Désinformation : Facebook est poursuivi par Reporters sans frontières

Spread the love
  • Yum

Reporters sans frontières (RSF) vient de déposer plainte auprès du procureur de la République de Paris contre Facebook. Le motif est clairement énoncé par l’ONG dans son communiqué : « prolifération massive de haine en ligne et de fausses informations ».

En clair, le réseau social n’aurait pas tenu ses engagements en matière de sécurité et des messages haineux prolifèrent « en général et contre les journalistes ». RSF a justement accompagné sa plainte de deux constats d’huissier qui incluent des dizaines de commentaires insultants et menaçant contre le journal Charlie Hebdo et ses journalistes à la suite de la sortie de son numéro « Tout ça pour ça » en septembre 2020.

Twitter fait également l’objet d’une plainte en France

Pour ce qui est de la désinformation, RSF fournit à la justice « deux constats d’huissier effectués en décembre 2020 (de respectivement 478 et 86 pages) montrant la facilité d’accès à une série de contenus de désinformation sur le Covid ayant une portée considérable, et que Facebook ne signale pas. » L’exemple de la présence du documentaire complotiste Hold-Up est notamment cité par l’ONG.

Selon RSF, ces faits sont en contradiction avec les conditions générales d’utilisation de Facebook qui s’engage notamment à œuvrer « pour maintenir un environnement sûr et sans erreurs ». De même, la plateforme promet dans les standards de la communauté de « limiter significativement la diffusion de fausses informations ».

L’organisation de défense de la liberté de la presse fait un constat bien différent et pense donc que Facebook s’est montré coupable de « pratiques commerciales trompeuses ». Notons que la firme de Mark Zuckerberg n’est pas la seule à faire l’objet de poursuites à ce sujet. Comme le rappellent nos confrères du Monde, une procédure en cours oppose quatre associations à Twitter. Le réseau social est ainsi sommé de donner des chiffres précis sur les moyens qu’il consacre pour la modération des contenus en France.

Aux États-Unis aussi, Facebook est critiqué pour ses efforts jugés insuffisants en matière de désinformation. Alors que Mark Zuckerberg sera interrogé demain par le Congrès, le réseau social a tenu à communiquer sur son action dans ce domaine. La plateforme affirme ainsi avoir désactivé plus d’1,3 milliard de faux comptes rien que pendant le dernier trimestre de l’année 2020, tandis que ses algorithmes de modération automatique ont supprimé 12 millions de contenus trompeurs.

3.6 / 5

108,5 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: