e-commerce : en 2020 un achat sur cinq était fait en ligne

Spread the love
  • Yum

Alors que la crise sanitaire a complètement bousculé nos habitudes de consommation, les grands gangas de la pandémie sont évidemment les plateformes de ventes en ligne qui ont vu leur chiffre d’affaires exploser ces derniers mois. Selon un rapport du Cnuced (conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement), le e-commerce représente aujourd’hui 19 % des ventes à l’échelle mondiale. Après une augmentation légère en 2019 (4 %), l’année 2020 permit au commerce en ligne de franchir le pas et de toucher le grand public de manière bien plus régulière.

Une évolution dont le symbole le plus parlant est Amazon. L’entreprise de Jeff Bezos a vu son chiffre d’affaires trimestriel augmenter de 44 % sur l’année 2020, un record pour la plateforme, dépassant ainsi les 108 milliards de dollars.

Mais ces ventes en ligne ne sont pas réparties de façon homogène à travers le monde. Dans son rapport le Cnuced révèle ainsi que les États-Unis sont les plus à même de faire leurs achats en ligne. Au total plus de 9 000 milliards de dollars ont été dépensés sur la toile par les citoyens de l’oncle Sam, ce qui représente près de 45 % de leur PIB.

Un chiffre impressionnant qui montre toute l’importance qu’a pris le e-commerce dans le pays, mais qui n’est pas pourtant un cas isolé. Toujours dans son rapport annuel, la conférence des Nations Unies affirme que le Japon ou la Corée du Sud font mieux en matière de commerce en ligne. Les deux pays asiatiques sont en effet les seuls sur la planète a dépassé la barre des 50 % de PIB avec respectivement 3416 milliards pour le Japon (67 % du PIB) et 1302 pour son homologue coréen (79 % du PIB).

785 milliards dépensés en ligne par les Français

Si la situation dans l’hexagone est quelque peu en retrait, cette dernière est malgré tout très proche des tendances mondiales. Avec une forte hausse en 2020, le commerce en ligne français est aujourd’hui estimé à 785 milliards de dollars, soit 30 % du PIB. Selon les dernières estimations, près de 40 millions de Français ont déjà fait des achats en ligne (source FEVAD), ce qui représente près de 80 % des internautes de l’hexagone.

Le FEVAD (fédération du e-commerce et de la vente à distance) estime ainsi que trois achats faits sur internet sur 10 sont faits depuis un mobile. Une information clé dans la démocratisation de ce moyen de consommation, l’achat par mobile étant beaucoup plus intuitif que via ordinateur ou tablette. La fédération classe également les cinq sites préférés des Français pour faire leurs achats, et sans grande surprise c’est le géant américain Amazon qui arrive en tête avec plus d’un achat sur deux réalisés sur la plateforme de Jeff Bezos. La FNAC et Cdiscount complètent le podium avec respectivement 27 et 18 % des ventes.

Une dynamique qui tend à se confirmer ?

La grande question que posent aujourd’hui tous les économistes est de savoir si les consommateurs vont continuer de faire leurs achats en ligne ou s’ils vont retrouver leurs habitudes. Certains économistes pensent ainsi que les réflexes acquis pendant la pandémie vont perdurer et mise donc sur une augmentation des ventes en ligne pour 2021. Un avis contesté au sein de la communauté économique, bon nombre d’experts pensant qu’au contraire, la privation subie ces derniers mois va décupler les achats « en physique » dès que ces derniers seront possibles.

Pour le moment aucun avis ne semble prendre le pas sur l’autre, et les premières études à ce sujet devraient paraître à la fin de l’été, bien qu’elles pourraient encore être biaisées par la pandémie.

Leave a Reply

%d bloggers like this: