européenne, de concevoir un plan de relance unique, de décider d’un endettement commun et solidaire pour mieux préparer notre avenir. »

  • Emmanuel Macron assume son « quoi qu’il en coûte »

« Notre pays est l’un de ceux qui est le plus intervenu pour protéger et accompagner les jeunes, les travailleurs, les entrepreneurs, a déclaré M. Macron. Quoi qu’il en coûte, je l’assume, car il a permis de préserver des vies et de protéger des emplois. » « Je suis sincèrement convaincu que nous avons fait les bons choix, au bon moment, a-t-il ajouté. Il nous faudra bâtir ensemble les réponses qui permettront de ne pas en faire un fardeau pour les générations futures. »

Le chef de l’Etat a également rendu hommage aux 64 000 victimes du Covid-19 et à leurs proches. Il a salué l’investissement des personnes mobilisées dans cette crise pour « soigner, nourrir, éduquer protéger ». Assis devant une table basse, dans une posture moins formelle que les 31 décembre précédents, le chef de l’Etat a égrené les prénoms de Français cités en exemple pour leur courage. De Gérard, patron d’une usine de masques, à Romain, gendarme à Tende, ou Mauricette, 78 ans, résidente d’une maison de retraite de Sevran, qui a été la première Française à se faire vacciner contre le Covid-19. « Un magnifique message d’espoir pour l’année qui s’ouvre. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Rythme, approvisionnement, gestion des priorités… Les questions que soulève la stratégie vaccinale française

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: