Filmer ses vacances à la plage d’un point de vue aérien, profiter d’une vue incroyable de Paris ou de Tchernobyl, épier son voisin pour comprendre enfin d’où vient le bruit et la fumée qui émanent de son jardin, toutes ces petites actions réalisées à l’aide d’un drone font désormais l’objet d’une réglementation plus stricte (surtout dans le dernier cas puisque vous envahissez la vie privée de votre voisin qui ne fait que rater un barbecue).

Formation gratuite, mais obligatoire

Depuis le 7 novembre dernier, les pilotes de drones âgés de 14 ans minimum devront obligatoirement passer une formation, gratuite, sur la plateforme Fox AlphaTango mise en place par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). À l’issue de cette préparation vous est délivrée une attestation valable durant 5 ans.

Pas question de la ranger dans un tiroir pour autant puisque vous devrez l’avoir constamment sur vous en cas d’utilisation d’un drone. Sous peine, à partir du 26 décembre prochain, de devoir payer une amende.

Bien qu’elle soit gratuite, cette formation n’est pour autant pas à prendre à la légère. En effet, pour décrocher le précieux sésame, vous devrez répondre parfaitement à un QCM d’une vingtaine de questions. La moindre erreur et vous ne pourrez pas obtenir votre permis. Heureusement, AlphaTango met en place une série de tests pour que les pilotes puissent s’entraîner et parfaire leurs connaissances.

Dans un autre registre, les drones pesant plus de 800 grammes, tel que DJI MAVIC 2 Zoom (905 grammes), devront obligatoirement être enregistrés sur la plateforme Fox AlphaTango et arborer une immatriculation visible. Histoire de ne pas être en infraction avec la loi, on vous conseille de vous rendre sur le site gouvernemental GeoPortail.gouv.fr pour connaître l’espace aérien autorisé pour les drones.