Election américaine : le camp Trump lance sa contre-offensive juridique depuis le parking d’un paysagiste – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Un couac manifeste qui a laissé les journalistes incrédules. Quelques heures après l’annonce de la victoire de son opposant Joe Biden à l’élection présidentielle américaine, samedi 7 novembre, Donald Trump a donné le coup d’envoi de sa contre-offensive juridique en annonçant une conférence de presse de ses avocats dans l’Etat clé de Pennsylvanie. Problème : contrairement à ce qu’a laissé entendre le président sortant, l’événement n’était pas organisé dans un prestigieux hôtel mais sur le parking d’un paysagiste coincé entre un crématorium et un sex-shop.

Le chef d’Etat américain, qui martèle sans preuve que son concurrent ne peut l’emporter qu’en s’appuyant sur des votes illégaux, a annoncé sur Twitter une “conférence de presse de [ses] avocats à 11 heures, au Four Seasons de Philadelphie”. Quelques minutes plus tard, il supprimait son message et en republiait un nouveau, indiquant cette fois que ses avocats s’exprimeraient au “Four Seasons Total Landscaping”, du nom d’un magasin d’aménagement paysagiste de la ville.

“Pour clarifier les choses, la conférence de presse du président Trump ne se tiendra PAS au Four Seasons Hotel Philadelphia. Elle se tiendra au Four Seasons Total Landscaping – aucun lien avec l’hôtel”, ont tenu à préciser les hôtels Four Seasons de la plus grande ville de Pennsylvanie pour éviter la confusion.

De nombreux journalistes et personnalités ont ironisé sur la situation. Un reporter du quotidien britannique The Independant présent sur place a notamment relevé que la conférence de presse était organisée à deux pas d’un magasin vendant des DVD pornographiques et de la littérature érotique. Le comédien Patton Oswalt, qui ne masque pas son opposition à Donald Trump sur les réseaux sociaux, s’est de son côté amusé de la présence d’un crématorium de l’autre côté de la rue.

Les équipes de campagne de Donald Trump n’ont pas publiquement effectué de commentaires sur cet imbroglio. Mais d’après les informations du New York Times (article en anglais), l’erreur proviendrait en fait du président lui-même. Le quotidien, qui cite “plusieurs sources proches du dossier”, explique que le camp Trump aurait indiqué au chef d’Etat la localisation précise de la conférence de presse, mais que ce dernier aurait “mal compris et supposé qu’il s’agissait de l’hôtel haut de gamme” au moment de rédiger son tweet.

Leave a Reply

%d bloggers like this: