Donald Trump va terminer sa présidence sans Facebook ni Instagram

Spread the love
  • Yum

Donald Trump terminera son mandat sans ses comptes Facebook et Instagram. Pour « au moins les deux prochaines semaines », le président sortant ne retrouvera pas l’accès à ses comptes, a déclaré Mark Zuckerberg ce jeudi dans un communiqué. Tout semble converger vers la date du 20 janvier, pour l’investiture de Joe Biden et le début du mandat du 46e président des États-Unis.

Dans son post, le PDG de Facebook a donc renouvelé la période de bannissement de Donald Trump, qui avait été décidée hier soir, à la suite d’une vidéo de l’homme politique appelant ses partisans à dénoncer le résultat des élections devant le Capitole à Washington.

La période de déconnexion des comptes Facebook et Instagram aurait dû durer 24 heures, ce à quoi des milliers d’internautes s’insurgeaient du traitement différent fait par le réseau social pour les utilisateurs lambda, écopant généralement d’une durée de 30 jours de bannissement en cas de problème.

« Nous pensons que les risques de permettre au président de continuer à utiliser notre service pendant cette période sont tout simplement trop grands », a écrit le PDG Mark Zuckerberg. « Par conséquent, nous étendons le blocage que nous avons placé sur ses comptes Facebook et Instagram indéfiniment et pendant au moins les deux prochaines semaines jusqu’à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée » ajoutait-il.

Un contexte « fondamentalement différent »

Difficile à croire que Facebook puisse prendre les devants sur Twitter, mais c’est bel et bien le groupe de Mark Zuckerberg qui mène aujourd’hui la politique la plus virulente envers le modération du président américain. Hier, Twitter avait rejoint Facebook, tout en dressant une période de blocage du compte de seulement douze heures.

Pour le moment, le réseau social de Jack Dorsey n’a pas encore réagi à l’annonce de Facebook. Cela dit, l’un de ses porte-paroles annonçait dans la journée que Twitter évaluait la situation en temps réel.

Mark Zuckerberg a bien conscience du changement de stratégie. Dans son post jeudi, il annonçait selon lui « un contexte actuel fondamentalement différent » dans lequel Facebook, comme les autres plateformes, serait le théâtre « d’insurrections violentes contre le gouvernement démocrate élu ».

Leave a Reply

%d bloggers like this: