Education nationale : les enseignants appelés à faire grève ce mardi 26 janvier – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

De nombreux élèves n’auront pas classe ce mardi 26 janvier. Et pour cause, un appel à la grève a été lancé par six syndicats enseignants. Le mouvement pourrait être relativement mieux suivi que le dernier qui avait eu lieu en novembre, bien que le contexte sanitaire ne soit toujours pas propice aux grandes manifestations.

C’est assez rare pour être souligné : FSU (Fédération syndicale unitaire), FO, CGT, Sud Education, SNCL (Syndicat national des collèges et lycées) et SNALC (Syndicat national des lycées et collèges) ont décidé d’unir leurs forces pour frapper un grand coup. L’ensemble de ces six organisations représentent trois enseignants sur quatre.

Pourquoi cette grève ?

Le ras-le-bol au sein de l’Education nationale est multiple. Certaines causes sont profondes, d’autres plus conjoncturelles. Les enseignants demandent d’abord une revalorisation salariale. Pourtant, après plusieurs mois de négociations, Jean-Michel Blanquer a promis qu’à partir de mai 2021, les professeurs toucheront 100 euros net en plus par mois après la première année après le stage. L’ennui, c’est que cette “prime d’attractivité” est dégressive et descend à 36 euros net par mois pour les professeurs à l’échelon 7. Au final, selon les calculs du SNES-FSU, seuls 31 % des enseignants titulaires sont concernés. 69 % des professeurs titulaires ne seront donc pas augmentés en 2021.

Autres motifs de grogne : des classes surchargées notamment dans le secondaire, des pertes de postes de titulaires, des réformes qui ne passent pas (notamment dans les collèges et les lycées) et des conditions de travail de plus en plus dégradées, surtout en cette période de Covid-19.

Les personnels de l’Education nationale s’estiment insuffisamment informés et protégés. Le cadre sanitaire au sein des établissements scolaires reste relativement peu strict et les chiffres des cas positifs dans l’enseignement demeurent confidentiels.

Selon Le Café pédagogique, “Jean-Michel Blanquer a contre lui une très large majorité des enseignants, s’il est probablement le ministre le plus impopulaire auprès des enseignants depuis Claude Allègre”. En décembre, un sondage Ipsos pour France Inter révélait que 71% des personnels de l’Education nationale estimaient que le ministre n’avait pas bien géré la crise sanitaire.

La grève en Nouvelle-Aquitaine

En Gironde, une manifestation unitaire est programmée à Bordeaux. Le rendez-vous est donné à 11h30, place de la République. Dans une ville comme Lormont, le mouvement de grève devrait être particulièrement suivi.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, 13 écoles seront fermées à Pau et un service minimum d’accueil est mis en place dans 4 écoles de Bayonne. Dans ce département, la carte scolaire qui se dessine ne passe pas.

Dans le Lot-et-Garonne, le fonctionnement de certains établissements sera perturbé à Villeneuve-sur-Lot.

Dans les Landes, une manifestation sera organisée à Mont-de-Marsan, avec un départ à 10 heures devant l’Inspection d’académie.

En Dordogne, le mouvement ne s’annonce pas très suivi, hormis à Terrasson. Une manifestation est néanmoins prévue à Périgueux.

Partout, les parents sont invités à consulter les sites internet des municipalités afin de s’informer sur l’ouverture ou non des écoles, des services de restauration scolaire, ainsi que sur les conditions d’accueil du périscolaire.

Leave a Reply

%d bloggers like this: