Donald Trump, « président en temps de guerre face au coronavirus » – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le président des Etats-Unis a affirmé que le pays était en « guerre contre le virus chinois »

Face à l’épidémie de coronavirus, Donald Trump a déclaré mercredi 18 mars qu’il se considérait « comme un président en temps de guerre ». « C’est une guerre que nous menons, c’est une situation très très difficile », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche. Le président des Etats-Unis a aussi affirmé que le pays était en « guerre contre le virus chinois », selon la formule controversée qu’il utilise désormais pour nommer le coronavirus détecté pour la première fois en Chine en décembre, malgré les protestations de Pékin.

M. Trump a annoncé qu’il allait recourir au « Defense Production Act », une disposition qui permettra à son administration de faire accélérer la production des équipements nécessaires à la lutte contre l’épidémie. Cette disposition remonte à la guerre de Corée et confère au président américain des pouvoirs élargis l’autorisant à « accélérer et à augmenter les ressources réservées à l’industrie américaine pour soutenir les secteurs de la défense, de l’énergie, de l’espace et les programmes de sécurité intérieure », rappellent les sites internet officiels américains.

Le président américain a également annoncé qu’un navire-hôpital serait envoyé à New York, l’une des zones les plus touchées par le virus, et qu’un deuxième bâtiment du même type serait dépêché sur la Côte ouest. Il a aussi annoncé une fermeture de la frontière avec le Canada, son deuxième partenaire économique, sauf pour les déplacements jugés essentiels et les marchandises. Il a espéré pouvoir la rouvrir dans trente jours.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : aux Etats-Unis, les gouverneurs à la pointe de la lutte contre l’épidémie

Injecter des liquidités dans l’économie

L’administration Trump a demandé mercredi au Congrès d’approuver le versement de 500 milliards de dollars (461 milliards d’euros) aux contribuables américains, à compter du 6 avril. Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a brandi devant les sénateurs républicains la menace d’un taux de chômage de 20 % si un gigantesque plan de relance économique n’était pas adopté pour amortir l’impact de l’épidémie.

Pour l’administration Trump, la priorité absolue est d’injecter des liquidités en faveur des entreprises et des Américains les plus fragilisés pour éviter les faillites, les licenciements et l’impossibilité pour de nombreux ménages de continuer à payer leurs factures. La première puissance mondiale, qui a beaucoup tardé à lancer les tests, compte désormais plus de 7 300 cas confirmés et 115 morts.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les Etats-Unis divisés sur le renflouement de leur économie

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *