La question des éborgnements est abordée régulièrement par les gilets jaunes depuis le 17 novembre. — Frederic Scheiber/SIPAC’est une prise de parole rare, et d’ailleurs longtemps restée privée, que dévoile ce dimanche Le Journal du Dimanche. Un collectif de 35 ophtalmologues a en effet envoyé un courrier à l’Elysée, début février, pour alerter Emmanuel Macron sur une des conséquences de l’usage des fameux lanceurs de balles de défense, les LBD40 : les éborgnements.

Au moins une dizaine a été officiellement reconnue par le ministère de l’Intérieur depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », le 17 novembre. Bahram Bodaghi, qui a analysé les données depuis près de quatre mois, estime que c’est au moins deux fois plus. Les 35 ophtalmologistes parlent d’une « épidémie » (avec des guillemets dans le texte) jamais vue.

Demande de moratoire

Ces spécialistes reconnus dans leur domaine demandent même un moratoire sur l’usage de cette arme, qualifiée de « non-léthale » par ses promoteurs. Les ophtalmologistes préfèrent, eux, parler d’une arme « invalidante ». Un tel moratoire a déjà été demandé, à plusieurs reprises depuis le début des « gilets jaunes », par des manifestants, victimes ou pas de l’arme, mais aussi des personnalités politiques et d’autres associations, sans succès jusque-là.

Les signataires de la lettre à Emmanuel Macron affirment n’avoir reçu aucune réponse de l’Elysée. Raison pour laquelle ils expliquent avoir voulu la rendre publique.

Société

VIDEO. «Gilets jaunes»: Le maire de Phalsbourg interdit l’usage de LBD

Société

«Gilets jaunes»: Plus de 13.000 tirs de LBD depuis le début du mouvement

Société

VIDEO. «Gilets jaunes»: L’ONU dénonce «l’usage excessif de la force» et réclame une enquête à la France

336 partages