L’essentiel :

  • Des manifestations de Gilets jaunes sont organisées dans toute la France pour cet « acte 4 » du mouvement.
  • Un dispositif « exceptionnel » des forces de l’ordre est déployé dans tout le pays. 89 000 membres des forces de l’ordre sont mobilisés, dont 8 000 dans la capitale.
  • Tout au long de la semaine, des appels au calme ont été lancés pour éviter que les scènes de violences du week-end dernier ne se reproduisent.

» Suivez le fil de cette nouvelle journée de manifestations des Gilets jaunes

9h35. Premiers moments de tension sur les Champs-Elysées. Situation tendue en bas des Champs-Elysées, tout près du Grand Palais. Les manifestants sont bloqués par un barrage de gendarmes mobiles.

9h30. Une centaine de Gilets jaunes prennent le départ de Meaux. Une grosse centaine de gilets jaunes prennent le départ de Meaux (Seine-et-Marne) vers Paris, comme le 24 novembre et le 1er décembre dernier. Après leur arrivée à la gare de l’Est, ils devraient se diriger vers les Champs-Elysées ou la place de la Bastille.

-

/LP/ Alexandre Metivier
9h25. 317 Gilets jaunes interpellés à Paris. Les autorités qui craignent de voir se reproduire dans Paris les scènes d’émeute urbaine renforcent les contrôles dans les gares et pratiquent la fouille systématique aux abords des lieux de manifestation.

9h20. Christophe Castaner a rendu visite aux forces de l’ordre à Paris.

9h10. Des Gilets jaunes place de la République. Une demi-douzaine de Gilets jaunes font leur apparition sur la place de la République. A la demande des forces de l’ordre, ceux qui étaient encore en tenue « civile » doivent revêtir leur vêtement distinctif.

-

/LP/ Alexandre Arlot
9h05. Les Gilets jaunes contrôlés s’énervent. Tous les Gilets jaunes débarquant place de l’Étoile sont contrôlés par les forces de l’ordre. Un quinquagénaire est furax car il ne peut pénétrer dans la zone avec son bâton en bois de drapeau breton. « C’est une arme par destination » lui explique un gendarme. « Et votre collègue, il va me demander mon froc » s’énerve le manifestant qui rebrousse chemin.

8h52. 278 interpellations. La vague des arrestations se poursuit à Paris avant même le début de la mobilisation.

8h43. Nombreux vigiles en tenue gare du Nord. De nombreux vigiles en tenue civile prennent position devant l’entrée de plusieurs boutiques, tandis que certains rideaux de fer restent baissés.

8h35. 177 interpellations. De manière préventive les forces de l’ordre poursuivent les interpellations en série à Paris.

8h20. 200 Gilets jaunes place de l’Etoile. Environ 200 Gilets jaunes occupent la place de l’étoile. Toute personne avec un sac à dos ou le visage couvert est fouillée minutieusement.

-

/LP/ Victor Tassel
7h55. Fouilles gare de l’Est. Les forces de l’ordre procèdent, dans le calme, à des fouilles de sacs de passagers sur certains trains arrivant à gare de l’Est.

7h48. Blocages à Boulogne-sur-Mer. Une vingtaine de camions sont bloqués par les Gilets jaunes à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) selon un journaliste de la Voix du Nord.

7h40. 121 personnes interpellées à Paris. 121 personnes ont été interpellées et 34 personnes sont déjà placées en garde à vue par les policiers. Ce sont principalement des gens venus de région, âgés d’une trentaine d’années sur lesquels ont été retrouvés des masques, des frondes, des marteaux ou des pavés.

7h37. Course-poursuite et contrôles rue de l’Opéra. Selon nos informations, les policiers engagent une course-poursuite rue de l’Opéra avant de bloquer un groupe de personnes et de procéder à des contrôles.

7h30. Enquête judiciaire après la fuite du dispositif de sécurité. Selon nos informations, une enquête confiée à la police judiciaire est ouverte après la fuite sur les réseaux sociaux du dispositif de sécurité de la préfecture de police de Paris visant à encadrer les manifestations des Gilets jaunes.

7h25. Contrôles et première interpellation rue de la République. Selon nos informations, les policiers procèdent à des contrôles rue de la République. Une personne est interpellée par les forces de l’ordre..

7h05. Les CRS en première ligne. Dans quelques heures, ils seront en première ligne. Dans cette unité de CRS, cantonnée dans un château de l’Est parisien, le message se veut rassurant. « Une mission ordinaire avec des moyens extraordinaires », résume Luc Larcher, commandant de l’unité. Les dernières consignes sont données dans la cour à 7 heures : « Vous êtes le dernier rempart de la République. Soyez fiers de vous ». Il fixe trois priorités: « réactivité, mobilité, interpellations ». Après une ultime mise en garde du secouriste, le convoi prend la route pour Paris. Le soleil se lève à peine sur cette journée particulière.

7 heures. Les rues fermées aux abords de la place de la Concorde. La police bloque la circulation du côté des Tuileries.

6h55. Les premiers Gilets jaunes sur les Champs-Elysées. Courageux, les premiers Gilets jaunes font leur apparition à l’aube sur les Champs-Elysées.

6h50. Des fouilles en gare de Bordeaux. Les passagers en direction de Paris sont fouillés par les forces de l’ordre en gare Saint-Jean à Bordeaux.

6h45. De nombreuses restrictions de circulation à Paris. La préfecture de police de Paris a diffusé ce samedi soir la liste des secteurs à éviter si l’on veut prendre sa voiture ce samedi alors que des milliers de personnes devraient répondre à l’appel des Gilets jaunes.

6h20. Les véhicules blindés dans les rues de la capitale. Pour la première fois depuis des décennies, les habitants de la capitale découvrent les « VBRG », les véhicules blindés à roues de la gendarmerie venus en renfort pour cette journée à haute tension.
Les blindés qui vont être déployés à Paris ce samedi
5h45. Arrivée des derniers cars de CRS place de la Concorde. Les derniers cars de CRS prennent leur quartier place de la Concorde.

5 heures. Eric Drouet, un des initiateurs de la contestation, joue l’apaisement. Éric Drouet, qui avait appelé à « rentrer » dans l’Élysée samedi et est à ce titre visé par une enquête, semble jouer l’apaisement en invitant les Gilets jaunes à finalement « aller sur le périphérique » parisien ce samedi matin. « Laissons Paris aux casseurs !! », a-t-il posté sur Facebook.

LIRE AUSSI

Sur la route avec les Gilets jaunes : « C’est le combat de nos vies »

Gilets jaunes : le jour le plus long pour Macron

Gilets jaunes : fermer ou pas, le dilemme des commerçants à Paris