DIRECT. “Curtis est innocent, il n’aurait jamais touché Elisa” : suivez la conférence de presse du compagno… – Franceinfo

Spread the love
  • Yum

Ce qu’il faut savoir

Un an après, les circonstances de la mort d’Elisa Pilarski prêtent encore à débat. Les analyses ADN ont conclu que la jeune femme de 29 ans, retrouvée morte le 16 novembre 2019 dans une forêt de l’Aisne, a bien été mordue à mort par Curtis, le chien de son compagnon, Christophe Ellul, et non par ceux de la chasse à courre croisés pendant sa promenade. Mais l’avocat de ce dernier, Me Alexandre Novion, conteste ces conclusions. 

Il tiendra, mardi 10 novembre, une conférence de presse à Bordeaux, en présence de son client et a annoncé avoir demandé de nouvelles expertises,“du rapport ADN d’abord, puis de l’étude comparative des dents de Curtis avec les blessures de la victime”, indique Le Parisien.  

Aucune trace ADN des chiens de chasse. Comme l’indiquait une source proche du dossier à franceinfo au moment de la publication des résultats, seul l’ADN de Curtis, l’American staff de Christophe Ellul, a été identifié à l’intérieur du tee-shirt de la jeune femme. Aucune trace d’ADN des chiens de chasse n’a été retrouvée sur le corps de la jeune femme. De quoi écarter l’hypothèse d’une bagarre entre les chiens qui aurait pu aboutir au retrait de la muselière.

Un rapport vétérinaire accable Curtis. Avant la publication des tests ADN, deux experts vétérinaires avaient indiqués dans leur rapport que seul le chien Curtis était à l’origine de la mort de d’Elisa Pilarski. 

Le chien a été “dressé au mordant”. L’animal, un “American Pitbull Terrier, provenant d’un élevage des Pays-Bas et introduit illégalement en France par son acquéreur” a “fait l’objet d’un dressage au mordant, forme d’apprentissage interdite en France”, a annoncé le 3 novembre le procureur chargé par intérim du dossier, dans un communiqué. Ceci est “de nature à abolir toute capacité de contrôle ou de discernement“.

Leave a Reply

%d bloggers like this: