Disparition de Delphine Jubillar : “J’en peux plus de ta vie de Bidochon”, lançait Delphine à son mari Cédric – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel Accusé du meurtre de sa femme Delphine, Cédric Jubillar était très accroché à son épouse. C’est ce que révèlent des SMS échangés par le couple qui s’est déchiré.

Amour, passion fulgurante et lassitude. Jusqu’à l’ignorance totale. La romance tumultueuse du couple Jubillar, au cœur de l’enquête des gendarmes, ressemble à un mauvais épisode des « Feux de l’amour ». Soupçonné du meurtre de sa femme Delphine Jubillar, mère de famille et infirmière de 33 ans, son mari Cédric est écroué depuis le 18 juin.

Le 16 décembre 2020, vers 4 heures, il signale la disparition de sa femme du domicile conjugal, à Cagnac-Les-Mines, dans le Tarn. Il nie toute implication dans cette affaire. C’est le début de six longs mois d’enquête au cours de laquelle les gendarmes de la section de recherches de Toulouse soupçonnent dès les premiers jours ce peintre plaquiste de 33 ans au comportement troublant.

A lire aussi : Disparition de Delphine Jubillar : cris, lessive, heures de connexion,… les zones d’ombre de cette nuit de décembre 2020

Le couple est en instance de divorce. Cédric ne veut pas se résoudre à une séparation. Et contrairement à ce qu’il affirme auprès de son entourage, la situation se dégrade et le couple traverse de nombreuses turbulences. « Il n’est pourtant pas l’homme décrit par l’accusation, vivant aux crochets de son épouse, tempèrent ses avocats, Mes Emmanuelle Franck, Alexandre Martin et Jean-Baptiste Alary. Il travaille au moment des faits et gagne 1470€ par mois… »

Cédric Jubillar était toujours amoureux de sa femme

Lors de conversations par SMS, entre Delphine et Cédric, dont nous avons pris connaissance, durant les trois mois qui précèdent la disparition de l’infirmière tarnaise, deux éléments apparaissent au grand jour : Cédric Jubillar est toujours amoureux de sa femme. Delphine, en quête de liberté et d’émancipation, lui cache une relation avec un amant. Elle souhaite refaire sa vie avec lui.

D’octobre à novembre 2020, Delphine élabore en secret ses plans de départ. En renvoyant à Cédric une image peu flatteuse de sa propre vie dans trois SMS distincts qui en disent long sur son éloignement : « Maison de Bidochon », « voiture de Bidochon », « vie de Bidochon », « Je n’en peux plus de cette vie de Bidochon ».

A lire aussi : Disparition de Delphine Jubillar : “Des indices graves et concordants permettent de penser que son mari Cédric est impliqué” selon la justice

Inscrite sur les sites de rencontre depuis avril 2020, Delphine cherche à séduire et à se rassurer. C’est une mère aimante qui aspire à une nouvelle vie sentimentale. En août, elle fait connaissance de celui qui deviendra son amoureux. Ils se voient 2 à 3 fois par mois jusqu’en décembre. Dans le plus grand secret. La relation avec Cédric se délite. Il est désormais révolu le temps où le couple échange des mots d’amour pour célébrer en juin les sept ans de mariage.

Trois mois plus tard Cédric doute de la fidélité de son épouse. Il l’espionne. Il la géolocalise et Delphine s’en aperçoit. Grosse colère. Pour calmer le jeu, Cédric fait appeler sa mère, Nadine F., pour lui faire croire que c’est elle qui est à l’initiative de ces surveillances. Mais Delphine n’y croit pas. Cédric à Delphine : « Sache que je t’aime fort, je ferai le nécessaire, je suis désolé ».

Son épouse lui reproche de perdre ses boulots, ses négligences par rapport à la maison à moitié finie, sa voiture toujours en panne. Cédric lui envoie une lettre et ce message : « Sache que c’est écrit avec le cœur, sache que je t’aime. Je veux te montrer que tu peux me donner une seconde chance ». Delphine : « Merci pour cette touchante lettre, j’en suis désolée ». On est le 25 septembre.

A lire aussi : “Cédric Jubillar est d’une telle nonchalance, ça m’écœure” : le témoignage d’Anne, une amie proche de Delphine

Deux jours plus tard, Delphine n’en peut plus. À la suite d’un nouveau message, elle répond : « Je suis au boulot, fous-moi la paix, c’est mort, plus de retour en arrière », digérant très mal le flicage de Cédric.

– « Non s’il te plaît, je t’aime », répond le mari, accablé

-« Je me fous des conséquences, ce n’est pas moi qui aie le plus à perdre »

– « Non, s’il te plaît je t’aime »

– « Je m’en b… de ton amour »

– « Je veux ton bonheur, je veux faire le max pour toi, je ne veux pas te perdre, s’il te plaît ».

Silence de Delphine.

Le 28 octobre, Cédric se montre toujours très accroché à son épouse. Il sent qu’il la perd.

– « Mon cœur, s’il te plaît, reviens-moi, je t’aime. Je te fais plein de bisous »

– « Oui merci, je te souhaite une bonne journée bisous ».

Le 12 décembre, Delphine commande une nouvelle voiture. Le 15, elle change ses codes de carte bancaire. Avec son amant qui vient d’annoncer à sa femme qu’il souhaite divorcer, ils achètent du vin pour célébrer leur future idylle.

Dans la nuit du 15 au 16 décembre, Delphine disparaît. Elle avait envoyé un dernier message à 22h58 à son amant, « bonne nuit mon amour ».

Leave a Reply

%d bloggers like this: