DIRECT. Coronavirus : l'”anticipation” de la pandémie en France a été “sans commune mesure avec les autres … – Franceinfo

Spread the love
  • Yum

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #CORONAVIRUS

19h50 : On compte 301 clusters depuis le 9 mai, deux jours avant le début du déconfinement, dont huit nouveaux et 171 clôturés depuis, précise la DGS.

19h50 : 8 536 personnes sont toujours hospitalisés pour une infection au Covid-19, c’est 152 de moins qu’hier.

19h49 : On compte 602 patients toujours en réanimation, contre 619 hier.

19h49 : Ce bilan se répartit entre 19 346 décès dans les hôpitaux (+21) et 10 497 décès dans les Ehpad (+9).

19h47 : On compte 30 nouveaux décès dus au coronavirus par rapport au précédent bilan de la DGS, ce qui porte le bilan à 29 843 décès.

19h45 : “J’avais passé une journée épouvantable, j’étais très fatiguée, on m’accusait sur les réseaux sociaux de n’avoir rien vu alors que c’était tout le contraire, que j’avais la loi bioéthique, la grève à l’hôpital, et la réforme des retraites. Quand j’étais au banc au Sénat, j’étais en lien avec la DGS et le premier ministre pour gérer la crise. J’ai tout vu, j’ai tout préparé, alors que cet article laisse entendre le contraire.”

19h45 : Agnès Buzyn revient sur l’article du Monde, où elle évoque la “mascarade du premier tour”. “Ce n’est pas une interview, sinon mes citations auraient été relues”

19h41 : La “gestion des stocks” de masques “ne revient pas au ministre”, affirme Agnès Buzyn. En effet, cette gestion est dévolue à l’Agence nationale de santé publique (aussi appelée Santé publique France) depuis la dissolution en 2016 de l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus). L’agence est chargée de “piloter les commandes, collecter et distribuer les masques”, comme l’expose une longue enquête de Mediapart (accès payant).

19h41 : #DECONFINEMENT @Mohammed Tout à fait, mais sachez que le Royaume-Uni est encore lié par les règles européennes jusqu’au 31 décembre hein ! La procédure de transition a commencé, mais n’a guère avancée.

19h34 : Bonjour l’équipe 🙂 la Royaume Uni est considéré comme “Autorisée” pour la circulation des voyageurs avec l’UE malgré le Brexit? Je pose la question pour un collegue au travail. Merci!

19h34 : #DECONFINEMENT @Petit Suisse On corrige cette regrettable erreur, et le coupable paiera sa tournée de fondue dès qu’on sera revenus au travail en présentiel. Merci de votre vigilance.

19h32 : Sur votre carte, la Suisse est en rouge… Or elle fait partie de l’Espace Schengen.

19h21 : Voici la carte des pays dont les ressortissants sont autorisés à voyager dans l’Union européenne à partir du 1er juillet. Spoiler : il y a beaucoup de rouge.

19h20 : “Je crois [que] nous sommes le premier pays en Europe à avoir mis en place les tests”, avance Agnès Buzyn. Des propos avérés : le 24 janvier, la France est alors le premier pays européen (PDF) à identifier trois cas d’infection au coronavirus sur son territoire. “[Cela prouve] que la détection et la confirmation de ce nouveau virus fonctionnent en France, montrant un haut niveau de préparation pour prévenir et contrôler de possibles infections”, déclare alors le Centre européen pour la prévention et la contrôle des maladies (ECDC).

19h16 : Comment ne pas comprendre la complication des faits, des organismes et de ce fait la difficulté pour le responsable qu’est le ministre de prendre des décisions. Il faut avoir la patience de l’écouter, et le fait qu’elle n’ait pas un discours tout fait, tout brillant, est une preuve de sa bonne foi et de ses qualités humaines. N’oublions pas que l’on a décentralisé la commande des produits médicaux, alors que les Français sont habitués à n’agir que si l’autorité centrale le décide. En Allemagne les différents Länder sont responsables et non le gouvernement fédéral, c’est peut-être pour ça que la lutte contre la pandémie a été plus efficace en Allemagne. (Je suis en train d’entendre la Ministre expliquer que le système de soin allemand est différent en Allemagne et en France). En conclusion tâchons d’être plus girondins et moins jacobins.

19h15 : Ce qu’on peut lui reprocher, c’est de laisser des matières essentielles à la protection sanitaire être fabriquées uniquement en Chine, et de laisser faire …

19h15 : Non je ne trouve pas qu’elle ne sait pas poser les faits. Et ca me parait normal que parfois elle hésite, il s’est passé tant de choses, chaque jour, pour tout le monde er je pense que ce qu’elle dit qui a été fait a été fait. Même si c’était pas suffisant à postériori? Quant à convaincre un jury… il ne s’agit pas d’un procès non? Il s’agit d’identifier ce qui peut s’améliorer, car nous n’en avons pas fin.

19h15 : Vous êtes nombreux à réagir à la prestation d’Agnès Buzyn devant la commission d’enquête, tant sur le fond que sur la forme.

19h14 : Agnès Buzyn explique aussi qu’un lit de réanimation est compté de manière plus stricte en France qu’en Allemagne, “où ils comptent dans un même groupe les lits de soins intensifs et de réanimation”. D’où des comparaisons internationales peu flatteuses pour l’Hexagone.

19h12 : “La matière première des surblouses est fabriquée à Wuhan. La ville ferme le 22 janvier, quand il y a cinquante cas et six morts, au moment où on apprend qu’il y a transmission interhumaine et qu’il va peut-être y avoir une épidémie. Je veux bien comprimer le temps mais…”

19h08 : “Le premier mort en Chine, il se produit le 11 janvier. Quand je fais ma première conférence de presse, le 21 janvier, il y a six morts. L’information que le virus touche particulièrement les gens âgés, on ne l’a que fin janvier.”

Agnès Buzyn est interrogée sur la préparation de la crise dans les Ehpad, qui ont payé un lourd tribut à la pandémie.

19h02 : Sur la forme, Agnès Buzyn peine à convaincre les gens qui suivent son audition sur les réseaux sociaux.

18h57 : “En 2018, la vigilance que je dois avoir ne porte pas que sur des masques, mais sur des dizaines de produits, comme des comprimés d’iode en cas d’accident nucléaire. Mon attention s’est portée sur la totalité des stocks stratégiques. Et en 2018-19, [la principale menace] c’est Ebola, et le deuxième risque, c’est un attentat terroriste.”

18h57 : “Si l’épidémie était partie de Thaïlande, la Chine se serait mise à produire des masques, et on n’aurait pas été en difficulté. Mais là, on s’est rendu compte en janvier que toute la production venait de Chine.”

19h01 : “Les recommandations n’ont pas évolué pendant la période [en 2018, quand le stock s’établit à 100 millions de masques], qui étaient que seuls les gens malades portent un masque, et, quand ils sont chez eux, [également] leur famille, [ainsi que] les soignants. C’est comme ça que raisonnaient les agences sanitaires.”

18h56 : “Dans la très grande majorité des pays, il n’y a pas de stock d’Etat [de masques chirurgicaux]. [Et] quand il y en a, il est bien inférieur au nôtre”, affirme Agnès Buzyn, un rapport (PDF) de Santé publique France de mai 2019 en main. Mais comme le rapporte cette publication, 350 millions de masques étaient stockés au Royaume-Uni, soit bien plus que la centaine de millions de masques entreposés en France lorsqu’Agnès Buzyn était ministre de la Santé.

18h56 : L’Italie a fait état de 23 décès supplémentaires dus à l’épidémie de Covid-19 lors des dernières 24 heures, contre six la veille, ce qui porte le total à 34 767 morts. Le décompte quotidien des nouveaux cas s’établit à 142 contre 126 hier (pour un total de 240 578), selon les chiffres de la Protection civile italienne.

18h42 : “Tout mettre sur la non-préparation du système de santé pour effectuer une comparaison entre les pays me semble un raccourci.”

18h42 : “Le fait qu’on ait eu [le cluster de] Mulhouse [lors du rassemblement religieux], avec un départ façon fusée de plein de clusters, a fait que le système a été débordé. (…) L’Allemagne ne l’a pas eu, l’Italie si, peut-être avec le fameux match de foot [le 8e de finale de Ligue des champions entre l’Atalanta Bergame et Valence].”

18h41 : “Si l’épidémie avait été d’un autre type, comme Ebola, ce n’est pas des masques qu’il nous aurait fallus. En termes d’attention portée, le DGS porte la même attention à tous les produits, car les risques sont nombreux. La ministre n’a pas à connaître tous les produits en stock à Santé publique France, il y en a 38 palettes.”

18h40 : De 40 000 nouveaux cas détectés par jour, les Etats-Unis pourraient passer à 100 000 s’il n’y a pas de nouvelles interventions pour endiguer la pandémie, met en garde Anthony Fauci, le directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses. “Je ne serais pas surpris si nous atteignions 100 000 cas par jour si on ne renverse pas la tendance”, a-t-il déclaré devant le Sénat américain.

18h34 : “Aucun pays ne peut laisser l’épidémie évoluer jusqu’à 20 millions de malades. Le seul moyen de l’éviter, c’est le confinement. Dans une grippe, on peut se permettre d’avoir 20 millions de malades… enfin, c’est beaucoup, mais la mortalité de la grippe est bien inférieure.”

18h38 : Le Conseil constitutionnel a défini le périmètre de ces missions d’information : “Ces missions devaient être temporaires et se limiter à un simple rôle d’information.” Donc le rapport final de la commission d’enquête n’entraînera pas de poursuites directes. Ce qui n’empêche pas que des plaintes ont été déposées en justice, qui, elle, peut estimer utile de mettre en examen un ministre ou une autre personne ayant géré la crise.

18h32 : Bonsoir Pierre, que risquent les responsables politiques auditionnés par la commission d’enquête s’il s’avère qu’ils ont menti ou mal géré la crise ?

18h30 : Interrogée sur le fait que le poste de Santé publique France soit resté vacant pendant six mois, Agnès Buzyn répond que trouver l’oiseau rare n’est pas facile :

“Il faut un très bon scientifique, et souvent les scientifiques ne veulent pas s’engager dans un poste administratif. Il faut aussi s’assurer qu’il n’y a aucun conflit d’intérêts avec l’industrie. Le pool des personnes en capacité de reprendre la direction des agences scientifiques se réduit. J’ai même cherché à l’étranger des Suisses et des Belges qui parlaient français car c’est compliqué.”

18h23 : “En fonction, je n’ai à aucun moment sous-estimé le risque.”

Agnès Buzyn dit avoir entendu des commentaires politiques qui fustigeaient l’impréparation du pays, mais elle ne partage pas cet avis.

18h20 : “Une demande a été faite en 2017 de vérifier les stocks, et la réponse nous est parvenue 18 mois plus tard. Ô surprise, les stocks n’étaient, pour beaucoup, pas en état de fonctionner.”

18h20 : “Vous ne pouvez pas dire que la commande n’a pas été précoce, le 14 février, il y a 44 cas en Europe”, se défend l’ancienne ministre Agnès Buzyn vis-à-vis des masques commandés. Mais à cette date, ce sont 46 cas que dénombre l’Organisation mondiale de la Santé, dont 16 en Allemagne, 11 en France et 9 au Royaume-Uni. Au niveau mondial, ce sont alors 49 053 infections au coronavirus qui sont recensées pour 1383 décès (PDF en anglais).

18h24 : Agnès Buzyn détaille le dispositif qu’elle a mis en place au ministère de la Santé à son arrivée, dont une réunion chaque mercredi où chaque agence (les ARS, Santé publique France) fait remonter toutes les alertes sanitaires. Et elle explique avoir découvert la situation des stocks en janvier 2020.

18h14 : Selon le directeur général de l’OMS pour l’Amérique, le pic épidémique est attendu mi-juillet au Chili et en Colombie, en août pour le Brésil, l’Argentine, la Bolivie et le Pérou, et en octobre pour le Costa Rica.

18h13 : “Je quitte le ministère [le dimanche 16 février] en ayant le sentiment d’avoir fait la bonne préparation. (…) J’estime avoir préparé le système de santé et avoir la capacité de le faire ensuite comme maire.”

Pour rappel, Agnès Buzyn a pris la relève au pied levé de Benjamin Griveaux pour la candidature LREM à la mairie de Paris.

18h10 : Agnès Buzyn conclut une longue démonstration, où elle va régulièrement chercher les dates et les sources dans ses notes, pour expliquer qu’elle a lancé les commandes (et pas uniquement de masques) cinq semaines avant que l’OMS ne tire la sonnette d’alarme. “Vous ne pouvez pas dire que la commande n’a pas été précoce, le 14 février, il y a 44 cas en Europe.”

18h08 : Voici un point sur l’actualité en début de soirée :

• L’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn est entendue en ce moment par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire. Suivez l’audition dans notre direct.

• L’Union européenne va rouvrir dès demain ses frontières à 15 pays, dont la Chine sous condition. Les Etats-Unis, la Russie et le Brésil ne figure pas sur cette liste.

• Le groupe Air France veut supprimer plus de 7 500 postes d’ici fin 2022, indiquent des sources syndicales à franceinfo. 6 560 postes sont concernés chez Air France et 1 025 chez la filiale Hop!.

• De nouvelles manifestations de soignants ont eu lieu cet après-midi à Paris, Lille ou encore Nantes. L’occasion de faire le point sur les négociations entre le ministère de la Santé et le personnel hospitalier.

18h25 : “Quand on passe commande des masques, il n’y a pas d’alerte internationale, c’est juste mon intuition. (…) Trois semaines avant, je demande que les ARS me remontent leurs capacités pour gérer une épidémie en France. A cette date-là, je ne sais pas si les hôpitaux ont pris en compte la doctrine de 2011.”

18h23 : “Il n’y a pas une journée où nous ne prenons pas des décisions, pas une journée où nous n’avons pas anticipé par rapport à l’OMS, par rapport aux décisions internationales. En aucun cas, je ne peux laisser dire que le ministère de la Santé a été lent.”

18h23 : Agnès Buzyn affirme avoir découvert “dans les archives qu’elle a récupérées cette semaine” que la Direction générale de la santé a “réalisé” en 2018 que “beaucoup de choses”, dont des masques, étaient périmées. La DGS aurait alors “décidé de reconstituer immédiatement les stocks et de faire partir une commande”.

18h23 : “J’ai décidé le 28 janvier de constituer un stock d’État de masques FFP2 parce qu’il n’y en a pas. (…) La doctrine de 2011 remet la responsabilité des masques FFP2 aux employeurs, aux hôpitaux, aux indépendants. (…) Je me dis : ‘mieux vaut commander des masques’ sans savoir quels sont les besoins de terrain.”

17h59 : Agnès Buzyn explique avoir contacté les autorités de santé du pays le 25 janvier pour préparer “une éventuelle épidémie (…) alors que l’OMS a refusé de déclarer le 22 et le 23 l’urgence de santé publique de portée internationale”. Une affirmation vraie : du fait de divisions internes et d’incertitudes sur l’ampleur de l’épidémie, l’OMS a alors choisi de ne pas enclencher ce protocole mobilisé seulement cinq fois auparavant, notamment pour restreindre les voyages internationaux et émettre des recommandations. C’est finalement le 30 janvier que le dispositif est enclenché par l’OMS.

Leave a Reply

%d bloggers like this: