EELV : avec la candidature d’Eric Piolle à la primaire, la course à la présidentielle 2022 est lancée chez les écologistes – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, à Lyon, le 26 mai.

C’était attendu. Eric Piolle, maire Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Grenoble, a officialisé, mardi 29 juin, sa candidature à la primaire écologiste qui aura lieu les 20 et 26 septembre. « J’avance étape par étape (…) Maintenant, c’est une étape tournée vers 2022, a-t-il déclaré sur France 3 Alpes et France Bleu Isère. Je viens apporter ce que je peux apporter, à savoir animer des équipes. Quand on est maire, on sait composer avec tout le monde. »

M. Piolle, ingénieur de formation âgé de 48 ans, est le deuxième candidat « officiel », après l’universitaire « écoféministe » Sandrine Rousseau. Le député européen Yannick Jadot doit se déclarer sous peu. Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et présidente de Génération Ecologie, est dans les starting-blocks. En revanche, sa déclaration devrait arriver au dernier moment, juste avant la clôture des candidatures, le 12 juillet.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sandrine Rousseau, une candidate féministe pour la primaire des Verts

Consciencieux et méthodique, M. Piolle a lancé sa plate-forme programmatique – Une certaine idée de demain – en janvier, et son livre De l’espoir ! Pour une République écologique (Les Liens qui libèrent, 96 pages, 5 euros) paraît mercredi 30 juin. Il défend notamment la constitution « d’un arc humaniste », rassemblant toute la gauche au sens large (depuis les anciens macronistes jusqu’à la gauche de la gauche) autour d’une nouvelle matrice écologiste. Il prône également l’instauration d’un référendum constitutionnel, mettant en place la proportionnelle et limitant les pouvoirs actuels du chef de l’Etat.

Longue maturation

Eric Piolle est doté d’une sorte de force tranquille. Vêtu d’une éternelle chemise blanche sur pantalon bleu marine, il n’a pas le goût pour brusquer ses interlocuteurs. Il préfère prendre le temps de convaincre, comme quand il assurait l’aumônerie auprès de collégiens. Il affiche ses bonnes relations aussi bien avec François Ruffin et Clémentine Autain (La France insoumise, LFI) qu’avec la maire socialiste de Paris, et probable candidate à la présidentielle, Anne Hidalgo. Fin août 2019, il est allé aux « Amphis », les universités d’été de LFI, où il s’est entretenu avec Jean-Luc Mélenchon. Ses relations sont également bonnes avec les communistes.

Sa victoire aux municipales à Grenoble en 2014, à la tête d’une coalition de gauche et de représentants de la société civile, est fondatrice pour EELV. « Ce qu’il a fait à Grenoble, ça nous a beaucoup aidés car sa première élection a eu lieu dans un moment compliqué, juste avant notre départ du gouvernement en 2014, explique l’ancien secrétaire national David Cormand. Sa réussite nous a sauvé la mise, c’était un ballon d’oxygène dans une ambiance morose. On voyait que l’on était aptes au pouvoir. Et il a bien tenu sa boutique, malgré les attaques. Il a montré qu’il était capable de gérer une ville. »

Il vous reste 48.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: