Election présidentielle 2022 : Xavier Bertrand tente de séduire son ancienne formation, Les Républicains – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, devant les députés du parti Les Républicains lors de leurs journées parlementaires à Nîmes, le 10 septembre 2021.

Ils se sont retrouvés vendredi 10 septembre au Novotel Atria de Nîmes avec des petits yeux. Les députés du parti Les Républicains (LR), réunis en Occitanie pour leurs journées parlementaires, ont, la veille, dansé jusqu’à une heure du matin. Avant, ils avaient dîné autour des prétendants de la droite à l’élection présidentielle venus tenter de remporter leur adhésion.

Autour de la table, Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, Valérie Pécresse, la patronne de la région Ile-de-France, l’ex-commissaire européen Michel Barnier, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, le maire de La Garenne-Colombes, Philippe Juvin. Outre les candidats, étaient présents le président du Sénat, Gérard Larcher, Christian Jacob, à la tête du parti, Damien Abad, député de l’Ain et chef de file des élus LR à l’Assemblée nationale, mais aussi Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ex-présidentiable qui a fini par renoncer. Aucun accord n’est sorti de la soirée, que tous ont qualifiée de « conviviale ». Mais l’événement a permis à la droite de montrer un semblant d’unité dans un contexte compliqué, où elle n’a pas encore choisi le mode de désignation de son candidat pour 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Election présidentielle 2022 : Xavier Bertrand cherche à renouer avec Les Républicains

Surtout, le dîner a permis à Xavier Bertrand, auquel beaucoup reprochent de vouloir faire cavalier seul en refusant de se plier à une course interne, de montrer qu’il est toujours proche de son ancienne famille politique. Mais, s’il proclame depuis des mois vouloir aller à la présidentielle sans se plier à la discipline du parti, il sait qu’il devra compter sur LR, son infrastructure, ses militants mais aussi son argent. Il devra aussi éviter que le parti qu’il a quitté en 2017 désigne un autre candidat officiel. A quelques jours d’une décision cruciale sur la méthode de désignation du candidat de la droite, Xavier Bertrand devait « tendre la main ».

Faire oublier l’image de « diviseur »

Vendredi matin, il devait à son tour se plier à l’exercice du grand oral devant les députés, après Michel Barnier, Valérie Pécresse, Philippe Juvin et Eric Ciotti la veille. Debout, en cravate, l’ancien ministre du travail, qui se savait attendu au tournant, s’est livré pendant une heure à une opération séduction. « Ce matin je suis venu vous dire comment nous allons gagner. La victoire n’est plus juste possible, elle est probable », a-t-il déclaré en préambule. Et d’ajouter : « En 2022, nous pouvons l’emporter, uniquement dans l’unité et le respect. Unité entre nous, respect entre nous. »

Il vous reste 54.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: