DJI veut vendre ses drones, qu’importent les tensions américaines

Spread the love
  • Yum

Excès d’optimisme, ou sincère promesse ? Samedi 19 décembre, au lendemain de l’annonce de l’ajout de DJI dans la liste des entreprises chinoises compromettantes pour la sécurité des États-Unis, la direction de la marque de drones de référence est sortie de son silence.

Vous devriez laisser de côté vos doutes, à en croire un porte-parole de DJI dans un entretien avec Tech Crunch. « Les clients américains peuvent continuer à acheter et à utiliser les produits DJI normalement » déclarait-il, sans ajouter aucune preuve à cette affirmation. « DJI est déçu de la décision du département américain du Commerce » ajoutait néanmoins le responsable.

DJI suit les pas de Huawei

Pourtant, d’ici quelques heures, le nom de DJI rejoindra celui de Huawei sur la « liste d’entités » du département américain du Commerce, un point de départ ajoutant DJI dans les tensions économiques et politiques entre les États-Unis et la Chine.

DJI fait partie de plusieurs entreprises chinoises à rejoindre cette nouvelle liste. Vendredi, une mise à jour sur le site Federal Register faisait état de la modification et de ces nouvelles intégrations. La marque de drones fait particulièrement l’objet de crainte quant à ses liens avec le gouvernement et l’utilisation de ses technologies de surveillance.

Outre la question de la commercialisation, l’un des principaux effets de l’ajout dans la liste noire américaine concerne les relations avec les partenaires. Normalement, DJI pourrait avoir des problèmes pour conserver ses relations et mener à bien sa chaîne de production. Là encore, le flou est total, bien que rien ne semble faire échapper que DJI serait en difficultés.

La mise à jour de la liste et l’intégration de DJI seront effectifs demain, le 22 décembre. Peut-être qu’à ce moment-là la marque nous mettra plus au clair sur les conséquences.

DJI Mini 2 au meilleur prix Prix de base : 459 €

Voir plus d’offres

Leave a Reply

%d bloggers like this: