Discours d’Emmanuel Macron : restrictions des déplacements assouplies, réouverture des petits commerces… les principales annonces – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Emmanuel Macron s’est adressé une nouvelle fois aux Français, mardi 24 novembre, pour desserrer un peu l’étreinte du confinement et fixer le cap dans la crise sanitaire, alors que le pays espère une bouffée d’air à l’approche des fêtes de Noël.

« Le pic de la seconde vague de l’épidémie est passé. Nos efforts, vos efforts ont payé. C’est tous ensemble que nous avons obtenu ces résultats. C’est tous ensemble que nous avons sauvé des vies », a déclaré le président de la République. « Nous avons freiné la circulation du virus, mais il demeure très présent en France comme dans tout l’hémisphère nord. Il nous faut poursuivre nos efforts. Il faudra continuer à rester chez soi, à télétravailler quand cela est possible, à renoncer aux réunions privées, aux rassemblements familiaux et à tous les déplacements non nécessaires », a-t-il poursuivi.

Le premier ministre, Jean Castex, tiendra jeudi matin une conférence de presse afin de détailler les assouplissements au confinement présentés par Emmanuel Macron, a annoncé Matignon, sans préciser l’heure exacte.

Lire aussi Discours d’Emmanuel Macron : revivez notre direct sur les modalités du déconfinement
  • A partir du samedi 28 novembre : réouverture des petits commerces

A partir de samedi, les attestations seront toujours de rigueur pour les sorties, mais les déplacements en extérieur pour motifs de promenade ou d’activité physique seront étendus à 20 kilomètres et pour trois heures, contre 1 kilomètre et une heure actuellement.

Il faudra donc continuer à rester chez soi, à télétravailler quand cela est possible, à renoncer aux réunions privées, aux rassemblements familiaux, à tous les déplacements non nécessaires.

Les activités extrascolaires en plein air seront à nouveau autorisées ; de même que les offices dans les lieux de culte, dans la stricte limite de 30 personnes.

Les petits commerces pourront rouvrir jusqu’à 21 heures dans le cadre d’un protocole sanitaire « strict » négocié avec l’ensemble des professionnels. Les services à domicile pourront également reprendre. Les librairies, les disquaires, les bibliothèques et archives pourront aussi rouvrir dans ces conditions.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Je n’avais jamais rien fait de hors la loi avant. Mais là… » : confinement et « petits arrangements » pour des commerçants bretons
  • A partir du 15 décembre : fin du confinement, établissement d’un couvre-feu

Si les nouvelles contaminations quotidiennes descendent à 5 000 et le nombre de personnes en réanimation entre 2 500 et 3 000, « le confinement pourra être levé » le 15 décembre. Il sera remplacé par un couvre-feu national, de 21 heures à 7 heures, avec une exception pour les soirées du 24 et du 31 décembre, où la circulation sera libre, a également annoncé Emmanuel Macron.

A compter du 15 décembre, « nous pourrons donc à nouveau nous déplacer sans autorisation, y compris entre régions, et passer Noël en famille », mais en limitant les « déplacements inutiles », a annoncé le chef de l’Etat.

Les activités extrascolaires en salle seront de nouveau autorisées, « avec des règles strictes ».

Les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront rouvrir le 15 décembre, si le confinement est bien levé à cette date. « Un système d’horodatage permettra d’organiser les représentations en fin de journée », a affirmé Emmanuel Macron, sans plus d’explications.

Le président a estimé « impossible » l’ouverture des stations de sports d’hiver avant les fêtes de fin d’année en raison des risques sanitaires.

La vaccination, qui ne sera pas obligatoire, pourra démarrer « fin décembre-début janvier » pour « les personnes les plus fragiles », a indiqué Emmanuel Macron. La France a, avec l’Union européenne, « sécurisé le nombre de doses » nécessaires, a-t-il assuré.

Après les premiers vaccins disponibles fin décembre, une seconde génération de vaccin est attendue au printemps. Pour les tests, le chef de l’Etat promet en janvier un délai maximum de vingt-quatre heures pour les résultats, dont la lenteur a fait échouer jusqu’ici la stratégie de dépistage et d’isolement des malades. Il promet aussi le déploiement des tests antigéniques rapides sur tout le territoire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : « Qui vacciner en priorité ? Selon quels critères ? Comment hiérarchiser tout cela ? »
  • A partir du 20 janvier : réouverture des restaurants

La troisième étape commencera le 20 janvier, là encore « si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour », avec notamment la réouverture éventuelle des restaurants. Et le couvre-feu pourra être décalé. En revanche, aucune date d’éventuelle réouverture n’a été donnée pour les bars, eux aussi fermés depuis fin octobre, ni pour les discothèques, fermées depuis le premier confinement.

Si les conditions sanitaires sont remplies, les lycées pourront être « pleinement ouverts, avec la totalité des élèves » autour du 20 janvier. Deux semaines plus tard, « ce sont les universités qui pourront reprendre les cours, avec là aussi une présence physique de tous les élèves », a ajouté le président de la République.

Tous les quinze jours, un point sur la situation sanitaire sera tenu « et nous déciderons alors si nous pouvons prendre des mesures supplémentaires d’ouverture ou si, au contraire, il nous faut revenir en arrière pour prévenir tout nouvel emballement de la propagation du virus », a ajouté le président.

  • « Plus contraignants » avec ceux qui ont le virus

« Nous devons être plus contraignants à l’égard de celles et ceux qui ont le virus », a par ailleurs déclaré Emmanuel Macron. « Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante », a déclaré le chef de l’Etat, en promettant que « ces personnes seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire, psychologique ».

  • Les aides aux entreprises fermées augmentées

Les entreprises « qui resteront fermées administrativement » dans les prochaines semaines, comme les restaurants, pourront obtenir une aide correspondant à 20 % de leur chiffre d’affaires annuel, au lieu des 10 000 euros déjà proposés.

Le Monde

Leave a Reply

%d bloggers like this: