Élection américaine : Géorgie, Pennsylvanie, Arizona… le dépouillement dans les derniers États-clés – LCI

Spread the love
  • Yum
International

SWING STATES – Le résultat définitif pourrait ne pas être connu avant plusieurs heures voire plusieurs jours tant l’issue du vote s’annonce serrée dans les derniers États-clés. On fait le point au fil des résultats.

Géorgie, Caroline du Nord, et Pennsylvanie. C’est dans ces États-clés que l’élection américaine se joue actuellement. Sans compter l’Arizona et le Nevada, à l’issue toujours incertaine, ni l’Alaska, aux résultats pas encore officialisés mais acquis à Donald Trump. Les deux candidats se sont partagés jusqu’à présent six swing states, ces États qui peuvent basculer dans un camp comme dans l’autre. L’Ohio, la Floride, le Texas et l’Iowa ont tous été remportés par Donald Trump. Joe Biden a, lui, gagné le Michigan et le Wisconsin.

En 2016, le milliardaire l’avait emporté dans six swing states et avait été investi malgré sa défaite pour le vote populaire – Hillary Clinton le surpassant de 2,8 millions de voix. A l’heure actuelle, Joe Biden dispose de plus de 4 millions de voix d’avance sur son adversaire. Pour l’emporter, les candidats doivent en effet décrocher le vote de 270 des 538 grands électeurs, attribués aux États selon leur poids démographique. En l’Etat, les projections données par la chaîne ABC sont encore trop incertaines pour assurer d’une victoire l’un ou l’autre candidat.

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY – Trump VS Biden, le grand micmac : pourquoi ça bloque ?

La Géorgie : Biden prend la tête

C’est l’un des premiers États-clés où les bureaux de vote ont fermé leurs portes, à 19h, heure locale. La Géorgie offre au candidat victorieux 16 grands électeurs. En 2016, elle avait sacré Donald Trump. Selon les résultats partiels, basés sur 99% des bulletins dépouillés, et donnés par ABC News, l’avance de Donald Trump a disparu. En effet, le candidat démocrate est passé en tête ce vendredi matin. Joe Biden a désormais 2,449,371 voix contre 2,448,454 pour Donald Trump, soit 957 vois de différence entre les deux hommes.

Pour l’emporter, Joe Biden compte notamment sur les votes de la communauté afro-américaine (32% de la population de l’État), électorat dont Donald Trump assurait défendre aussi les intérêts dans son programme. Des dizaines de milliers de bulletins de la ville d’Atlanta, bastion démocrate, doivent encore être décomptés.

La Caroline du Nord : Trump tient la corde

Dans cet État qui compte 15 grands électeurs, les derniers sondages annonçaient une lutte serrée entre les deux candidats : 48,9% pour Joe Biden, 47,1% pour Donald Trump. D’une part, la communauté évangélique et une population blanche et rurale pourraient peser dans le camp républicain. De l’autre, l’ancien vice-président compte sur les votes afro-américains et ceux des jeunes urbains.

Selon les résultats partiels, basés sur 95% des bulletins dépouillés, Donald Trump est en tête avec 76.737 voix d’avance sur Joe Biden. 

La Pennsylvanie : la “remontada” Biden

L’État, traditionnellement démocrate, compte 20 grands électeurs à la clé. En faisant basculer d’une courte tête le territoire dans le camp républicain, Donald Trump signait là l’un des tournants de l’élection de 2016. Joe Biden, né à Scranton, se trouvait en tête des sondages le 2 novembre : 50,2%, cinq points au-dessus du président sortant. “Nous allons gagner la Pennsylvanie”, avait déclaré le candidat démocrate, mercredi à 6h30, heure française.

“Nous allons gagner la Pennsylvanie avec une très forte marge”, lui avait répondu Donald Trump dans un discours prononcé deux heures plus tard. “Nous avons plus de 690.000 (voix) de marge, ce n’est même pas serré. Avec 64% des votes déjà décomptés, cela sera pratiquement impossible de nous rattraper.” Avant d’annoncer un recours devant la Cour suprême. “Nous voulons interrompre le vote, nous ne voulons pas qu’ils trouvent des scrutins à 4 heures du matin pour essayer de les rajouter.”

Si l’avance de Donald Trump était réelle, la remontée de Joe Biden, qui trouve son explication dans la surreprésentation des démocrates parmi les bulletins par correspondance (dépouillés en dernier), l’est aussi : de 690.000 mercredi, l’avance a fondu, passant sous la barre des 18.000 vendredi matin aux États-Unis. L’écart n’est désormais plus que de 18.049 voix en faveur du président sortant, alors que 95% des bulletins ont été dépouillés. Si bien que le clan présidentiel a demandé à suspendre les décomptes, alors que ce sont les bulletins de l’agglomération de Philadelphie, bastion démocrate, qui sont en train d’être comptés.

L’Arizona : normalement pour Biden

L’Arizona représentait un défi pour le camp démocrate, qui n’est plus parvenu à l’emporter après 1996. L’enjeu : 11 grands électeurs. L’avantage dans les sondages de l’ancien vice-président s’est réduit au fil des semaines pour s’établir, juste avant le scrutin, à 48,7% des intentions de votes, contre 46,1% pour son rival.

Selon les résultats à 90% du dépouillement, Donald Trump effectue un rapproché. Mais Joe Biden est toujours donné en tête avec 46.600 voix d’avance sur son adversaire républicain, soient deux points d’avance. Là aussi, c’est un bastion démocrate qui est en train d’être dépouillé : la capitale de l’Etat Phoenix. 

Le Nevada : Biden en tête

Le dépouillement a repris dans le Nevada. Ce jeudi en début de soirée, 89% des votes avaient été comptabilisés dans cet État désertique de l’Ouest – 6 grands électeurs en jeu – qui avait choisi Hillary Clinton en 2016. Après avoir longtemps compté seulement 7.000 voix d’avance, Joe Biden accroît (très) légèrement son avantage ce jeudi soir. Désormais, le candidat démocrate recueille 11.000 suffrages de plus que son adversaire républicain (49,4% des voix, contre 48,5% pour Donald Trump).

Le résultat final, qui pourrait ouvrir pour de bon à Joe Biden les portes de la Maison-Blanche, ne devrait cependant pas être connu avant plusieurs heures. On attend notamment la fin des bulletins de Las Vegas, un autre bastion démocrate.

L’Ohio pour Donald Trump

Selon les résultats disponibles, l’Ohio est conservé par Donald Trump avec plus de 53% des voix (contre 45 pour Joe Biden), lui qui l’avait déjà largement emporté en 2016. Il remporte ainsi 18 grands électeurs supplémentaires. 

L’élection en Ohio fait généralement office de prémisse du résultat final, tant la composition démographique de cet État est diverse. En 2016, c’est l’abstention des démocrates, notamment, qui avait permis à Donald Trump de triompher avec huit points d’avance. C’est ici également que les sondages donnaient, à la veille de l’élection 2020, l’un des écarts les plus réduits entre les deux candidats : 47,5% pour Trump, 46,8% pour Biden. Un faible écart très largement démenti par les résultats.

Le Michigan pour Joe Biden

État historiquement démocrate passé républicain en 2016, le Michigan présente 16 grands électeurs. L’ancien bassin industriel, durement touché par la crise de 2008, espérait un renouveau économique. Ses habitants ont-ils été déçus par Donald Trump ? Toujours est-il qu’ils ont choisi d’accorder leur confiance à Joe Biden, qui l’emporte avec près de 150.000 voix d’avance sur son adversaire, après dépouillement de 99% des bulletins.

La Floride pour Donald Trump

Avec 29 grands électeurs, le “Sunshine State” représentait l’un des principaux enjeux de la nuit électorale. Et les événements ont tourné en faveur du président sortant. Après dépouillement de 96% des bulletins, un peu moins de 380.000 voix séparent les deux candidats. Mais, comme il y a quatre ans, Donald Trump remporte bien la Floride avec 51% des suffrages, contre 48% pour Joe Biden.

Le scénario de 2016 se répète, lorsque le candidat républicain l’avait emporté de peu grâce au vote des seniors. Communauté dont le vote a sans doute beaucoup compté : les électeurs d’origine cubaine, traditionnellement attachés au parti républicain, et encore plus après la sévérité affichée par l’administration Trump vis-à-vis du régime castriste.

Le Texas pour Donald Trump

Il s’agissait de l’État à ne pas perdre pour Donald Trump. Le bastion républicain – à chaque présidentielle depuis 1980 – ne compte pas moins de 38 grands électeurs. Et le président sortant n’a pas failli. Donald Trump remporte le Texas avec 52% pour des voix, contre 46% pour Joe Biden, distancé de près de 700.000 votes après le dépouillement de 96% des bulletins.

Joe Biden y était pourtant attendu : les bouleversements démographiques de l’État, la place grandissante de la communauté hispanique notamment, pouvaient laisser présager d’une victoire. Dans les sondages, l’écart était extrêmement réduit  : 48,8% du côté républicain, 47,4% dans le camp démocrate. 

En vidéo

Élection américaine : pourquoi autant de temps pour le dépouillement ?

L’Iowa pour Donald Trump

Le président sortant, Donald Trump, a remporté l’Iowa avec 53% des voix (45 pour Biden). État agricole faiblement peuplé, ce territoire dispose de 6 grands électeurs. Après deux votes en faveur de Barack Obama en 2008 et 2012, l’État avait offert une large victoire à Donald Trump en 2016. Cette année, environ 140.000 voix séparent les deux candidats (92% des bulletins dépouillés).

Le Wisconsin finalement pour Joe Biden

La “laiterie de l’Amérique”, 10 grands électeurs, était l’un des objectifs de Joe Biden. Le candidat démocrate avait déjà pris la tête des sondages, avec huit points d’avance (52,1% contre 43,7%) sur Donald Trump, qui avait emporté le Wisconsin en 2016. Il l’emporte toutefois avec une (très) courte avance d’un peu plus de 20.000 voix, après dépouillement de 99% des bulletins.

Leave a Reply

%d bloggers like this: