La classe politique, tous bords confondus, n’a pas épargné le président de la République après ses voeux adressés aux Français ce lundi soir, dans lesquels il a estimé que “les résultats” des réformes engagées depuis le début du quinquennat “ne (pouvaient) pas être immédiats et que l’impatience que je partage ne saurait justifier aucun renoncement”.

“On ne sait pas pourquoi mais tout ce qu’il dit tombe à plat” a réagi le chef de la France Insoumise sur Twitter, à la fin du discours présidentiel. “Et quand on comprend, on préférerait ne pas avoir entendu. Quel lunaire donneur de leçons.” “Le président des riches a fait son rideau de fumée. Le partage des richesses, t’as compris Monsieur Macron ?” a-t-il poursuivi dans la soirée.

“Une foule haineuse”, a-t-il dit ? Sidérant” s’est insurgé le député insoumis Alexis Corbière sur son compte Twitter. “Pas des voeux, mais un aveu sur une indécrottable arrogance sociale” a-t-il jugé. Sur BFMTV ensuite, le député LFI Adrien Quatennens a estimé que le chef de l’Etat avait pris “un ton moralisateur”.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national s’est contentée de deux tweets très brefs: “Ce président est un imposteur”, “Et un pyromane…”. “Emmanuel Macron sera donc pire en 2019” a déclaré le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, tandis que Florian Philippot, président des Patriotes et ancien vice-président du Front national a déploré dans un communiqué “le mépris hallucinant du président à l’égard des Gilets jaunes, les qualifiant de “foule haineuse”, est absolument scandaleux et irresponsable”.

“Un président moralisateur”

“Le président de la République a récité un texte sans émotion, sans conviction et si loin de la réalité des Français. Un clip de campagne plus que la parole d’un homme d’Etat” a considéré Laurence Saillier, porte-parole des Républicains.

Le député LR Eric Ciotti a estimé qu’Emmanuel Macron avait “ouvert des portes ouvertes”, ce lundi via un message publié sur son compte Twitter: “Les voeux du Président #Macron sont une formidable critique de son propre bilan! Après avoir promis tout et son contraire, il enfonce des portes ouvertes et s’attaque aux Français”.

A gauche, on déplore qu’Emmanuel Macron ne change pas de cap. Boris Vallaud, porte-parole du PS, a lui ironisé sur les appels au dialogue d’Emmanuel Macron: “Débattons tous ensemble de la ligne que j’ai décidé tout seul de ne pas changer”. Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, déplore quant à lui un “président moralisateur qui va poursuivre ses réformes sans tenir compte des colères, des attentes de ceux qui aspirent tout simplement à vivre mieux”.

Alain Juppé, ancien premier ministre et actuel maire de Bordeaux, a cependant été séduit par le discours du président Macron. “Excellente intervention du Président de la République. Dans la forme comme sur le fond. Le cap est donné . Bonne année à la France” a-t-il commenté. 

Moins surprenant, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a jugé “lucide et courageuse” l’intervention d’Emmanuel Macron. “‘Je crois que la France porte en elle un projet inédit : ne plus subir, retrouver la maîtrise de notre vie'(…) Maintenant, retroussons nous les manches pour rebâtir ensemble la #France.”