Emmanuel Macron écarte un confinement le week-end à Paris et Marseille – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Paris et Marseille ne seront finalement pas confinés le week-end. Selon des sources concordantes au sommet de l’Etat, aucun département des régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) ne subira un confinement local, samedi et dimanche prochains, comme c’est le cas à l’heure actuelle à Nice et à Dunkerque.

Seul un département est pour l’instant assuré d’être confiné le week-end pour faire face à une recrudescence de l’épidémie de Covid-19 : celui du Pas-de-Calais, qui compte un taux d’incidence de près de 400 cas pour 100 000 habitants, deux fois plus qu’au niveau national. « Un ou deux autres » pourraient subir le même sort, selon l’exécutif. Mais pas plus. Ces décisions, prises par Emmanuel Macron mercredi 3 mars lors d’un conseil de défense sanitaire à l’Elysée, doivent êtres annoncées par le premier ministre, Jean Castex, jeudi 4 mars, lors d’une conférence de presse.

Lire le reportage : Le confinement partiel ne satisfait personne sur la Côte d’Azur

Jeudi 25 février, ce dernier avait annoncé la décision du gouvernement de placer vingt départements sous « surveillance renforcée » en raison d’une circulation accrue du virus, sous l’effet des variants, plus contagieux. Avant de prévenir que les départements concernés – à savoir toute l’Ile-de-France, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, la Somme, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle et l’Eure-et-Loir – pourraient faire l’objet de mesures de confinement locales à partir du week-end du 6 mars, si la situation continuait à se dégrader.

Perspective de sortie

Selon nos informations, cette liste va évoluer. Certains départements où la hausse des cas est forte doivent passer sous surveillance renforcée, alors que d’autres, où l’incidence baisse, sortiront de cette liste.

L’exécutif avance « trois raisons » pour expliquer le peu de départements concernés par un confinement le week-end. Même si le pays reste sur un plateau haut, avec plus de 20 000 nouveaux cas quotidiens et des services de réanimation sous tension, le sommet de l’Etat se réjouit de constater l’absence de « flambée épidémique » généralisée. « Cela monte mais ça n’explose pas. On se dit que l’on peut tenir la ligne, sans trop rajouter de restrictions », explique une source gouvernementale.

« Ce n’est pas une explosion, ce n’est pas une hausse exponentielle, mais c’est une montée continue » des cas positifs, a estimé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, mercredi, en défendant l’approche régionalisée choisie par les autorités. Une « réponse différenciée », « ciblée, territoire par territoire », destinée à s’adapter à « une situation hétérogène », selon lui, toute la France n’étant pas touchée de la même manière.

Il vous reste 53.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: